Comment la Grèce a basculé en une semaine dans le chaos politique

 |   |  780  mots
Des militants du parti conservateur Nouvelles démocratie réunis pour un meeting pre-électoral le 3 mai 2012 - Copyright AFP
Des militants du parti conservateur "Nouvelles démocratie" réunis pour un meeting pre-électoral le 3 mai 2012 - Copyright AFP (Crédits : AFP)
La Grèce se retrouve dans une impasse politique qui fait paniquer les marchés et menace le pays d'une sortie de la zone euro. Retour sur une folle semaine de crise et de rebondissements inédits dans l'histoire récente de l'Europe.

Etranglée par des déficits abyssaux et des plans d'austérité successifs qui alimentent la spirale de la récession, la Grèce est sur le fil du rasoir depuis des mois. Les élections législatives du dimanche 6 mai ont ajouté à l'asphyxie économique une crise politique. Depuis plus d'une semaine, la classe politique grecque planche -sans succès- sur la création d'un gouvernement. Le dernier espoir d'une coalition gouvernementale repose sur le président de la République, Carolos Papoulias, qui ne dispose que de peu de temps pour trouver une impossible majorité. En cas d'échec, le pays devra réorganiser, en juin, de nouvelles élections législatives à haut risque.

Dimanche 6 mai : percée historique des partis anti-austérité
Alors qu'en France, François Hollande bat logiquement le président sortant Nicolas Sarkozy, les élections sont beaucoup moins prévisibles en Grèce. Les deux partis qui dominent la vie politique et formaient la coalition gouvernementale, la Nouvelle Démocratie (droite, 18,8%) et le Pasok (gauche, 13,2%), subissent une cinglante défaite. Les élections sont marquées par la montée de la gauche radicale, Syriza, qui termine en deuxième position avec 16,7% des suffrages, et du parti néonazi Chryssi Avghi, en sixième place derrière le parti communiste KKE. Nouvelle-Démocratie termine bel et bien en tête, mais ses 108 députés (58 grâce à ses 18,8% auxquels s'ajoutent 50 sièges automatiquement attribués au parti qui sort en tête des élections) ne lui permettent pas d'obtenir la majorité absolue, fixée à 151 sièges (sur 300). Pour la première fois, la majorité est composée de partis qui rejettent l'application de l'autorité drastique telle qu'imposée par la Troïka. Sur les 300 sièges, seuls 149 (Nouvelle Démocratie et Pasok) sont favorables à la poursuite de l'austérité dictée par les créanciers internationaux. Sur les 151 sièges restants, on trouve 97 députés de gauche ou d'extrême-gauche (Syriza, gauche démocratique Dimar et parti communiste KKE) et 54 d'extrême-droite (les Grecs indépendants et Aube dorée (XA) aux relans néonazis).

Mardi 8 mai : nouvelle Démocratie jette l'éponge, au tour de Syriza
Antonis Samaras, à la tête du parti Nouvelle-Démocratie, jette l'éponge : il n'a pas réussi à composer une coalition gouvernementale dans laquelle il serait le leader. C'est donc Syriza, le parti de la gauche radicale et viscéralement contre les politiques de rigueur imposées par Bruxelles et les créanciers internationaux, qui se voit remettre la patate chaude. Alexis Tsipras, son leader, tente de former un gouvernement de gauche pour renégocier le plan d'assainissement de l'économie du pays avec le FMI et l'UE, et demande qu'une partie de la dette grecque soit annulée. Sur le papier, un compromis est possible. Syriza fait partie du bloc hétéroclite anti-rigueur qui détient la majorité arithmétique au parlement face aux 149 sièges détenus par le Pakos et la Nouvelle-Démocratie. Mais le parti communiste KKE, arrivé 5è avec 8,5% des voix, refuse de s'allier avec lui.

Vendredi 11 mai : le Pasok échoue à son tour
Après les échecs des deux premiers partis issus des élections pour former une coalition, le parti socialiste (Pasok), arrivé troisième, tente sa chance... sans succès. Evangelos Venizelos, le chef de file du Pasok, espérait convaincre Syriza et/ou le Dimar, la gauche démocratique, de participer à son gouvernement. Mais Alexis Tsipras, le leader de Syriza, est resté intransigeant. « Ce n'est pas Syriza qui rejette cette proposition, c'est le peuple grec qui l'a fait en votant dimanche ». Le Dimar a également décliné l'offre. Soucieux de ne pas apparaître comme la « rustine » d'une alliance Pasok-Nouvelle Démocratie, le parti de gauche modérée s'en est tenue à sa position anti-austérité.

Lundi 14 mai : l'impasse est totale, de nouvelles élections semblent inévitables
Dernière chance pour la Grèce : le président de la République a jusqu'à ce soir pour tenter de former un gouvernement de coalition. Mais le chef de la Gauche démocratique annonce d'ores et déjà l'échec de ces négociations. Un gouvernement d'unité nationale ne peut pas être formé en Grèce, a-t-il ce lundi matin. "Aucun gouvernement d'unité ne peut voir le jour," a affirmé Fotis Kouvelis, leader du petit parti de la Gauche démocratique pro-europén (Dimar) sur la télévision Antenna ce lundi matin. Le dirigeant de Syriza, Alexis Tsipras, a pour sa part déjà annoncé qu'il ne se joindrait pas aux discussions sous la houlette du président grec prévues dans l'après-midi. Statu quo. De nouvelles élections seront certainement convoquées pour juin.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/05/2012 à 23:41 :
Des nouvelles élections, génial... Imaginons qu'on arrive aux mêmes résultats (108 sièges pour le ND etc.), que se passera-t-il alors? L' organisation d'autres élections, pour la 3e fois?
a écrit le 14/05/2012 à 23:40 :
Réflexion sur l'Europe et sur la démocratie en général : qu'est-ce qui, toujours et partout, empêche un réel contrôle des pouvoirs par les citoyens ?
Ce n'est pas aux hommes au pouvoir d'écrire les règles du pouvoir : Assemblée constituante et Conseil constitutionnel doivent être TIRÉS AU SORT. - www.le-message.org
a écrit le 14/05/2012 à 21:42 :
Ce que ne dit pas votre article: La BCE a "prêté" 1000 milliards à 1% aux banques européennes sans aucune contrepartie, en 6 mois, 490 milliards en mars ,mais pour la Grèce 150 milliards à 1% elle ne peut pas ,et ce sont ces mêmes banques qui vont re prêter cet argent (la planche à billet en fait) à 6% ..... jusqu'à quand va-t-on tolérer ce jeu dangereux des néolibéraux ? la privatisation de la création monétaire est une ineptie dangereuse ,l'inflation incontrôlable va finir par arriver. Abrogeons l'article 124 du traité de Lisbonne qui est une hérésie économique.Aux états unis c'est pareil,(Qe1,Qe2, et ...Qe3) les néolibéraux font marcher la planche à billets à fond pour sauver leur idéologie en perdition totale ,les défections ne se compte plus ,l'autorégulation des marchés et la catallaxie sont des chimères des années 50.....(Hayek et Mises)
Réponse de le 14/05/2012 à 23:53 :
Le néolibéralisme conduit à une mondialisation anarchique et une finance dérégulée qui mène le monde au bord du gouffre. Le complexe militaro-industriel se chargera de le faire plonger. Le système est au bout et il va entraîner avec lui beaucoup de monde dans le chaos.
a écrit le 14/05/2012 à 19:05 :
soyez patients grâce aux eurokrates et a l'Allemagne toute l'Europe du Sud suivra car ce funeste destin de la faillite; alors pas la peine de dire c'est la faute aux petits car ce sont les grands de ce monde qui dirige. Et ceci se terminera probablement dans la guerre; comme toutes les crises du capitalisme; ainsi va le monde...; de nombreux capitaux en surnombre devront terminer a la poubelle, c'est la vie
a écrit le 14/05/2012 à 18:48 :
bien triste pour la GRECE d'en arriver la - j'espere que nous ne serons pas dans la suite apres Espagne, Italie -
a écrit le 14/05/2012 à 18:35 :
L?électorat grec est révélateur : chacun râle avec son bulletin incendiaire pour urnes inflammables. Europe écartelée : des membres contraints à la dénudation morbide. Ne subsistent que d?hideuses extrémités : l?une avide de liquide sans solide projet qui rassure les prêteurs ; l?autre dressée pour l?archaïque tyrannie brune. A trop compter sur la sagesse des peuples pour réagir à la tourmente économique, l?Europe des petits pas va se prendre de douloureux coups de boutoir dans ses fondements.
Cf. http://pamphletaire.blogspot.fr/2012/05/ruine-de-la-grece-en-kit.html
a écrit le 14/05/2012 à 18:25 :
La Grèce de l?antiquité était un peuple d'homosexuelles, celle du 21e siècle est un vrai peuple de "branleurs"...
a écrit le 14/05/2012 à 18:07 :
Normal ils ont Mélanchon et marine Le pen!
Réponse de le 14/05/2012 à 19:30 :
et en plusieurs exemplaires, svp !
a écrit le 14/05/2012 à 17:31 :
Enfin.....ce n'est pas vraiment un surprise....depuis le début on connaissait à peu près l'issue....
a écrit le 14/05/2012 à 17:30 :
la france doit sortir rapidement de l'euros
,nous sommes en situations de faillitte,il commence a avoir des problemes de rembou
Réponse de le 14/05/2012 à 18:39 :
... une sortie de l'euro serait pire ... à moins de reformer l'euro ... vaste programme !!!!!!!!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :