Pour Bruxelles, la Grèce doit rester dans la zone euro

 |   |  575  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Alors que l'idée d'une sortie de la Grèce de la zone euro fait son chemin, la Commission européenne s'est prononcée ce lundi en faveur d'un maintien du pays dans l'Union monétaire. Bruxelles exige toutefois que le pays respecte ses engagements. Les ministres des Finances des 17 se réunissent dans l'après-midi et devraient eux aussi envoyer un message de fermeté à Athènes.

Le scénario d'une sortie de Grèce de la zone euro n'est pas du goût de la Commission européenne. Pourtant, cette idée n'est plus un sujet tabou. "Acropolis, Adieu ! Pourquoi la Grèce doit quitter l'euro", affiche même le célèbre hebdomadaire allemand "Der Spiegel" sur sa Une, confirmant la tendance actuelle.

Ainsi, dimanche, dans les colonnes du quotidien "Die Welt", le ministre allemand des Finances Wolfgang Schaüble a affirmé à propos des risques liés à un tel événement que le le gouvernement de la chancelière Angela Merkel serait "un drôle de gouvernement" s'il "ne se préparait pas à tous les cas de figure possibles". Ce lundi, il a ajouté que si une sortie de la Grèce entraînerait certes "beaucoup de turbulences" pour la zone euro, elle permettrait cependant à Athènes de dévaluer sa monnaie pour soutenir sa compétitivité. Le gouverneur de la banque centrale belge, Luc Coene, a pour sa part évoqué l'hypothèse dun "divorce à l'amiable", dans le Financial Times. Avec les difficultés des dirigeants grecs à former un gouvernement depuis les dernières législatives, l'éventualité d'un "Grexit" - terme employé sur les marchés financiers pour évoquer une sortie de la Grèce- n'est donc plus l'apanage de quelques députés frondeurs ou d'économistes qualifiés d'ultra-libéraux.

Une mise au point de la Commission européenne après la "menace" de Barroso

C'est dans ce contexte que Bruxelles a donc réaffirmé ce lundi son souhait de voir la Grèce se maintienir dans la zone euro. "Nous voyons le futur de la Grèce dans l'euro et nous voulons qu'elle reste dans la zone euro. C'est selon nous la meilleure solution pour la Grèce, sa population et pour l'Europe dans son ensemble", a affirmé une porte-parole de la Commission européenne, Pia Ahrenkilde, en conférence de presse. "Nous espérons que la Grèce restera dans l'euro (...) mais il est évidemment important que le pays respecte les engagements qu'il a pris", a-t-elle insisté. Cette mise au point intervenait après une déclaration du président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, qui a estimé la semaine dernière, sans toutefois la nommer, que la Grèce devrait quitter l'Union monétaire si elle ne parvenait pas à respecter ses engagements. "Tout le monde doit respecter les accords", avait-t-il alors indiqué, en soulignant: "c'est comme dans un club". "Je ne veux pas parler d'un pays spécifique mais si un pays ne respecte pas les règles, mieux vaut qu'il parte club", a-t-il précisé.

En Grèce, dernier espoir pour former une coalition gouvernementale

Alors qu'Athènes s'achemine vers de nouvelles élections, qui pourraient entraîner une victoire de la majorité anti-austérité rapprochant le pays d'une inéluctable sortie de la zone euro, le président grec, Carolos Papoulias doit tenter ce lundi d'arracher la formation d'une coalition gouvernemantale lors d'une ultime réunion entre les dirigeants économiques du pays. Jeudi, se tiendra la première séance du nouveau parlement grec et si aucune solution n'est trouvée d'ici là, de nouvelles élections seront organisées en juin. Cet après-midi, les ministres des Finances de l'Union monétaire qui seront réunis à Bruxelles devront envoyer un message de fermeté à Athènes et rappeler une nouvelle fois au pays les engagements pris au cours des derniers mois.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/05/2012 à 11:10 :
la grèce doit sortir de la zone euro,car c'est un pays qui n'a pas respecté ses engagements vis à vis des autres pays de la zone euro, et il à deja coûté près de 58 millillard à la france lui a donné et qu'il ne rembourceras jamais même si, ilsort de la zone euro .ILest absurde de vouloir à tous prix sauver cette zone euro qui a créee 17 millions de chômeurs et une dette pharaonique de plus de1780 milliards d' euro pour la france avec en taux de chômage de 10,5% pour la france:sortons de cette prison qu'est l'europe de bruxelle et retrouvons notre souvereineté nationale et notre monnaie le franc nouveau.nous voyons bien et constatons que depuis l'euro les francais se sont appauvri depuis que le pays est entré dans zone euro des 25.
a écrit le 15/05/2012 à 5:32 :
Après avoir inventé accidentellement la démocratie moderne, ils vont inaugurer le gouvernement européen, car lorsqu'une personne fait des dettes, est incapable de les rembourser, et pourtant ne change pas son mode de vie tout en élisant un gouvernement par protestation, on fait quoi ? on le met sous tutelle !.
c'est peut-être là l'avenir de l'europe, que les technocrates de Bruxelles rationnent les bols de riz.
a écrit le 14/05/2012 à 23:51 :
Que les politicards et autres technocrates de Bruxelles, ferment leur gueul..... !!!!!!
Cette décision n'est plus entre leur main !
Si les citoyens grecs ne veulent plus de l'euro ! Alors, la grece quittera retournera à la drachme !
QUE CELA LEUR PLAISE OU NON !!!
a écrit le 14/05/2012 à 18:42 :
Ne sommes nous pas en train de payer l'absence d'Europe ou plutôt l'absence d'idéal et de projet? la Grèce est mal en point mais nous sommes co-responsables, non? Que la Grèce réduise son ardoise est une priorité mais nous devons laisser du temps aux grecs pour rentrer dans les clous.... si maintenant la Grèce y trouve son compte de revenir en arrière et quitter la zone euro voire l'UE, quel dommage. Les risques seront bien supérieurs et la crise encore plus profonde avec une nouvelle Drachme dévaluée et des salaires de misère. l'exode vers l'UE sera renforcée, et rapidement les frontières rétablies....la Grèce doit rester, se moderniser mais les européesn doivent aussi réformer la zone euro en devenant plus fédérale. Accepter le pot commun, des bons européns, etc.... semblent plus urgent que jamais! si la zone euro reste dans l'état, elle implosera tôt ou tard.....cependant, croire que les autres habitants de la zone doivent payer pour la grèce, non,.... leur permettre de rembourser, oui. Solidarité mais à un certain point....
a écrit le 14/05/2012 à 17:39 :
Oui mais si les grecs par leur vote désir devenir independants de l'Euro??? car de toute façon ils laissent une tres grosse ardoise à l'Europe donc pourquoi s'enteter à les garder et les subventionner à perte
a écrit le 14/05/2012 à 16:33 :
Waouh, les tyrans tremblent pour leur avenir. Ils n'ont pas tort. Basta l'Union européenne, vive la liberté et le pouvoir au peuple : la démocratie...née en Grèce.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :