Pourquoi les marchés aiment François Hollande

 |   |  764  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le nouveau président de la République, qui disait voilà quelques mois avoir la "finance pour ennemie" n'est pas détesté des marchés. A preuve, les taux d'intérêt à long terme sont plus faibles qu'en début d'année. Ils traduisent surtout une inquiétude très faible sur la capacité de l'État français à rembourser ses dettes

Contrairement aux craintes évoquées début avril, les marchés financiers n'ont pas cherché à sanctionner, d'une quelconque manière que ce soit, l'arrivée de François Hollande au pouvoir, lui qui avait pourtant déclaré fin janvier avoir « la finance pour ennemie ». Un indicateur le prouve : les taux d'intérêt à 10 ans, déterminés par le marché obligataire. Proches de 2,6%, ils sont aujourd'hui plus bas qu'au début de l'année. Ils atteignaient 3,3% début janvier et 2,9% le 23 avril, au lendemain du premier tour de l'élection présidentielle. Historiquement, ces taux sont d'ailleurs très faibles. Bien sûr, ils sont encore plus bas en Allemagne, à 1,35%, un niveau de bulle obligataire.... Mais on a oublié un peu vite qu'avant l'arrivée de l'euro, ils se situaient en France autour de 9 à 10%. Et qu'ensuite, un rendement proche de 4% était jugé normal. Cette réalité financière tranche avec les discours alarmistes sur la France, qui serait la prochaine victime des marchés...

Observer la courbe des taux
Alors, que pensent-ils vraiment ces « marchés » ? « En fait, ils n'ont jamais anticipé de tensions liées à l'arrivée de François Hollande à la tête de l'Etat » estime l'économiste Jacques Delpla, qui fut conseiller de Nicolas Sarkozy à Bercy, et membre de la commission Attali sur la croissance. «Il suffisait de suivre la courbe des taux pour s'en convaincre ».  D'où vient cette mansuétude à l'égard d'un dirigeant socialiste qui refuse l'idée d'une cure d'austérité et déclare vouloir faire la guerre à la finance ? « Les marchés savent que la gauche ne fera pas n'importe quoi » juge Jacques Delpla.
Pourquoi ont-ils plus confiance en l'économie française, dont l'endettement public se rapproche des 90% du PIB, seuil à parti duquel tous les indicateurs passent au rouge (croissance affaiblie, politique économique inopérante) selon les économistes Rheinart et Rogoff , qu'en l'Espagne ou l'Italie ? De fait, les taux d'intérêt à long terme sont beaucoup plus élevés dans ces deux pays, dépassant les 6%, ce qui traduit une certaine défiance...

Peu de doute sur un remboursement de la dette
« Il y a trois facteurs qui comptent, aux yeux des marchés » explique Jacques Delpla. « D'abord, l'inflation » qui menace le rendement des titres obligatoires. « Or, on ne prévoit pas de résurgence de l'inflation, en France ». Deuxième facteur : la croissance. Celle-ci restera proche de zéro en France, estime Delpla, mais le risque est faible d'une spirale récessive, sous l'effet d'une politique trop restrictive. Une spirale qui conduirait à la remise en cause de ce qui est bien sûr le plus important, aux yeux des marchés, la capacité à rembourser la dette, in fine . « Le marché ne doute pas que la dette publique française sera remboursée» souligne Jacques Delpla.
Ce qui n'est pas forcément le cas de la dette italienne ou espagnole. L'économiste estime d'ailleurs qu'un défaut espagnol est inéluctable, à savoir l'effacement d'une grande partie de la dette. Avec, à la clé, une recapitalisation des banques créancières.

Hausses d'impôts et faible croissance
Les investisseurs semblent croire à la possibilité de réduire le déficit public, en France. Dès la présentation de son programme, le 26 janvier -presque quatre mois avant la commission européenne qui a fait une prévision équivalente-, le candidat socialiste avait d'ailleurs anticipé un surcroît de déficit de près de 1,5 point de PIB en 2013, par rapport à l'objectif des 3% qu'il partageait avec Nicolas Sarkozy. Et il avait immédiatement annoncé des mesures correctrices. Des mesures qui prendraient la forme de 29 milliards d'euros de hausses d'impôts, via la remise en cause de niches fiscales. De quoi, effectivement, donner un sérieux coup de frein à ce qui reste de croissance. Car les marchés n'attendent pas des miracles de ce que pourrait négocier François Hollande avec ses partenaires européens pour soutenir la croissance, et les mesures structurelles (banque des PME etc...) n'auront pas d'effet avant de longs mois
Mais les marchés, qui ont vu la capacité de l'Etat en France à lever des impôts - les prélèvements obligatoires ont enregistré une augmentation de 1,4 point de PIB en 2011, proche de la hausse record de Raymond Barre en 1976, sans que cela ne provoque de sérieux dégâts apparents - ne se préoccupent pas outre mesure des conséquences de cette future stagnation économique. Peu rancuniers à l'égard de celui qui dit avoir la finance pour ennemie, ils évaluent le risque d'un défaut ou non sur la dette française.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/06/2012 à 12:29 :
Pas sur que tout ce beurre rende la réalité de ce qui se prépare plus supportable ...
a écrit le 05/06/2012 à 12:18 :
Le déficit public a baissé sous Sarko - C'est ce que les marchés considère pour le moment.
Rien à voir avec Bla-bla.
a écrit le 05/06/2012 à 11:57 :
La droite dit ce qu'il est nécessaire de mettre en ?uvre , s'en suit insultes et diabolisations des médias qui sont sensés informer le bon peuple
la gauche dit le contraire de se qu'il faut faire, elle est ainsi encensée par les même médias et sera forcée par la réalité de mettre en ?uvre ce que la droite dit tout haut.
Conclusion : "le premier qui dit la vérité ..." a été exécuté -
la "forme" tellement plus importante et con-substantielle aux médias modernes l'emporte"allègrement" sur le fond.
Quand à l'information du bon peuple , pas de traces, pas de pédagogie, pas d'explications.
N'est-ce pas ainsi que l'on fomente le désordre et la révolte de ceux qu'on a floués ???
a écrit le 25/05/2012 à 8:25 :
De la désinformation La Tribune ,arrêtez de soutenir votre " Chouchou" l'élection est terminée...
a écrit le 25/05/2012 à 0:12 :
Les marchés nous laissent tranquille par que la proposition de Hollande offre des perspectives nouvelles avec sa proposition Rigueur + Croissance + Justice, qui finira par payer.
a écrit le 24/05/2012 à 23:57 :
Hollande est probablement un imposteur, ou est-il seulement schizophrène comme son prédécesseur (un coup oui, un coup non, un clone au niveau communicationnel qui lui a piqué jusqu'à certaines expressions ou certaines formes de répartie). Et n'a sans doute aucune volonté de faire la nique à la dictature financière. Attendons de le voir à l'oeuvre, et de ce qui pourrait sortir des législatives... Forme d'escroquerie, l'étiquette "socialiste" illustre bien l'abus langagier de notre époque orwellienne et de ses détournements par la communication verbale.

Le cadre financier est sans doute celui duquel il est urgent de sortir, ne serait-ce que par ce que les considérations qui l'entourent, et qui se posent en ressort ultime et principal de l'ordre et la marche du monde, occultent, à la manière de l'aveuglement économique, la base écologique (matérielle, énergétique et vivante) qui permet l'existence de tout le reste.
Hormis ce constat indispensable, il convient aussi de tenir compte du déficit démocratique du champ économico-financier, de l'utilité et du sens des champs purement financier et bancaire et pour le moins de leur prédation excessive sur les richesses produites, sans évoquer leur poids illégitime dans l'orientation générale du monde.
On conviendra de la difficulté de la chose proposée, mais l'éluder (par intérêt ou par défaut d'imagination) revient à se priver de tout changement possible; ainsi l'évoquer me paraît le prérequis indispensable à toute discussion entre personnes de bonne volonté.
a écrit le 24/05/2012 à 20:52 :
Parce qu'il est bien gaulé (les marchés sont de vils matérialistes) ?
a écrit le 24/05/2012 à 19:31 :
a "EtiennLo"
En tout cas, le cours de l'euro a pris un coup dans l'aile depuis son arrivee pour de bonnes raisons.
j'en connais beaucoup pas mecontent d'ailleurs.
Fredoo.
a écrit le 24/05/2012 à 17:14 :
Cette analyse est ridicule... Les "marchés" ne vont pas en 1 semaine sanctionner Hollande alors qu´il n´a encore mis en oeuvre aucune de ses politiques, qu´il n´y a pas d´assemblée... L´année prochaine, ou peut etre deja dans quelques mois, lorsques grandes dépenses de gauche seront engagées, la machine à dette lancée, j´invite l´auteur de cet article à le remettre à jour en fonction des taux qui seront alors appliqués...
a écrit le 24/05/2012 à 9:24 :
les marchés aiment l'argent. Hollande n'aime pas les riches. les marchés n'aiment PAS Hollande. et Hollande n'aime pas les marchés . c'est tout simple.
Réponse de le 24/05/2012 à 16:14 :
C'est tout simple ? ... mais c'est TOUT FAUX !... Au delà des propagandes partisanes il y a la réalité de la vie ... et même la finance ne s'accroche pas aux sentiments, mais aux réalités économiques fondamentales et tout simplement de bon sens !
Réponse de le 24/05/2012 à 21:10 :
"la finance ne s'accroche pas aux sentiments" ah ouais, il y en a quand même un paquet qui ont acheté des actions fessdebouc a 38$ !
Au jour d'aujourd'hui il n'y a plus rien de rationnel surtout dans la finance !!!
a écrit le 24/05/2012 à 7:37 :
Je croyais jusqu'à présent que La Tribune était un journal fiable en ce qui concerne l'analyse économique et financière. Porter un jugement sur le gouvernement socialiste, alors qu'il n'a encore rien fait. Et que les taux d'emprunt reflètent encore la politique budgétaire de Sarkozy, c'est soit de la bêtise, soit de la désinformation. Que dire aussi de l'impasse faite sur la chûte des cours de la bourse qui reflètent l'inquiétude des marchés due au refus de la Grèce de se plier aux nécessités d'un assainissement financier, ce qui est encouragé par les appels irresponsables de F Hollande en faveur de la croissance par plus de dépenses publiques ? Bref la Tribune me déçoit par la légèreté de son analyse.
Réponse de le 24/05/2012 à 10:14 :
Je suis désolé de vous le dire mais vous ne connaissez absolument rien à la finance. C'est pas une question de complaisance de la part de la Tribune qui est est journal on ne peu plus serieux en matière d'analyse de la politique économique. Si des spécialiste comme Jacques Delpla approuve la confiance que les marchés ont a l'égard du nouveau gourvernement cela en dit long. Bref revoyez aussi vos cours de bourses pour comprendre un peu la hausse et la chûte cours de la bourse.
Réponse de le 05/06/2012 à 12:00 :
Mais oui ! Les magazines économiques sont top ! Ils voient loin et clair, ils ont tout prévu, et ils continuent ...
a écrit le 24/05/2012 à 2:43 :
Pourquoi voulez vous que les marchés sanctionnent des dirigeants passés maîtres dans le capitalisme étatique et de copinage? Au contraire. A quelques exceptions près, essentiellement des maladresses, ce gouvernement continuera sur la lancée des autres à renforcer les barrières anticoncurrentielles propres à protéger les grandes entreprises, pourvoyeuses de jobs de compensation et autres provendes en échange de ces bienfaits.
Evidemment, les entrepreneurs qui paient des impots le font sans contrepartie exigible, et devront composer avec une bureaucratie encore plus pregnante et une réglementation idoine. Mais tout cela pour leur plus grand bien et le notre, bien évidemment.
Réponse de le 24/05/2012 à 3:44 :
D'ailleurs il suffit de voir le nombre d'entre eux passés par les réseaux US. Depuis les cercles d'influences jusqu'aux think tanks, bon nombre des dirigeants socialistes le splus influents... sont finalement très sous influence américaine.
Jetez donc un oeil au programme "young leaders" qu'animent les US. Outre François Hollande vous y trouverez le patron animateur de Terra Nova ou Moscovici ou Montebourg ou Belkacem ou Pigasse ou Olivennes ou Joffrin ou Izraelewicz... La liste est très très longue.
Peut on s'étonner par la suite si nos dirigeants sont finalement si loin du peuple et si leurs idées sont si différentes qu'il convient de nous les imposer?
a écrit le 24/05/2012 à 1:37 :
Ci-dessous une avalanche de propos haineux et méprisants contre le nouveau Président.
C'est absurde, ce sont des procès d'intention, pas de l'analyse.

D'autre part, prétendre que le président Sarkozy n'a pas augmenté les impôts est d'un grotesque accompli : il a augmenté les taxes existantes et en a créé de nouvelles.
Réponse de le 24/05/2012 à 3:00 :
Je suppose que c'est le hasard. Mais sur 5 articles, je tombe sur un dernier commentaire expliquant qu'il faut attendre pour juger ou que les a priori ne sont pas des analyses. Bref, que toute opinion négative sur la nouvelle expérience socialiste doit être mise en sourdine ou du moins relativisée.
Que n'avons nous pas entendu ces mêmes commentaires il y a quelques années?
J'adore ce sectarisme décomplexé. C'est très frais.
Réponse de le 24/05/2012 à 7:32 :
Nico a un bilan de m...., François n'a qu'un programme de m...., ce n 'est pas la même chose ...
a écrit le 23/05/2012 à 22:50 :
C'est fausse. Les marchés ont chuté beaucoup.
a écrit le 23/05/2012 à 21:21 :
Ce n'est pas sérieux. Nous vivons actuellement sur le budget Sarko (4.4% de déficit et une prévision de 3% pour 2013). Tant que le camarade Hollande sera dans les pas de Sarko, il ne se posera aucun problème pour les taux. Si le verrou des 4.4% saute, ce sera l'explosion des taux.
Réponse de le 24/05/2012 à 3:43 :
Sarko ou pas, les budgets ont des hypotheses de croissances non realiste !
a écrit le 23/05/2012 à 20:39 :
c'est le dernier paragraphe de l'article le plus intéressant.on y apprend que les marchés(libéraux)sont rassurés par la capacité de la france a augmenter indéfiniment les prélèvements obligatoires,croissance ou pas.bonne confirmation que les marchés (ou la finance)ne sont que des pillards.bientot soixante pour cent de prélevements en france?
a écrit le 23/05/2012 à 19:33 :
une faillitte generale du pays pour eliminer UMPPS
Réponse de le 24/05/2012 à 6:32 :
éliminer le ps certes.mais l'ump a protégé la population depuis de nombreuses années.il ne faut pas tout confondre!
a écrit le 23/05/2012 à 18:48 :
Votre article est parfaitement fondé en ce sens que Hollande n'a comme programme que celui de taxer le contribuable, célui- ci ayant suffisamment de "comparses" pour satisfaire ce projet de gouvernement (p.s. La moitié des foyers supposés fiscaux étant exemptées, ils applaudissent !!!).
Réponse de le 23/05/2012 à 19:15 :
Nico n'augmentait pas les impôts, il créait des taxes, nuance... 27 si j'ai bien compté
Réponse de le 23/05/2012 à 19:25 :
vous devez être de ceux qui ont la chance de payer des impôts. et bien réjouissez vous, vous allez pouvoir faire plus!
en effet les taxes vont augmener, mais pas pour les mêmes.
ceux qui défiscalisaient, ne pourront pas en faire autant qu'avant
un peu plus de justice donc.
Réponse de le 23/05/2012 à 22:21 :
Il faut arrêter de dire que la moitié des foyerS français ne paient pas d'IR,s'ils ne paient pas l'IR ils paient la CSG QUI EST AUSSI UN IMPÔT SUR LE REVENU.Et la CSG va augmenter même si c'est de façon symbolique(apparemment pour le MEDEF CE N'EST PAS SYMBOLIQUE CAR ILS SONT VENT DEBOUT CONTRE L'AUGMENTATION DE CSG,LES PAUVRES!).
Réponse de le 23/05/2012 à 22:34 :
rappel les impots sur le revenu pèsent environ des 10% ds recettes de l'Etat. 90% des taxes sont payés par tous, de la TVA à la TIPP... En résumé, TOUT LE MONDE payent des impots en France, et si l'évasion fiscale n'existait pas, la dette n'existerait tout simplement pas sur les 30 dernières années...
a écrit le 23/05/2012 à 18:45 :
Dites aux marchés que l'Allemagne ne viendra pas au secours de notre dette et vous verrez l'ampleur des taux réels. En même temps, je me demande si le rédacteur de l'article ne cherche pas à se faire une place au soleil de la République. L'analyse de l'article est à peu près aussi pertinente que celle du poulpe employé pour le football. Je pourrais faire le même en indiquant à la vue du niveau du CAC : la bourse n'aime pas François Hollande. En fait, il n'y a strictement aucun lien entre l'un et l'autre. Les marchés se moquent éperdument de savoir qui est aux commandes d'un pays pourvu qu'ils aient la main sur la politique globale, ce qui est le cas par l'intermédiaire de l'Union européenne.
Réponse de le 23/05/2012 à 20:20 :
les marchés sont actuellement sur une plage des bahamas en train de siroter leur margarita et de pèter dans la soie.ils ne souhaitent pas etre dérangés, bastien
Réponse de le 23/05/2012 à 22:56 :
c est vrai les marchés et autres boursicoteur sont là pour gagner de l argent le plus vite pôssible,,n ont rien a siré de Sarko et autre Hollande;la seule réponse a faire c est de prendre un sérieux impot au passage des transactions,,comme si c était du salaire,,,et ne pas oublier de séparer les banques d affaire et de dépos,,,laissons les s amuser et faisons leur payer un péage a chaque passage dans notre pays ou Europe,,,
a écrit le 23/05/2012 à 18:20 :
Les marchés n'aiment pas François Hollande. Ce qu'ils aiment ce sont indicateurs de dette/PIB satisfaisants, des perspectives de croissance et un risque inflationniste faible.
Si ces indicateurs venaient à se dégrader, c'est la note de la France qui serait dégradée, et donc les taux auxquels elle emprunte.
François Hollande est transparent dans cette histoire, il ne vient pas de se crééer une crédibilité économique parce qu'il a été élu. La première "bêtise" qu'il fera, càd celle qui influera négativement sur l'un des indicateurs plus haut, sera sanctionnée immédiatement. Pour l'instant, la seule chose que les marchés accordent à FH, c'est le bénéfice du doute.
a écrit le 23/05/2012 à 18:06 :
les marchés ont confiance dans la France et dans la politique menée depuis quelques années, donc nous sommes sur la roue libre du précédent gouvernement. Hollande n'y est pour rien!
Réponse de le 05/06/2012 à 12:05 :
Mais oui bien sur - Rien de sera jamais de la responsabilité de Bla-bla, même dans 5 ans ?
Réponse de le 05/06/2012 à 12:16 :
C'est stupéfiant de constater l'immense indulgence des médias pour un "président " qui va faire exactement le contraire de ce qu'il dit et qui n'a pas l'excuse d'un début de méga-crise mondiale auquel le précédent président a du faire face en s'adaptant avec une rare réactivité - Le "menteur", le "démolisseur", la "honte infâme" c'était N.S.
Bla-bla bénéficie étrangement de la mansuétude générale - ses mensonges seront bénis. L'ère du mensonge devient une culture.
Cela n'augure rien de bon en ces temps où la pédagogie et la vérité devraient être à l'ordre du jour - François Fillon disait que le Peuple peut comprendre la vérité - Les médias en décident autrement. On verra le résultat ...
a écrit le 23/05/2012 à 17:59 :
Je trouve cet article particulièrement mauvais de la part de la Tribune. Dire que les marchés aiment François Hollande est une stupidité totale et l'analyse qui en est faite est très décevante. En effet, comment peut-on juger la réaction des marchés après juste 3 semaines d'élection et une dizaine de jours de prise de pouvoir.? Que craignait-on, que les marchés allaient s'éffondrer d'un coup et que les taux d'emprunt s'envoler du jour au lendemain? La tribune est-il encor un journal d'économie digne de ce nom pour dire une énormité pareille?
Les marchés se moquent de la politque, il ne regarde que les perspectives économiques à court terme. Or à court terme, les données économique de la France ne vont pas s'effondrer, l'euribor est à la baisse constante depuis plusieurs semaines il est donc normal que les taux soient relativement stables...

Revoyons les mêmes parametres dans quelques mois quand le niveau de déficit aura explosé, que la Grèce sera exclue de l'Euro et que la France nouveau pays ayant rejoint le club Med ne laissera plus d'espoir sur son redressement !!! Je donne rendez vous alors à M. Yvan Best pour qu'il reprenne son article
a écrit le 23/05/2012 à 17:24 :
Ne peut-on pas simplement dire que les marchés agissent avec la tête contrairement aux électeurs susceptibles de voter avec le c?ur?
a écrit le 23/05/2012 à 17:06 :
Il est peu probable et même fortement incertain que les marchés aient quoi que ce soit à voir avec le Président inexpérimenté d'une puissance moyenne sur le déclin qui n'a les moyens de menacer personne en tout cas sur le plan économiaque, et encore moins sur les autres. La hollandatrie a quelque chose de malsain dans son irréalisme et son culte de la personnalité, alors que ce personnage n'essuie que rebuffades et mépris polis dans ses tentatives de faire valoir ses idées et son programme devant ses interlocuteurs étrangers d'une toute autre trempe. Une presse servile car nécéssiteuse, ne peut que le flatter à l'instar de son homologue coréenne, mais elle ne pourra longtemps empêcher la réalité d'apparaitre, sauf à changer de régime.
a écrit le 23/05/2012 à 16:42 :
FLN assure effrontément qu'il va remettre de l'ordre dans les finances publiques en même temps qu'il revient à la retraite à 60 ans, comment les marchés peuvent avoir confiance dans un tel personnage ? et ce n'est pas fini de ces fabuleuses promesses car les qualifier d'engagements ou de promesses revient au même.
a écrit le 23/05/2012 à 16:19 :

tout simplement parce que l alternative a voulu et fait le choix d un bon president social democrate...apres 5 annees de gabgi
a écrit le 23/05/2012 à 15:49 :
Dire que les marchés aiment F Hollande est ridicule.
Ils ne le connaissent pas encore.
En tout cas, le CAC 40 ne l'aime pas qui est passé de 3500 pts moins de 3000..en 15 jours
Pas de quoi se réjouir. On veut vraiment nous faire gober n'importe quoi !
Réponse de le 23/05/2012 à 22:25 :
C'est la récession qui a commencé en Europe et la crise de l'euro qui font plonger la bourse,pas FH,ne soyez pas ridicule!.
a écrit le 23/05/2012 à 14:22 :
les marches et FH il y a une marche ..que FH est incapable de comprendre la suite nous le dir???
Réponse de le 23/05/2012 à 19:19 :
hollande en secrétaire du PS est capable de comprendre beaucoup plus que vous ne l'imaginez!
a écrit le 23/05/2012 à 14:21 :
M. Raymond BARRE etait un excellent gestionnaire en finances -
Réponse de le 23/05/2012 à 16:34 :
je vous approuve !!!!!!!
a écrit le 23/05/2012 à 14:06 :
acheter les syndicats acheter les mediats ....avec l argent des autres egal la PAIX . .. aux autres de payer.
Réponse de le 23/05/2012 à 22:38 :
charabia incompréhensible ! Pouvez-vous expliquer ?
a écrit le 23/05/2012 à 13:54 :
M Hollande donnera sa démission le 17 juin au soir quand le brillant JF COPE rélisera le carton plein et sera nommé premier ministre.
Réponse de le 23/05/2012 à 16:03 :
MDR
Réponse de le 23/05/2012 à 16:06 :

c est bon de rever!!!
Réponse de le 23/05/2012 à 16:10 :
je plussoie!le bilan des socialo marxistes est calamiteux,et ceux qui ont commencé a ricaner sur la mise a l'écart des morano et lefevre mangeront leur chapeau.dans moins d'un mois....ça fait long quand meme
Réponse de le 23/05/2012 à 16:36 :
Peut être qu'il va écoper une veste !
Réponse de le 23/05/2012 à 19:17 :
morano et lefevre, ce sont effectivement les références qui ont fait perdre la droite.
avec des pros au lieux d'amateur et de marchande de poisson, la situation serait moins pire!
Réponse de le 23/05/2012 à 21:38 :
wouah elle a l'air super ta beuh !!!!
a écrit le 23/05/2012 à 13:51 :
Oui sauf que le marché a largement anticipé la victoire de Flamby en accentuant les pertes du CAC40 par rapport aux autres places financières. Si les obligations françaises se portent bien c'est justement parce qu'il n'y a pas d'autres investissements aussi "sûrs" étant donné le chaos ambiants. C'est ce qu'on appelle communément le "flight to quality" qui a débuté après le pic survenu au moment de la perte du AAA, quand Sarko était encore là...
Réponse de le 23/05/2012 à 18:55 :
CQFD. Toute notation est relative. La France empruntera à un taux faible tant que les emprunts italiens et espagnols auront une certaine dose de risque. Par contre l'assurance-vie va continuer de perdre de son intérêt.
a écrit le 23/05/2012 à 13:37 :
peut-être l'aiment-ils encore ... mais les marchés n'aiment pas, détestent, les situations incertaines. Les conflits qui opposent la France et l'Allemagne, le manque d'alternative sérieuse aux Eurobonds qui ne se feront pas, les faux pas répétés de la nouvelle administration etc .. ne sont pas de petits évènements et deviennent déjà synonymes de faiblesse et d'absence de direction. Tout cela ne va que redoubler la nervosité des marchés à l'égard du moins fort (ou du plus faible), c'est à dire la France. Dans de telles circonstances la sanction arrive vite et fort.
a écrit le 23/05/2012 à 13:15 :
les marchés ont un fonctionnement binaire : ça monte ou bien ça descend ! Hollande , Sarkosy ... bof . Montebourg , ambitieux : un possible bon cheval gagnant .
a écrit le 23/05/2012 à 12:56 :
un titre racoleur qui en dit long
a écrit le 23/05/2012 à 12:54 :
C'est normal c'est un socialiste FRANCAIS ! C'est à dire "capitaliste mais de gauche", si vous voulez passer une bonne soirée avec du champagne, saumon .... dites juste "je suis socialiste" et tout ira bien, surtout pas droite oulalalala dans ce cas ça frole le fascisme et il faut vraiment penser au plus démunies, allez encore une petite coupe :-))
a écrit le 23/05/2012 à 12:36 :
Belle manière de retourner sa veste La Tribune....après avoir relayé la propagande UMP présentant Hollande comme une menace pour le pays avec à la clé une attaque des marchés!!! c'est drôle !!! quelle grandeur et consistance dans vos propos...ah oui vous n'êtes plus en kiosque!!! mais c'est donc pour ça
Réponse de le 23/05/2012 à 16:29 :
je ne trouves pas l article si élogieux sur Hollande il faut tout lire pas juste le gros titre je sais c est fatiguant ...
a écrit le 23/05/2012 à 12:21 :
il faut donc reconnaître là, la stupidité du marché : car si les impôts augmentent il y aura immanquablement récession, ce dont se faut hollande puisqu'il créera des emplois d'Etat que nous paierons pendant 80 ans !!!!
il faut encore reconnaître la stupidité des marchés dans le fait que si l'Italie ou l'Espagne font défaut, alors la France sera en 1ere ligne !
il faut enfin reconnaître la stupidité des marchés dans leur désir d'un plan de relance européen avec encore et toujours de la dette : nous faisons cela depuis 50 ans !!!!
a écrit le 23/05/2012 à 12:05 :
La tribune met toujours dans le mille, en effet les marchés financiers aiment bien FLN, ce pourquoi la bourse au CAC40 plonge à nouveau. Quel beau temps pour les spéculateurs qu'un bleu de la politique entêté au point de se mettre à dos notre principal allié, l'Allemagne et ses fumeuses théories défendues par l'autre pays de cigales qu'est l'Italie.
Réponse de le 23/05/2012 à 20:30 :
c'est sur que les marchés boudaient sarko qui lui savait ou il allait:il a formidablement réduit la dette ,le chomage,et nous a protégés de la crise.c'etait un homme d'expérience!
a écrit le 23/05/2012 à 9:23 :
Les marchés aiment-ils la France ou redoutent t-ils les autres ? UK et USA au bord de la faillite, Japon à 300% de dette, Chine en perte de vitesse, nationalisations dans des pays en développements...

Vous êtes un fond de retraite, une assurance, vous avez un montant défini qu'il vous faut placer, ça doit pas être évident. La France et l'Allemagne ne sont pas meilleurs qu'avant, mais comparé aux autres, leur situation est un peu moins dégradée :)
Réponse de le 23/05/2012 à 11:31 :
je crois que vous avez mit le doigt pile dessus ...
Réponse de le 23/05/2012 à 12:13 :
Investir dans l'économie réelle non ? Les entreprises par ex.
Réponse de le 23/05/2012 à 14:38 :
Le Japon c'est plutot 200% et principalement detenu par des japonnais, ça fait une tres grosse difference!
UK & USA au bord de la faillite??? Ils ont tous deux de fortes capacité de remboursement, tout comme la France!
La CHine en perte de vitesse? oui mais passé de 10% à 8.5% ça reste quand même pas mal!

Si les marché reste confiant ça n'a rien a voir avec FH, il est là que depuis peu. Les marchés ne regardent que le "risque" pris ou non !
Réponse de le 23/05/2012 à 16:32 :
grosses capacités de remboursement les USA?? ah bon?? on en reparle en fin d année ...la méche de la bombe inflationiste est allumée comme Angleterre Mais je ne suis pas un spécialiste non plus juste un quidam qui s interesse
a écrit le 23/05/2012 à 9:21 :
Même si je pense que François Hollande est suffisamment intelligent pour ne pas appliquer son programme, en tous cas pas sans contreparties non dévoilées pendant la campagne, il y a de quoi être surpris par ce titre complètement partisan. Nous n'avons toujours pas récupéré notre AAA chez certaines agences et nous sommes toujours sur la sellette. Est ce que les réformes entreprises par Sarkozy, comme celle de la retraite, le non remplacement d'un fonctionnaire sur deux ne serait pas aussi de nature à rassurer les marchés... en tous cas plus que Hollande qui n'est arrivé qu'il y a quelques jours seulement et sur lequel on ne doit pour l'instant tiré aucune conclusion, ni positive, ni négative !
Réponse de le 23/05/2012 à 11:54 :
Il faut arrêter de délirer,les promesses électorales de FH sont parfaitement finançables(même en tenant compte du contexte actuel),elles ne mangent pas de pain,même si le medef ne veut pas d'augmentation de la CSG(elle sera minime).
oldy @ croit encore à l'argumentation électorale de l'ump.C'est une argumentation politicienne,ce n'est pas justifié d'un point de vue économique.
Réponse de le 23/05/2012 à 12:33 :
Tartufferie : la réforme des retraites ? Quand Sarkozy a acheté la paix sociale en ne touchant pas aux régimes spéciaux ?
Le non remplacement d'un fonctionnaire sur deux ? Si c'est pour embaucher des contractuels à la place ou passer des marchés juteux à des officines privées, ça sert à quoi au juste ?
Sarkozy comme ses deux predecesseurs est un étatiste à tendance radical socialiste
Réponse de le 23/05/2012 à 13:57 :
Tout à fait d'accord avec ce post, car effectivement les marchés jugeront "sur pièce" ...et pour l'instant le Président Hollande n'a pas pris encore de vrais décisions, il vient tout juste de faire "connaissance" avec les grands de ce monde ! Il est prudent d'attendre pour commenter ...n'oublions pas que l'UE est dans une passe difficile et que selon ce qui ce passera en Grèce, en Italie, en Espagne ou encore au Portugal tout peut changer et bien plus que des taux bas ou la première lettre de l'alphabet pour notation !
a écrit le 23/05/2012 à 9:11 :
Et pourquoi les journalistes aiment (aussi) François Hollande ? parce qu'il a promis de rétablir les 30% de déduction pour frais professionnels
Réponse de le 23/05/2012 à 9:25 :
... 30% d?abattement fiscal ! C'est juste énorme... Hollande a carrément acheté la presse. Pour ma part je ne lui reprocherait pas car c'est un homme politique et il a fait ce qu'il fallait pour gagner. C'est surtout aux journalistes qu'il faut en vouloir, constamment drapés dans leurs habits de sauveur de la démocratie et détenteur d'une vérité absolue. Souvenez vous quand Sarkozy leur servait la soupe, il était leur idole.
Réponse de le 23/05/2012 à 9:53 :
c'est sympa ces commentaires, on peut écrire n 'importe quoi. François Hollande n'a jamais promis de rétablir l'abattement es journalistes. C'est simplement faux. Soyez subtils un minimum, et vous verrez que cet article n'est pas si favorable à François Hollande: il est notamment écrit que la croissance promise ne verra pas le jour.
Réponse de le 23/05/2012 à 10:31 :
achete les journalistes c'est bien ça !!!!! je ne le pense pas
Réponse de le 23/05/2012 à 12:13 :
François Hollande n'a jamais promis de rétablir la déduction de 30%. Cette affirmation est totalement erronée. par ailleurs, si vous voulez bien lire l'article, il n'est pas si favorable au nouveau président, s'agissant de la croissance, notamment.
Réponse de le 23/05/2012 à 18:13 :
Le soir de l'élection de F.H. , à la Bastille dans la tente du P.S. ,qui sablaient le champagne?... les patrons du Monde , du Nouvel Obs. , de Libé. etc.....
Réponse de le 23/05/2012 à 18:38 :
Sincerement je ne pense pas qu'il ait besoin "d'acheter la presse" puisque celle-ci dans sa majorité a subtilement préparé l'opinion publique par des articles sinon partisans, au moins suffisamment "appuyés " pour que "l'anti-sarkosisme latent" fasse son œuvre !
Réponse de le 23/05/2012 à 19:10 :
mais quelle presse lisez vous? si c'est le figaro, vous avez les articles qui vous intéressent,si c'est libé, également!
pourquoi critiquer la presse quand on sait à qui elle s'adresse?
Réponse de le 23/05/2012 à 23:15 :
Par définition la presse d'opinion a toujours été partisane. Léquilibre était (plus ou moins) assuré par la diversité. Ce n'est plus le cas maintenant, surtout avec les nouveaux média. La diversité a plutot fait place au matracage.
a écrit le 23/05/2012 à 9:08 :
cela est passé inaperçu mais qui est le ministre de la propagande dans ce gouvernement de gauche ? le même qui décerne les prébendes aux médias ?
Réponse de le 23/05/2012 à 9:47 :
Pas besoin, les médias sont d'humeurs changeantes. En 2007 ils idolâtraient la "rupture" incarnée par Sarkozy avant de le vouer aux gémonies. Aujourd'hui c'est le "changement" de Hollande qui est encensé... jusqu'à quand?
a écrit le 23/05/2012 à 8:19 :
Ahhh j'aime les commentaires de la Tribune ... faisant passer la gauche pour des andouilles qui ne savent pas gérer ... puis quand un article indique que même la finance n'a pas de doute sur le fait que la gauche sache gérer , les commentaires critiquent la politique "de droite" de la gauche .... N'importe quoi ...
Réponse de le 23/05/2012 à 10:32 :
@Ahbon
Soit, mais vous conviendez bien que l'article n'est pas d'une objectivite exemplaire :) les marches sont en general pragmatiques, ils jugent plutot sur les actes que sur les declarations... Attendons de voir comment le gouvernement va orienter sa politique economique, quelles mesures vont etre prises, et voyons a ce moment-la (i.e. en Septembre en gros).
a écrit le 23/05/2012 à 8:16 :
Bel optimisme mais quand le matracage fiscal aura lieu, l impôt va tuér l impôt et les déficits vont à nouveau se creuser
Réponse de le 23/05/2012 à 19:07 :
la matraque va fonctionner, mais ce ne sera pas pour les mêmes!
chacun son tour!
Réponse de le 23/05/2012 à 20:34 :
carlier a raison:a plus rien a taxer,il y a trop d'endettés.mais comme ils n'ont pas trop d'idées a droite ou a gauche ils essayent de taxer,sans doute un réflexe subliminal
Réponse de le 23/05/2012 à 23:29 :
Taxer c'est facile! Gérer l'est beaucoup moins, la Cour des Comptes en fait souvent état. Quand les citoyens vont-ils exiger que la Cour des Comptes puisse sanctionner les gabegies de l'Etat et des Collectivités Locales ????
a écrit le 23/05/2012 à 8:04 :
La réponse est pourtant simple: entre une politique de 'droite' populiste ravageuse pour nos finances, et un 'socialisme' pragmatique, pas de quoi fouetter un chat!
a écrit le 23/05/2012 à 7:47 :
un gouvernement de maçons :
http://la-dissidence.org/2012/05/17/les-allegeances-du-nouveau-gouvernement/
a écrit le 22/05/2012 à 23:29 :
A présent que des régions entrent en récession et que la majorité des autres sont à zéro, il serait peut être temps de s'occuper de leur gestion "paniers percés".. ce sont ces bouts de France qui risquent de faire tâche dans le programme de FH et aussi faire grimper les taux d'intérêt .... les régions.. le talon d'Achile de FH ??
Réponse de le 23/05/2012 à 23:32 :
Taxer c'est facile! Gérer l'est beaucoup moins, la Cour des Comptes en fait souvent état. Quand les citoyens vont-ils exiger que la Cour des Comptes puisse sanctionner les gabegies de l'Etat et des Collectivités Locales ????
a écrit le 22/05/2012 à 23:21 :
Les deux auront le même parcours : une introduction en fanfare puis plouf !
a écrit le 22/05/2012 à 21:30 :
Normal, pour un président normal !! remarque c'est vrai il a dit que la finance était son ennemie, mais vous oubliez de préciser (volontairement je suppose !) que a peine deux jours après il a été a la City (paradis fiscal en passant dont bon nombre de politiciens français connaissent très bien pour y avoir fait transiter de l'argent propre) faire de la lèche a tout va et a tout ce qui pouvait représenter la finance sans visage !!!
Eh oui comme dans le film "le guépard" pour que tout reste en place il faut que ça change! c'est malheureusement de plus en plus vrai !!!
a écrit le 22/05/2012 à 21:14 :
Chaville socialiste
Samedi 31 mars de 16h à 18h au café du théâtre (en face de l?Atrium) : débat sur le thème : » Economie, comment créer la croissance dans un contexte de crise » animé par Ivan Best, journaliste à La Tribune.
Faut il vous rappeler que la campagne est terminée.
Réponse de le 23/05/2012 à 10:33 :
votez a droite bien entendu
a écrit le 22/05/2012 à 21:12 :
Euh euh euh...!
Réponse de le 22/05/2012 à 23:16 :
Ça faisait longtemps! Toujours aussi pertinant!
Réponse de le 23/05/2012 à 15:40 :
toujours pas pigé a quoi ca faisait reference ...
Réponse de le 23/05/2012 à 18:30 :
Je pense que ça fait référence au fait que FH s'arrête tous les trois mots quand il parle, probablement un conseil de son conseillé en communication pour donner l'impression qu'il est plus posé, plus réfléchi que son prédécesseur, mais qui à la longue devient fatigant et contreproductif.
a écrit le 22/05/2012 à 20:55 :
Delpa ! Ah, Delpa !
Cet article pose une question et Delpa, n y repond pas vraiement. Il donne son avis, son estimation, bref, rien de definitf.
En fait la dette francaise represente 86% du PIB. Donc «tout va bien» tant que l on attend pas les 90%.
En realite, les discours alarmiste sont sans nul doute issu du fait que les creanciers ou marches, se reveilleront quand la France aura une dette de 91 voir 92 % du PIB.
Alors QUAND, car in fine c est la seul vraie question ??????
Cela depend de Francois le Normal, plus il depensera plus cela ira vite ! moins il depensera, plus gagnera du temps !!!!
De toute les mamiere, a partir de Juin, la France vie a credit. cela signifie qu il faudra suivre les adjudications francaises, en Juillet et decembre.
QUAND ?? direz vous, mon nez dit l an prochain.
a écrit le 22/05/2012 à 20:55 :
Delpa ! Ah, Delpa !
Cet article pose une question et Delpa, n y repond pas vraiement. Il donne son avis, son estimation, bref, rien de definitf.
En fait la dette francaise represente 86% du PIB. Donc «tout va bien» tant que l on attend pas les 90%.
En realite, les discours alarmiste sont sans nul doute issu du fait que les creanciers ou marches, se reveilleront quand la France aura une dette de 91 voir 92 % du PIB.
Alors QUAND, car in fine c est la seul vraie question ??????
Cela depend de Francois le Normal, plus il depensera plus cela ira vite ! moins il depensera, plus gagnera du temps !!!!
De toute les mamiere, a partir de Juin, la France vie a credit. cela signifie qu il faudra suivre les adjudications francaises, en Juillet et decembre.
QUAND ?? direz vous, mon nez dit l an prochain.
Réponse de le 23/05/2012 à 1:15 :
Vous êtes mignon, à donner à notre président un pouvoir qu?il n?a pas! La commission européenne concentre le pouvoir exécutif (le législatif aussi, au passage), la BCE nous prive de toute souveraineté monétaire et le MES entend bien à terme déterminer les politiques budgétaires des états. Alors, avec tout le respect que j?ai pour lui, il va faire quoi, François?
Réponse de le 23/05/2012 à 5:01 :
Rectification : La France vit à crédit à partir de septembre ! (c'est déjà beaucoup)
a écrit le 22/05/2012 à 20:43 :
Personne pour critiquer?
Réponse de le 23/05/2012 à 2:02 :
Ben pourquoi critiquer ! Il fait une politique ultra libéral
Réponse de le 23/05/2012 à 2:31 :
Mais ce n'est pas ce qu'il a fait croire à ses électeurs !!
Réponse de le 23/05/2012 à 8:16 :
Lol et la "nuance" .... d'ailleurs ses commentaires sont parfois complètement incohérents les uns des autres ...
Réponse de le 23/05/2012 à 12:41 :
Normal, il y a plusieurs personnes qui utilisent le même pseudonyme, à savoir "Lol". Pas étonnant dès lors que vous pensiez que "Lol" (qui est en fait plusieurs personnes), ne tienne pas de propos cohérents ! :)
Réponse de le 23/05/2012 à 13:22 :
Lol est un terme tellement générique qu'il est fort probable qu'il soit repris par différentes personnes en tant que pseudonyme, d'où les contradictions que vous soulevez concernant les propos du même pseudonyme.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :