Grèce : pour le premier ministre, la priorité est d'obtenir "un rapport positif" de la troïka

 |  | 521 mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Les émissaires de la Commission européenne, de la Banque centrale européenne et du Fonds monétaire international doivent rendre leurs conclusions début octobre.

Le Premier ministre grec, Antonis Samaras, a fixé samedi comme "priorité" à la Grèce un "rapport positif" de la troïka chargée par l'UE et le FMI de veiller à son redressement, pour la maintenir à flot et dans l'euro. "Notre priorité est un rapport positif de la troïka", arrivée à Athènes vendredi pour conclure d'ici début octobre un audit dont la zone euro fait dépendre la poursuite de son soutien au pays, a lancé M. Samaras, inaugurant la Foire internationale de Salonique (nord).

Condition pour l'obtention de la prochaine tranche d'aide de plus de 30 milliards d'euros

Ce n'est que dans ce cas que le pays obtiendra la prochaine tranche, de 31,5 milliards d'euros, des prêts UE-FMI consentis au pays, "que nous luttons pour décrocher", afin de réinjecter de la liquidités dans une économie à sec, menacée sinon de cessation de paiement, a-t-il ajouté. Pour ce faire, le gouvernement est déterminé à "tenir ses engagements", a-t-il souligné, alors que son exécutif de coalition avec les socialistes et la gauche modérée doit boucler un impopulaire nouveau train d'économies de plus de 11,5 milliards d'euros pour 2013 et 2014, axé sur de nouvelles réductions de salaires publics et de pensions et des coupes dans les dépenses publiques.

Un nouveau plan d'économie très impopulaire

Ce plan doit être finalisé ces prochains jours avec les envoyés de la Commission européenne, de la Banque centrale européenne et du Fonds monétaire international, avec qui M. Samaras doit s'entretenir lundi, mais son élaboration a déjà relancé la tension sociale. Les syndicats et l'opposition de gauche ont ainsi appelé à une grande manifestation dans la soirée à Salonique. A la mi-journée, plusieurs centaines de policiers, pompiers et garde-côtes en uniforme ont ouvert le bal, avec un rassemblement sur le bord de mer, dans le cadre de l'offensive lancée par leurs syndicats depuis une semaine contre les coupes salariales les visant.

Manifestations à Athènes

"Quand la colère déferlera sur le parlement, nous serons avec le peuple", proclamait une de leurs banderoles, anticipant sur les manifestations à prévoir à Athènes quand les mesures seront soumises au vote des députés. Plusieurs milliers de militants communistes, emmenés par l'Union des retraités du parti communiste KKE, ont par ailleurs défilé dans la matinée dans le centre d'Athènes protestant notamment contre la détérioration des prestations de santé. Jugeant avoir commencé à "regagner la confiance" des partenaires européens courtisés ces dernières semaines, M. Samaras a reconnu qu'il devra batailler ferme sur le front intérieur, accusant les opposants aux mesures de servir un "lobby de la drachme". Quelque 3.500 policiers ont été déployés à Salonique, deuxième ville grecque, pour contenir les débordements émaillant souvent les manifestations.

Pour réduire la tension, et se consacrer aux négociations avec les bailleurs de fonds, M. Samaras a d'ailleurs renoncé à rester pendant le week-end à Salonique pour les discours aux entrepreneurs et conférence de presse marquant depuis des décennies la rentrée sociale et économique.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/09/2012 à 11:52 :
Travaillez 7/7 jours pour un bol de riz/jour ! Sinon : problème.
a écrit le 08/09/2012 à 18:30 :
Et la mascarade continue... ils vont certainement l'avoir leur rapport positif, malgré une situation chaque jour plus catastrophique. Pourvu que les grecs, les portugais, les espagnols, etc... acceptent de crever en silence, sans troubles, de façon à ce que les affaires continuent ! elle est belle l'Europe ! Naturellement, tout cela va mal se teminer.
Réponse de le 08/09/2012 à 19:38 :
ho que oui : une vraie bande de guignols (au demeurant fort dangereux) !
a écrit le 08/09/2012 à 16:06 :
Ils vont continuer à tuer la Grèce, avec l'assentiment de tous les autres pays européens qui attendent leur tour. Nos dirigeants politiques nous trahissent tous pour des intérêts qui ne sont à l'évidence pas les notres. Pas un pour rattraper l'autre, quel que soit le pays. La profession de foi européiste est plus forte que tout. Du moins pour l'instant...
a écrit le 08/09/2012 à 15:38 :
Nous sommes des veaux.
De Gaulle l'avait fort justement dit.
Il y a longtemps que nous aurions du "dégager" les eurocrates, les banquiers et leurs complices politiciens.
a écrit le 08/09/2012 à 13:49 :
Les rentiers ont donc gagné provisoirement la partie. Grand bien leur fasse, car chaque jour, ils nous montrent qu'ils sont sur la mauvaise route. Il ne reste qu'à leur souhaiter bonne chance, car ils vont en avoir vachement besoin.
a écrit le 08/09/2012 à 13:45 :
"Lobby de la drachme" ou novlangue des européistes pour désigner le peuple grec. Oui, il peut fuir Salonique, le Samaras, tant il fait dans sa culotte !!! Honte à tous ces dirigeants qui sont en train de détruire tout un pays.
Réponse de le 08/09/2012 à 16:55 :
+1
Les politiques n'ont pas de coui.....s!
Je n'oserais même pas me regarder dans un miroir à leur place
S'ils ne peuvent assumer ce pourquoi ils sont élus, qu'ils ne se présentent pas !
A-t-on vu des incapables diriger une entreprise?
C'est à se demander à quoi servent des élections s'ils sont dépendant de l'argent que le pays n'a plus le droit de produire au nom de qui ou de quoi!
La politique m'exaspère, voir des pantins tous les jours c'est vraiment lassant!
un citoyen très mécontent!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :