Athènes obtiendra-t-elle deux ans de plus pour réduire son déficit ?

 |   |  283  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Alors qu'Angela Merkel est attendue à Athènes ce mardi, le ministre des Finances grec, Yannis Stournaras, a indiqué que les créanciers du pays évoquent la possibilité d'accorder un délai de deux ans supplémentaires à Athènes pour lui permettre de réduire son déficit.

Après la restructuration, le délai. Le ministre grec des Finances, Yannis Stournaras, a fait savoir mardi que deux années supplémentaires pourraient être accordé à la Grèce pour réduire son déficit public. "Les membres de la troïka [UE - BCE- FMI] ont mis cette option sur la table", a-t-il déclaré. Une annonce qui intervient après qu'un dirigeant du FMI a évoqué une possible nouvelle restructuration de la dette grecque.

Visite d'Angela Merkel

Le gouvernement grec, qui doit également tenter de juguler un taux de chômage au plus haut et une récession installée depuis six ans,  tente depuis plusieurs mois de faire fléchir ses créanciers. Ce mardi, il tentera de gagner l'une des dirigeantes les plus inflexibles, Angela Merkel, qui se rend à Athènes pour y rencontrer le Premier ministre Antonis Samaras.

Un niveau de déficit insoutenable?

Le pays attend le versement d'une nouvelle tranche d'aide, de 31,5 milliards d'euros. Mais pour que celle-ci soit effectivement versée, la Troïka doit accepter le plan d'économie grec. Or, les créanciers ne croieraient plus possible que les objectifs de réduction d'endettement soient atteints. Pour obtenir les 130 milliards d'euros d'aide promise lors de la signature du second accord de sauvetage du pays, des conditions ont été acceptées par la Grèce.  Celle-ci s'engageait à ce que son taux d'endettement baisse à 120,5% au plus tard en 2020, contre plus de 161% attendu fin 2012. Atteindre ce taux n'était alors considéré comme possible que si Athènes affiche un excédent primaire (hors remboursement de la dette) de 4,5% du PIB dès 2014. Un niveau que le gouvernement considère semble-t-il comme insoutenable à cette date.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2012 à 15:27 :
Les jeunes Grecs, Espagnols, Portugais avec un bonne formation technique et qui ont eu la clairvoyance d´apprendre l´allemand trouvent aujourd hui sans problème du boulot tres bien rénumeré dans des entreprises allemandes.
Dans qq années ils repartiront chez eux bien " armés" et seront en mesure de reformer leur entreprises etc ...
Les 2 ans de surcis pour reformer seront contraproductif et de ce fait a exclure categoriquement.
Tand que le gouverement Grec ne sera pas disposé d´endiguer la fuite de capitaux . il n y a aucune raison d avoir pitié.

a écrit le 09/10/2012 à 11:54 :
Encore deux ans pour apprendre l'Allemand aprés c'est le grand départ en S.T.O
Réponse de le 09/10/2012 à 17:56 :
Mais non! Ils viendront en France pour nous apprendre l'allemand!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :