La Grèce va devenir le premier producteur d'or d'Europe

 |   |  425  mots
« La Grèce a un potentiel minier pour devenir un pays producteur majeur», estime Jeremy Wrathall, le patron de Glory Resources, une compagnie australienne qui opère dans le pays..Copyright Reuters
« La Grèce a un potentiel minier pour devenir un pays producteur majeur», estime Jeremy Wrathall, le patron de Glory Resources, une compagnie australienne qui opère dans le pays..Copyright Reuters
En 2016, la production aurifère grecque devrait dépasser celle de la Finlande. En raison de la crise économique, Athènes accélère la délivrance des permis d'exploitation de son riche sous-sol en minerais.

Dans un pays où le taux de chômage frôle les 26% - il a pratiquement doublé depuis le début de la crise économique en 2008 - et une reprise de l'économie à court terme est un mirage, il y a quelque rares bonnes nouvelles.

Ainsi, la Grèce pourrait devenir en 2016 le premier producteur aurifère de l'Europe, et supplanter la Finlande, 40e producteur mondial. Le pays dispose d'un potentiel minier important. Il est déjà le premier producteur européen de bauxite - le minerai de base qui rentre dans la fabrication de l'aluminium - et de perlite, une roche à base de silice, un produit utilisé dans l'horticulture.

Mais la dure crise que traverse le pays, qui va aligner six années consécutives de récession économique, est en train de bousculer un pays où la politique était largement fondée sur le clientélisme.

Histoire édifiante

L'histoire de la compagnie minière Goldfield European est à ce sujet édifiante. Cette junior attendait depuis cinq ans un permis d'exploitation qui pour des raisons bureaucratiques restait bloqué. Pendant ce temps, sa valeur à la Bourse de Londres a fondu, la transformant en proie pour d'autres sociétés. C'est finalement Eldorado Gold, une compagnie minière canadienne, déjà opérationnelle dans le pays ainsi qu'en Roumanie, Turquie, Chine et Brésil, qui va lancer une Opa, damant au passage le pion au fonds souverain du Qatar qui était lui aussi en course. Montant de l'opération 2,4 milliards de dollars.

Eldorado Gold n'est pas seule. Glory Resources, une compagnie minière australienne, va aussi exploiter une mine dans le nord-est du pays, en Thrace. Les nouveaux projets de ces deux compagnies devraient permettre à la production aurifère grecque de bondir de 16.000 onces (une once = 31,1 grammes) en 2011 à 425.000 onces à l'horizon 2016. Soit au cours de ce jour sur le marché international, quelque 582 millions d'euros.

Créations d'emplois

Selon Glory Resources, 200 emplois directs et 600 emplois indirects devraient être créés pour son seul projet, sans compter les recettes générées pour l'Etat grec sous forme de taxes. Quand à Eldorado Gold, son effectif actuel de 800 personnes devrait être porté à 1.500 personnes. En tout, le secteur minier grec emploie actuellement 10.300 personnes.

« La Grèce a un potentiel minier pour devenir un pays producteur majeur. Ce pays, bizarrement, est resté inexploré en raison de la situation politique qui a prévalu jusqu'à ce que la crise commence. Ainsi les techniques modernes de prospection n'ont jamais encore été utilisées ici », a expliqué à l'agence Bloomberg Jeremy Wrathall, le patron de Glory Resources.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/10/2012 à 23:26 :
J'aime cet euphémisme "raisons bureaucratiques !" pour décrire ce qui est tout
simplement la corruption, le népotisme, etc...
a écrit le 12/10/2012 à 21:14 :
"les techniques modernes de prospection n'ont jamais encore été utilisées ici" : les pauvres !
a écrit le 10/10/2012 à 23:32 :
c'est ne pas compter sur les magouilles à la grecque ! Les recettes de cette nouvelle industrie vont disparaître comme par enchantement, l'histoire ne fera que se répéter...
a écrit le 10/10/2012 à 21:00 :
200 emplois directs et 600 emplois indirects = 800 emplois... C'est clair qu'à ce tarif là, la Grèce va être sauvée !
a écrit le 10/10/2012 à 19:02 :
À chaque fois vous nous sortez des trucs, gaz de schiste, l'or loll
Quoi d'autre pour demain ?
L'eau de mer ?
Et pourquoi pas l'air qu'on respire ?
Les pauvres Grecs rejoindront le tière monde, rien que le poids de leurs dette externe, pèse 168%, d?ailleurs même la France doit faire attention, à la fin de l?année c?est 92% de son PIB.
Réponse de le 10/10/2012 à 22:23 :
Des diamants !!! Par milliers !
a écrit le 10/10/2012 à 18:59 :
De l'or dans les sous-sols, du gaz sous la mer a exploité, on va bientôt avoir droit à un Capital ''Grèce, la conquête de l'Est'' sur M6 ahah

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :