Il faudra 2 ans de plus à la Grèce pour se réformer

 |   |  382  mots
Christine lagarde, la directrice générale du FMI, a déclaré jeudi qu'il fallait donner plus de temps à l'Espagne et à la GrèceCopyright Reuters
Christine lagarde, la directrice générale du FMI, a déclaré jeudi qu'il fallait donner plus de temps à l'Espagne et à la GrèceCopyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Les experts des grands créanciers internationaux de la Grèce ont conclu après examen de ses comptes que le pays aurait besoin de deux années supplémentaires pour mener à bien ses réformes de structure.

Les experts internationaux sont formels : il faut accorder deux ans de plus à La Grèce. Les auditeurs de la troïka - FMI, Union Européenne et Banque Centrale Européenne - ont en effet " demandé la semaine dernière aux ministres des Finances de la zone euro de donner deux ans de plus à la Grèce", selon des informations publiées ce week-end par l'hebdomadaire allemand Der Spiegel. Or, le report de certaines des réformes structurelles à 2016 coûterait environ 30 milliards d'euros aux créanciers de la Grèce, a affirmé le Spiegel, et supposerait soit un abandon de certaines créances, soit une aide additionnelle.

7,8 milliards d'euros de sacrifices pour les Grecs ou 9,2 milliards ?

La Grèce estime que ce délai de deux ans devrait lui permettre de mettre en oeuvre les coupes budgétaires et les réformes de structure sans étouffer l'économie déjà très mal en point. Le FMI est prêt à lui consentir ce répit, d'ailleurs la directrice générale,Christine Lagarde, a plaidé jeudi 10 octobre pour que la Grèce obtienne ce délai de 2 ans pour brider son déficit. Mais certains pays de la zone euro restent réticents à prêter davantage et  exigent encore plus d'efforts d'Athènes.

Les divergences entre les instances internationales portent aussi sur l'évaluation de la situation. Alors que la Grèce s'est engagée à réduire la dette nationale à 120% de son produit intérieur brut en 2020, la BCE et le FMI évaluent plutôt ce chiffre à 140% à la même date. La Commission européenne se révèle pourtant plus optimiste en tablant sur 128%, indique Der Spiegel.

Le gouvernement grec jugeait initialement suffisant un train de 7,8 milliards d'euros de sacrifices financiers qu'il impose au peuple grec en échange d'une tranche de crédit de 31,5 milliards qu'il attend depuis juin. Les négociations avec la troïka portaient ce week-end sur un montant de 9,2 milliards d'euros, selon une source du ministère grec des Finances. Le Premier ministre Antonis Samaras a en tout cas prévenu que son pays n'était pas en mesure de supporter davantage d'austérité et que si la prochaine tranche d'aide financière prévue n'arrivait pas, les coffres de la Grèce seraient vides en novembre.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/10/2012 à 15:15 :
Aucun ne sait compter:
http://beconomicus.blogspot.fr/
pas avant 2044 au mieux..
Cordialement
a écrit le 15/10/2012 à 10:39 :
La situation est absurde, une dette à 120 % du PIB est une dette très élevée pour un pays à croissance démographique misérable et dont le pouvoir administratif peine à exiger les impôts votés... Et c'est déjà un objectif quasi inatteignable. Les milieux dirigeants grecs refusent de changer ses pratiques clientélistes, les créanciers publics internationaux exigent l'impossible et la population grecque ne sait plus quoi faire, ni penser pour sortir de la crise. Tout ceci est un fort mauvais scénario!
a écrit le 15/10/2012 à 10:32 :
Je constate - comme souvent sur le problème des finances grecques - des commentaires du genre tant pis / bien fait pour eux... C'est malheureusement un point de vue à courte vue, car en quoi la jeunesse grecque est-elle responsable de ce marasme qui la touche en premier lieu? Bien sur, ce n'est pas une raison suffisante pour leur prêter de l'argent. Mais, que se passe t il si on ne leur prête pas? Il est tout à fait possible que la situation soit moins favorable que si on leur prête... C'est dire que la situation actuelle n'est pas enviable et mérite un peu plus que des commentaires à l'emporte pièce.
a écrit le 15/10/2012 à 9:00 :
Ils ont de l'argent pour les grecs (surtout le notre) et ils sont en train de mettre notre économie en situation de mort clinique avec tous les impots supplémentaires ... C'est un scandale ... Que les grecs se débrouillent ... Cela suffit !!!
a écrit le 15/10/2012 à 2:09 :
On dit souvent que "les mêmes causes produisent les mêmes effets".Si on suppose que la Grèce obtiendra d'ici quelques jours tous les fonds dont elle a besoin (sans limite) et que même ses dette seront annulées (geste de générosité) combien de temps lui faudra -t-il pour retrouver son équilibre et aussi remettre l'union européenne à son état d'équilibre?et qu'est ce qui garantira à cette union de ne pas se retrouver dans un état pareil ou même pire?Je pense que le problème ne se limite pas au manque de fonds. Faut-il donc remettre en cause les règles régissant cette union et les reformuler de façon à la gérer en tant qu'une seule entité économique (avoir des ministères européens de l'économie, des finances, etc). Cela permettra de trouver une harmonisation sociale entre les différents peuples de l'union ce qui favorisera leur solidarité.
a écrit le 15/10/2012 à 0:36 :
2 ans, soit le temps que le nouveau circuit de F1 de la grèce soit construit, après on va se serrer la ceinture... Ah, elle est bien bonne cette farce !
a écrit le 14/10/2012 à 23:58 :
bien fait. creusez encore 2 ans le trou dans la coque du navire. quand il sera grand ce trou, le navire euro va couler. merci les grecs (meme si ce sont eux les vers qui creusent..). il faut bien commencer a quelque part.
a écrit le 14/10/2012 à 21:14 :
Tout les ans la durée des reformes de la Grèce augmente. il n'ont toujours pas mit en place de cadastre depuis le début de la crise. la lenteur dans la mise en place du cadastre réside dans le manque de volonté politique et chose incroyable l'Etat lui-même n'a pas de titres de propriétés, il ne peut donc ni privatiser ni vendre des biens publics.
a écrit le 14/10/2012 à 20:38 :
Mort de rire, deux ans et après ? Quoi ? Réformer quoi au juste ? Ils auraient pu dire 5 années les "experts" (en gros des glands qui se balladent) sinon ces "experts" aurait peut-être vu la crise !!!!!!! J'ai l'impression que les Grecs sont indispensable mais pour d'autres raisons (en effet c'est réellement un endroit important et ils le savent, donc ils vont rester).
a écrit le 14/10/2012 à 17:21 :
Si les grecs ont besoin de plus de deux ans, tant pis pour eux... On ne va pas pleurer sur eux, les allemands ont totalement raison d'être fermes et de ne pas céder au laxisme ambiant. Les grecs n'avaient qu'à pas duper tout le monde pour intégrer l'Euro, gérer plus sérieusement leurs finances, et ils n'ont qu'à retrousser les manches maintenant. Combien de touristes vont là-bas et se rendent compte que les grecs se la coulent douce !!! Alea jacta est...
Réponse de le 15/10/2012 à 9:43 :
"Les grecs n'avaient qu'à pas duper tout le monde pour intégrer l'Euro" le maquillage de leur compte était tout à fait légal à l'époque de leur entrée dans l'union et c'est Goldman Sachs qui les y a aidés, les mêmes qui aujourd'hui demande des comptes, la bonne affaire...
a écrit le 14/10/2012 à 15:45 :
"Donne et tu recevras."
a écrit le 14/10/2012 à 14:09 :
Pendant ce temps les autre membre de la zone Euro continueront de cracher au bassinet. Ce pays doit quitter UE et Euro le plus rapidement possible.
Réponse de le 14/10/2012 à 14:43 :
Oui il est grand temps de quitter l UE lepaquebot prend l'eau
a écrit le 14/10/2012 à 13:11 :
Si les intérêts continuent à courir, ça ne me dérange pas. Ils payeront plus plus tard, c'est tout. Et comme ils ont interdiction de faire défaut, tout va bien pour mes finances.
Réponse de le 14/10/2012 à 13:31 :
@yvan : c'est une blague ? Les Grecs ne paieront rien du tout. On ne mets pas en place une industrie, une système fiscal efficace en deux ans ! A part les "boites de nuits" et les plages la Grèce n'a rien d'autre à offrir (modulo les pavillons de complaisance...)
Réponse de le 14/10/2012 à 13:38 :
Ils payeront plus tard ? Ils ont interdiction de faire défaut....? vous rêvez ! et tout va mal pour vos finances car cet argent ne sera jamais remboursé.
Réponse de le 15/10/2012 à 14:34 :
@Krok: Les plages grecques et les boites de nuit voisines forment une "industrie" florissante et très profitable. Le climat humain est bien plus agréable en Grèce qu'en Turquie ou en Egypte, spécialement en ce qui concerne l'art de vivre et les relations homme-femme. Quelques efforts en matière d'aménagement du territoire devrait parachever le tout. Je trouve que, si les Grecs sont d'infâme carambouilleur en matière de finances étatiques, ils ont fait de remarquables progrès depuis 30 ans.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :