La Grèce est-elle la Norvège de demain ?

 |   |  303  mots
Copyright Reuters
Une étude présentée à Antonis Samaras hier souligne qu'un vaste champ de gaz naturel pourrait se loger sous la Méditerranée au sud de la Crète. Magot espéré pour Athènes: 464 milliards d'euros sur 25 ans.

Et si la Grèce était assise sur un tas d'or en gaz? Une étude remise mercredi au premier ministre hellénique Antonis Samaras ouvre cet espoir. Elle établit que, compte tenu de la structure géologique des fonds sous-marins au sud de la Crète et des réserves découvertes plus à l'est entre le Liban et Israël, la République hellénique peut espérer disposer de réserves de quelques 3.500 milliards de mètres cubes.

464 milliards d'euros sur 25 ans

Evidemment, il ne suffit pas de se baisser pour transformer ces réserves en argent comptant et trébuchant. Athènes a déjà lancé une étude concrète sur la réalisation de la prospection du gaz crétois. Le résultat est attendu pour la mi-2013. Mais les espoirs sont grands: l'étude s'attend à des recettes globales de 464 milliards d'euros pour l'Etat sur 25 ans. Soit 18,6 milliards d'euros chaque année. C'est 9% du PIB du pays en 2011 (mais il baisse chaque année!). Un chiffre «très conservateur», souligne les auteurs de l'étude.

Le salut, mais pas tout de suite...

Actuellement, les importations grecques de produits énergétiques atteignent 5% du PIB. Du coup, si ces réserves rêvées deviennent réalité, la Grèce pourrait devenir exportatrice de gaz. Et son déficit courant se transformer en excédent! Reste cependant à avoir la confirmation de ces études et la mise en ?uvre concrète de la prospection. On sait qu'en Grèce, les réalisations concrètes sont souvent délicates. D'autant que l'Etat dispose d'une faible marge de man?uvre. Les discussions avec la Troïka demeurent toujours très difficiles et le risque de défaut est loin d'avoir disparu. Le gaz pourrait sauver la Grèce, mais pas de ses difficultés actuelles.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/05/2014 à 14:32 :
C'est bizarre que Total n'ait pas réservé une part du gâteau...La Grèce serait-elle encore un
pays bénie des dieux...?Si c'est le cas,peut-être pourra-r-elle rembourser les "prêts" consen
tis par l'UE(dont la France)pour une bonne part...?
a écrit le 06/10/2012 à 17:41 :
La Grèce ne sera jamais comme la Norvège, ce n'est pas la même culture du tout.
a écrit le 05/10/2012 à 10:56 :
Les grecs n'ont pas besoin de vains espoirs, mais d'une forte volonté...
a écrit le 05/10/2012 à 8:54 :
"Argent comptant et trébuchant." Grâce à cet article, j'ai appris une expression qui n'existe pas. Merci.
Réponse de le 05/10/2012 à 12:23 :
pièces sonnantes et trébuchantes ?
a écrit le 05/10/2012 à 8:26 :
On nous a déjà fait le coût avec les réserves d'eau dans le Sahara vous savez là où il n'y a pas d'eau alors soyez un peu sérieux !
a écrit le 04/10/2012 à 22:36 :
La Grèce a effectivement de quoi s'en sortir avec entre autres le solaire exporté à l'Europe et c'est rapide à mettre en place http://www.euractiv.fr/athenes-rembourser-dettes-energie-solaire-article
Réponse de le 04/10/2012 à 23:08 :
Et comment ils vont emprunter les milliards d'euros nécessaires? Encore plus fumeux que le gaz crétois....
En attendant, les grecs rembourseront en exportant leur huile d'olive et leur féta!
Réponse de le 05/10/2012 à 7:55 :
D'accord, mais comparé à des projets encore plus fumeux comme Desertec qui vise à faire du solaire au Sahara, un havre de stabilité politique, pour ensuite acheminer l?électricité en Europe, celui-ci serait presque crédible. Il faudrait comparer sa rentabilité à celle du solaire allemand, en prenant en compte le coût des liaisons nécessaires pour acheminer une telle production vers le Sud industriel de l'Allemagne.
Réponse de le 05/10/2012 à 9:42 :
@ Georges: bon EDF n'est pas impliqué dans ce "concept". Je suis toujours surpris des choix énergétiques des allemands soit disant écolos: ce sont des gros utilisateurs d'électricité carbonée (charbon, fuel,gaz), qui devront en produire de plus en plus avec la fermeture des centrales nucléaires et ils espèrent s'en sortir avec du solaire saharien?
Réponse de le 05/10/2012 à 23:29 :
Du moment qu'il y a des subventions garanties à la clef les industriels et financiers sont prêts à se lancer dans n'importe quel projet, même s'ils le savent bien totalement irréaliste ou simplement excessivement risqué. Finalement c'est un peu la même logique qui a conduit à la crise de 2008: celle des "hommes d'affaires" avides de toucher le plus gros pactole possible tout de suite quels que soient les risques pour leur entreprise ou toute la société.
a écrit le 04/10/2012 à 22:14 :
On ne prête qu'aux riches c'est bien connu !
Réponse de le 15/05/2014 à 14:41 :
La Grèce serait-elle encore bénie des dieux...?Est-ce que les Grecs inventeraient 1
nouveau cheval de Troie pour "booster" leur économie...?
a écrit le 04/10/2012 à 21:47 :
D'ici quelques jours on dira que la Grèce dispose d'importants mine d'or et de diamants !! De quoi rembourser 100 fois leurs dettes ! Plus on est dans le c*** plus on est prêt à dire n'importe quoi. Dommage pour les honnêtes citoyens qui ont/vont payé.
Réponse de le 04/10/2012 à 22:11 :
Détendez-vous. Chypre possède des gisements d'hydrocarbures, la Libye aussi, Israël aussi. Que la Grèce en possède également n'a finalement rien de si incroyable, ne vous en déplaise.
Réponse de le 04/10/2012 à 23:15 :
@ Thérapeute: vous avez des données sur les volumes de production des gisements de Chypre, du Liban et d'Israël ?
Réponse de le 05/10/2012 à 8:05 :
Bonne question mais il conviendrait aussi de se la poser pour la bulle du gaz de schiste américain.
a écrit le 04/10/2012 à 21:20 :
Pour que les grecs atteignent le niveau de la Norvège, il faudrait commencer par avoir des dirigeants formés à l'école norvégienne, avec l'éthique et la déontologie qui va avec. Ca, la Grèce ne l'a pas, ou en trop faible quantité.
Réponse de le 04/10/2012 à 23:51 :
Oui, les norvégiens ont préféré placer leur argent dans un fond stratégique qui finance leur entreprises et leur système de retraite. Pas sûr que les Grecs ne préféreront pas flamber cet argent pour des projets inutiles à l'économie....
Réponse de le 05/10/2012 à 8:08 :
Oui, en fait il faudrait échanger les populations. Ça peut sembler un peu radical, mais après tout c'est bien le plan qui est appliqué depuis 30 ans dans toute l'Europe occidentale.
a écrit le 04/10/2012 à 21:15 :
Ce sont les mêmes banquiers de Gold Man Sachs qui ont fait reverdirent les comptes de la Grèce pour qu?elle puisse rentrer dans l?Europe qui a fait cette annonce lolll
Réponse de le 04/10/2012 à 22:12 :
Et en français, ça donne quoi ?
a écrit le 04/10/2012 à 20:59 :
Que cela profite à la Grèce et non à d'éventuels "rapaces"
Réponse de le 04/10/2012 à 21:22 :
Mais vos "rapaces" sont eux-même Grecques.
Réponse de le 04/10/2012 à 22:16 :
@Tyler Durden: Totalement d'accord avec vous.

@Ben: S'il y a des corrompus parmi la classe politique grecque, il faut espérer que la crise servira au moins à éviter qu'ils ne puissent recommencer leurs méfaits.
a écrit le 04/10/2012 à 20:21 :
Et oui, ainsi va la vie. La Grèce sortira de l'euro, quoiqu'on en dise et quoiqu'on fasse. La roue tourne... et au final, c'est le Coq qui sera déplumé.
a écrit le 04/10/2012 à 19:37 :
Même si la Grèce est assise sur des quantités importantes de gaz, ce pays n'a rien à voir avec les pays nordiques. Ceux-ci sont disciplinés, fiers de leur modèles, ne recherchent pas systématiquement à éviter l'impôt, ont un taux de corruption faible, pratiquent une bonne gestion budgétaire... Bref, titre inaproprié.
Réponse de le 04/10/2012 à 22:22 :
@Pitcho: Et vous pensez qu'avec la même histoire et la même économie des pays d'Europe du Sud, ces pays nordiques auraient eu la même culture holistique, ou bien vous partez du principe que c'est quelque chose de strictement génétique qui ne peut en aucun cas changer ? Je trouve que le titre est au contrairement parfaitement approprié.
Réponse de le 05/10/2012 à 8:18 :
@ Thérapeute Bel exemple de bien pensance. Alors vous avez été convaincu que les différences génétiques entre populations n'ont aucune influence sur leurs comportements? Maintenant, il est vrai que les Grecs ont subi une histoire terrible avec plusieurs siècles d'occupation ottomane. Ça laisse obligatoirement des traces sur le plan culturel.
Réponse de le 05/10/2012 à 12:21 :
"Maintenant, il est vrai que les Grecs ont subi une histoire terrible avec plusieurs siècles d'occupation ottomane. Ça laisse obligatoirement des traces sur le plan culturel."
LA TURQUIE d'aujourd'hui est assez prospère ! Et pourtant, ils ont un pays de 60 millions d'habitants et n'ont pas bénéficié des largesses des subventions de l'europe. Donc ils n'ont pas hérité de l'esprit travailleur des turcs.
Réponse de le 05/10/2012 à 14:30 :
@Albert: Ce n'est pas une question de bien bienpensance, mais de faits historiques et culturels. Expliquer les différences économiques par une explication génétique est totalement surréaliste et idiot.

@ROBERTO: La Turquie est un colosse aux pieds d'argile. Il n'y a même pas 10 ans, elle se trouvait dans une situation similaire à la Grèce et avait dû avoir recours au FMI. Quant à la prospérité, elle est toute relative en sachant que le PIB / habitant de la Turquie se trouve aux alentours de 7000 euros. Celui de la Grèce est de 21000 euros.
Réponse de le 05/10/2012 à 23:34 :
@Thérapeute "surréaliste et idiot": ce qu'il y a de bien avec la bienpensance c'est le confort intellectuel qu'elle procure, lequel permet, en toute bonne conscience, de faire preuve d'une totale absence d'ouverture et d'une parfaite intolérance.
Réponse de le 05/10/2012 à 23:40 :
@ROBERT Si je comprends bien vous suggérez que les Grecs devraient remercier les Turcs de les avoir occupés durant plusieurs centaines d?années. La colonisation deviendrait donc positive lorsque ce sont des européens qui en ont été l'objet (c'est d'ailleurs ce qu'on nous répète au sujet des merveilles d'Al Andalouz en oubliant simplement ses victimes réduites en esclavage)?
a écrit le 04/10/2012 à 19:03 :
Beauxoup mieux que de faire un circuit de F1
a écrit le 04/10/2012 à 18:56 :
Est-ce exploitable en l'état hum ??? Qui a réalisé cette étude hum ??? Votre article n'y fait nullement référence.
Cela me fait penser à Eagle Ford ou à Bakken aux USA ou les réserves sont enfouies à une telle profondeur qu'aucune technologie actuelle ne permet une exploitation rentable et pérenne.
Ce qui n'empêche pas les gogos et les jobastres d'être tout ébaubis et d'en redemander quand on leur fait miroiter des profits immédiats.
Réponse de le 05/10/2012 à 0:37 :
Est ce que vous parlez de la formation de bakken proche du Dakota du Nord ? Si je ne me trompe pas, il s'agit d'une formation de pétrole de schiste. Ce réservoir est en plein boom de developpelement en ce moment.
Réponse de le 05/10/2012 à 8:24 :
Un boom? En fait il est surtout question de spéculation sur les terrains plus que de production car la production des puits s?avère très décevante. Mais tant que la bulle ne se dégonfle pas les investissements continuent à affluer pour financer de nouveau puits et poursuivre l'inflation des prix des terrains. Pour la bulle Internet le mécanisme était le même.
Réponse de le 06/10/2012 à 15:01 :
Bonjour Georges,
Je n'ai pas vos connaissances techniques concernant la production des puits. Je ne peux donc pas dire sil s'agit d'une bulle ou d'un boom. L'avenir nous apportera la réponse et en attendant vous avez ma confiance.
A tout le moins, je vous accorde que cette formation attire les investisseurs. La production, bien qu'encore modeste, augmente rapidement. Elle dépasse actuellement les 600 000 barils/jour alors qu'elle n'était que de 1600 barils/jour 10 ans plus tôt.
source : https://www.dmr.nd.gov/oilgas/stats/historicalbakkenoilstats.pdf
a écrit le 04/10/2012 à 17:54 :
C'est une très bonne nouvelle pour la Grèce et le peuple grec. Il faut souhaiter que cela servira à financer des projets d'investissements, moderniser l?Etat, redynamiser une économie moribonde et que la plus grande transparence sera faite sur la façon dont cet argent sera utilisé.
Réponse de le 04/10/2012 à 19:09 :
Attendez, rien n'a encore été trouvé...quand à la transparence on peut toujours rêver comme pour le gaz grec...
a écrit le 04/10/2012 à 16:45 :
En voila de l'annoce: peut que...., un jour futur...., il ce pourait...... que dans 25 ans la Grece exploite du GAZ????? je sais pas pourquoi mais j'y crois moyennement.
Réponse de le 04/10/2012 à 17:29 :
Tu as mal lu ou mal compris, ce n'est pas dans 25 ans, mais SUR 25 ans. Et la Grèce exploite déjà du gaz, mais à des quantités qui n'ont rien à voir avec les gisements trouvés.
Réponse de le 04/10/2012 à 17:48 :
Toi aussi tu as mal lu ou mal compris... Les gisements n'ont pas été trouvé, il ne s'agit que d'une étude faisant des hypothèses par rapport à des gisements de gaz trouvés au large du Liban et d'Israël. Reste à faire des étude sismiques, puis des forages d'exploration (comme en Guyane actuellement).
Réponse de le 04/10/2012 à 18:06 :
@Super Correcteur : Tu as mal lu ou mal compris... J'ai simplifié pour ne pas embrouiller encore plus icietla. Quant aux études sismiques, Petroleum Geo-Services, qui devrait s'en charger, a annoncé que le sud de la Crète disposait d'un important potentiel en hydrocarbures.
Réponse de le 04/10/2012 à 18:24 :
La meilleure preuve, c'est que Petroleum Geo-services achètent des obligations grecques à tour de bras....
Réponse de le 04/10/2012 à 19:05 :
Donc les études sismiques n'ont pas encore été faites. C'est logique que Petroleum Geo-Services annonce qu'il y a du potentiel pour récupérer le contrat...
Potentiel ne veut pas dire gisements!
Réponse de le 04/10/2012 à 19:14 :
Je n'ai jamais prétendu qu'elles avaient été faites, j'ai dit que "PGS devrait s'en charger".

Potentiel ne veut certes pas dire que les gisements sont avérés, mais cela ne fait que conforter les autres études préliminaires déjà réalisées à ce sujet.
Réponse de le 04/10/2012 à 20:27 :
Ça sent le gaz !!!
Réponse de le 04/10/2012 à 21:02 :

La Grèce choisit le norvégien PGS pour rechercher du gaz et du pétrole
"Classé dans Brèves, Economie, Environnement
Par Okeanos, le 5 septembre 2012 - 14:32
Le gouvernement a déclaré aujourd?hui que la Grèce a sélectionné « Norvège Petroleum Geo-Services » (PGS) pour réaliser des tests sismiques dans le sud et à l?ouest du pays dans le but de trouver du gaz et du pétrole. Un appel d?offres suivra pour le forage pour 2014. La valeur du contrat n?a pas été divulguée."
Donc on est bien sur des hypothèses par rapport aux gisements découverts aux large du Liban et d'Israël.
a écrit le 04/10/2012 à 16:45 :
En voila de l'annoce: peut que...., un jour futur...., il ce pourait...... que dans 25 ans la Grece exploite du GAZ????? je sais pas pourquoi mais j'y crois moyennement.
a écrit le 04/10/2012 à 16:43 :
La Grèce va profiter de l'Europe pour colmater sa crise et puis pour obtenir des fonds pour exploiter ce gaz et après elle dira au revoir à l'Europe et revendra son Gaz aux Européens. Ils sont forts ces Grecs.
Réponse de le 04/10/2012 à 18:08 :
et ils auront raison ... une aide si généreuse que leur économie a chuté de 25% en cumulé en 4 ans et augmente le chômage a 25%, quelle aide ! quelle solidarité. Attendre 1 an avant de faire un prêt à 5% aux grecs en se finançant soi même à 2% ... dont tous les plans successifs ne servent qu'à rembourser les premiers.

question : la Grèce allait mal en 2008 et menaçait de déclarer un defaut sur sa dette . Pourquoi ne l'a t'on pas laissé faire défaut ? le problème était réglé non ?
Réponse de le 04/10/2012 à 18:58 :
@avecraison: parce que si on les avait laisse faire defaut, ils seraient probablement dans une situation bien pire aujourd'hui, incapable de maintenir le moindre niveau de prestations sociales/paiement des retraites et fonctionnaires, avec une monnaie de singe, pas de ressource naturelle, tres peu de secteurs d'exportation, grosse dependence energetique pour le moment, pas de voisin en pleine croissance...
Réponse de le 04/10/2012 à 19:53 :
Tyler vous avez sans doute raison sur les effets du defaut mais j'ai la faiblesse de penser que au vue de la catastrophe actuelle en GrÚce la préoccupation était sans doute plus égoïste de la part de certaines nations européennes : un défaut grec en 2008 aurait simplement provoquer un choc violent voir la faillite de quelques grosses banques allemandes en premier lieu et françaises en second lieu. J'ai peur que le bien être du peuple grec était le cadet des soucis de Mme Merkel. Sans doute suis je trop pessimiste / cynique ... Je me résous pas à cette situation ...
Réponse de le 05/10/2012 à 9:01 :
Ce n'est évidemment pas comparable mais lisez l'article de La Tribune sur la situation en Islande quelques années après son défaut.
a écrit le 04/10/2012 à 16:40 :
Comparer la Grèce à la Norvège me fait bien rire. La Norvège (intelligente) n'est pas dans l'union européenne et n'a pas l'euro. Quand à son gaz et son pétrole le peuple en voit la couleur ils font même des économies pour les générations futures. Alors que la mafia gouvernementale grecque et la troïka se partageront les bénéfices. Alors il peut y avoir de grosses réserve en Grèce jamais le peuple n'en verra la couleur.
Réponse de le 04/10/2012 à 21:05 :
Comme dans la plupart des pays producteurs (hors pays occidentaux)...
a écrit le 04/10/2012 à 16:37 :
ft faire saliver les creanciers, parce que c'est clair que les promesses non tenues, ca marche plus trop... personne n'est dupe...
a écrit le 04/10/2012 à 16:26 :
C'est bizarre, quand j'ai dit à mon banquier que j'espérais trouver du pétrole dans mon jardin pour rembourser l'argent que je lui devais, ça ne l'a pas rassuré... peut-être qu'il est plus bête que les marchés, ou l'inverse, je ne sais pas...
Réponse de le 04/10/2012 à 16:38 :
c'est juste parce que vous n'etes pas grec et qu'il n'avait pas deja efface 50% de ce que vous lui deviez !
a écrit le 04/10/2012 à 16:25 :
Ces ''découvertes''de gaz et de pétrole un peu partout dans le monde me semble relever du v?ux pieux. Au fait que devient le ''riche'' gisement d'Ile-de-France que l'on nous avait annoncé. Il y a quelque temps.Peut être faudrait il songer à refaire décoller nos avions renifleurs célèbres en d'autres temps !!!
''
a écrit le 04/10/2012 à 16:24 :
Tant que la France ne devient pas la Grèce de demain!
a écrit le 04/10/2012 à 16:20 :
Ils ont du la faire avec des avions renifleurs leur étude...
a écrit le 04/10/2012 à 16:01 :
On va prospecter sous la Corse.
a écrit le 04/10/2012 à 16:00 :
Ca gaz pour les Grecs en fait!!
a écrit le 04/10/2012 à 15:48 :
Bonne nouvelle pour l'Europe qui importerait de Grèce son gaz et serait moins dépendante de la Russie et de l'Algérie. Par contre, le tourisme crétois risque d'en pâtir...
a écrit le 04/10/2012 à 15:36 :
1 seule personne prendra les 464 milliards pour les placer en Suisse.
Réponse de le 04/10/2012 à 21:58 :
Vos commentaires ne volent pas très haut et sont fortement entachés de racisme pour certains..
J'aimerais vous répondre en détail, mais ça me prendrait un temps fou pour vous instruire.
Réponse de le 04/10/2012 à 22:28 :
@VuDeGrece: Au contraire, même si je sais que certains ne méritent pas qu'on leur accorde une once d'importance, je pense malgré tout qu'il est important que les plus cultivés et les plus renseignés d'entre nous essaient de faire comprendre à certains à quel point leurs clichés sont éculés.
Réponse de le 04/10/2012 à 22:32 :
Vas y VuDeGrece , dis nous tous, toi qui sait tous et nou qui ne savons rien!!
Réponse de le 05/10/2012 à 2:59 :
non seulement il y a du gaz naturel mais aussi du pétrole et de l'or et autres minerais précieux et rares
http://lexpansion.lexpress.fr/economie/la-grece-se-reve-un-avenir-en-or_302250.html
C'est un pays riche et inexploité, les Grecs s'y opposent par essence, les créanciers voudraient mettre la main sur le magot
Le principal problème pour le gaz et le pétrole, c'est la détermination de la ZEE avec la Turquie, qui pourrait provoquer un conflit total.
Réponse de le 05/10/2012 à 14:01 :
Il me semble que les ZEE autour de la Grèce, la Turquie et de Chypre ne sont pas encore définies, la Turquie demandant un statut spécial pour la mer Egée. C'est l'ONU qui gère les ZEE, il y aura des casques bleus sur les plate-formes pétrolières...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :