Pour Draghi, la reprise en zone euro sera "lente, progressive, mais solide"

 |   |  332  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le président de la Banque centrale européenne (BCE) juge que les "fondamentaux" de l'économie du Vieux Continent sont "plus équilibrés" que ceux des Etats-Unis, de la Grande-Bretagne ou du Japon.

Il se veut optimiste. Au siège de la Banque centrale européenne (BCE) à Francfort, Mario Draghi a affirmé ce jeudi que la reprise en zone euro serait "lente, progressive, mais solide". Pourquoi? Parce qu?il juge que les fondamentaux de l?économie sont bons. Mario Draghi les juge notamment "plus équilibrés" que ceux des Etats-Unis, de la Grande-Bretagne et du Japon.

Dans la foulée, Mario Draghi a salué l?adoption la veille, dans la douleur, par le Parlement grec d?un nouveau plan d?économies. A ses yeux, il s?agit-là d?"un pas important franchi par le gouvernement grec et les citoyens grecs". "Cela représente un réel progrès par rapport à il y a quelques mois", a-t-il renchéri. Pour mémoire, ce vote d'une loi prévoyant 18,1 milliards d'économies d'ici 2016 répond aux exigences des bailleurs de fonds du pays (UE, BCE et FMI) pour verser à Athènes une nouvelle tranche d'aide de 31,2 milliards d'euros.

La fronde des députés sur l?absence de femmes à la BCE "fondée"

Dans le même temps, il a annoncé que la BCE lancerait progressivement de nouvelles séries de billets de banques en euros. Le premier billet à être introduit sera un nouveau billet de cinq euros. Les autres billets seront introduits sur plusieurs années. Tandis que les billets existants, lancés en janvier 2002, seront progressivement retirés de la circulation.

Enfin, le patron de l?institution de Francfort a estimé que les inquiétudes des députés européens quant à l'absence de femmes au directoire de la BCE étaient "fondées". Diplomate, il a assuré que la BCE avait "la question de la parité à l'esprit". Qu?elle lui "tenait à c?ur". Sachant que dans un vote seulement consultatif, les députés européens avaient rejeté fin octobre la nomination de Yves Mersch, actuel gouverneur de la Banque centrale du Luxembourg, au directoire de la BCE pour protester contre l'absence totale de femmes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/11/2012 à 14:28 :
Ces gens issus des agences de notations professionnellement et qui pronaient l'austérité pour la zone Euro
à quel dessain ? la mort de l' Euro fin 2011...et qui se rendent compte que le business mondial ralenti, tien
on y avait pas pensé. Lagarde la première, ministre des finances sous NS...se rétracte pas trop de pression sociale c'est pathétique...bref tous ces conrompus rament, l'esprit nationnaliste ne les étouffe pas. au fait à guignole qui tire les ficelles ?
a écrit le 09/11/2012 à 12:02 :
C'est insuffisant. L'Europe aime sacrifier les gens dans le chômage. Souvenons-nous de la décennie 90, les américains au plein emploi et l'Europe au plein chômage. Pourquoi? Parce qu'ils avaient investi dans les technologies la décennie précédente. Maintenant on fait de la récession une règle de fonctionnement...
a écrit le 08/11/2012 à 19:21 :
Pas important franchi par les citoyens grecs ? Nous n'avons pas du regarder le meme programme tele, Draghi et moi. J'ai quant a moi l'impression que le pas imprtant franchi par les grecs l'a ete a l'insu de leurs pleins gres comme dirait Virenque. Ou ilsnous prennent vraiment pour des cons les Bruxellois ou ils sont en plein delire. Dans les deux cas, assez!
a écrit le 08/11/2012 à 19:12 :
La crise économique interminable que nous vivons et une crise de la vanité, c'est la crise d'un monde qui veut à toute force croire que les arbres montent au ciel. A quoi bon focaliser uniquement sur l'argent ? N'y a t-il rien de plus important dans la vie ? Les milliardaires me font doucement rigoler : il leur en faut toujours plus alors qu'ils ont déjà de quoi vivre plusieurs centaines de milliers d'années... Insensés ! Monde insensé !
Réponse de le 09/11/2012 à 11:59 :
Erreur, puisqu'il y a l'endettement... Prenons l'exemple de l'Espagne, les taux montent et la dette publique n'est pas éternelle. Comment créer des millions d'emplois si on rejette ceux qui ont des qualifications? Si le déficit doit se régler, c'est une chute brutale des revenus ou bien de l'épargne? D'ailleurs on parle dans la presse d'un viager...
a écrit le 08/11/2012 à 18:43 :
Ce sont les mêmes qui ont conduit l'Europe où elle en est qui osent maintenant faire des plans sur la comète. Indécent.
a écrit le 08/11/2012 à 18:37 :
Vous avez remarqué comment son nez est long et encore un peu plus long !
a écrit le 08/11/2012 à 17:49 :
Merci sarkozy
a écrit le 08/11/2012 à 17:47 :
oui, mais la reprise ne sera pas pareille en Allemagne, en Grèce ou en espagne ! Quant à la France, tant que nous ne soignerons pas notre cancer (les dépenses publiques), nous serons toujours à la traîne !
Réponse de le 09/11/2012 à 11:55 :
Oui et on peut dire de nos principaux partis, mis à part l'abstention-protestation, j'ai vu passer le crime au bras du vice.
a écrit le 08/11/2012 à 17:36 :
Ce clowne de service s'adresse uniquement à ceux qui lui ont soufflé sont texte et qui font mine en retour de lui trouver quelque intérêt. Une histoire de vente comme disent les commerciaux. Un prétexte qui existe. Nos économies modernes sont devenues régressives, qui en parle ? La crise violente a pris fin mais se poursuit par une crise molle qui durera au moins 11 ans. On se garde de le dire. On se garde tout autant de donner des dates. Pourtant ces annonces engageraient des mesures : Du travail pour tous au moyen d'un système organisant la fin du chômage. la comparaison ne serait plus entre rien et peu mais peu pour tous et un peu mieux pour d'autres. L'autre point essentiel serait l'organisation d'un effet de levier financier pour les citoyens enregistrés par chaque nation. La participation privée remise au goût du jour, mais généralisée.
a écrit le 08/11/2012 à 17:16 :
Il faudrait marquer le coup en imprimant les nouveaux billets avec un buste de femme reconnue et célèbre pour chaque pays évidemment (égoïsmes nationaux) et en supprimant pourquoi pas le libellé en grec.
Réponse de le 08/11/2012 à 19:31 :
"Egoïsme nationaux"... C'est vrai que de se soucier en priorité de sa nation et de ses concitoyens, c'est d'un égoïsme ! Les Eurobéats et leur communication culpabilisatrice à base d'arguments réchauffés fait peine à voir.
a écrit le 08/11/2012 à 17:11 :
Il a de l'humour Draghi ball z. Moi je n'en ai plus.
a écrit le 08/11/2012 à 16:40 :
Ouf ! Mario Draghi juge que les fondamentaux de l?économie sont bons. Visiblement cet homme n'a pas fait escale en France depuis un moment. La seule vérité est que la reprise sera lente, et sans doute très très lente. Pas grave, avec de nouveaux billets de banque en Euros et quelques femmes en plus à la direction de la BCE , on saura patienter.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :