Grèce : Jean-Claude Juncker salue un rapport de la troïka "positif"

 |   |  450  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Les premiers éléments du rapport de la "troïka" sur la Grèce aurait été remis dans la nuit de dimanche à lundi aux dirigeants européens. Ce rapport est "fondamentalement positif" car Athènes a "tenu ses promesses", selon le président de l'Eurogroupe Jean-Claude Juncker.

Après le vote du budget 2013 par la Grèce dimanche soir, une nouvelle étape est sur le point d'être franchie en vue du déblocage d'une nouvelle tranche d'aide de 31,2 milliards d'euros . Les premiers éléments du rapport très attendu de la "troïka" (Union européenne, Banque centrale européenne et Fonds monétaire international) auraient été remis dans la nuit de dimanche à lundi aux dirigeants européens, selon Jean-Claude Juncker. Ce rapport "est fondamentalement positif car les Grecs ont tenu leurs promesses", a déclaré M. Juncker à son arrivée à Bruxelles.

Selon le ministère des Finances allemand, il ne s'agirait toutefois que de premiers éléments. Le rapport définitif de la troïka ne serait pas encore disponible et certaines questions resteraient en suspens.
 

Besoin de clarifications sur la soutenabilité de la dette grecque

"Maintenant c'est à nous de tenir [nos promesses] mais auparavant, nous avons besoin de clarifications concernant la soutenabilité de la dette grecque", a-t-il ajouté. Beaucoup d'analystes considèrent en effet qu'il est irréaliste de ramener la dette grecque à 120 % du PIB en 2020, comme prévu jusqu'ici. "La question est de savoir si l'objectif de 120 % du PIB constitue le dernier mot, ou si nous prolongeons un peu cette période", a expliqué M. Juncker.

Deux ans de plus ?

Autre question: "Est-ce que nous donnons deux ans de plus" à Athènes pour ramener son déficit public à 3 % du PIB, soit en 2016 et non en 2014 comme prévu ? "J'y suis favorable", a-t-il dit. Mais "cela pose une question de financement, de trou" à combler. Le trou de financement si la Grèce si le délai est rallongé est évalué entre 15 et 30 milliards d'euros, selon les sources.

Pas d'accord final avant l'accord de certains parlements nationaux

"Nous allons en discuter aujourd'hui", lors de la réunion de l'Eurogroupe prévue à 16h, mais "nous ne pourrons pas parvenir à un accord final en raison de procédures parlementaires, notamment en Allemagne", a averti M. Juncker.

Interrogé pour savoir quand aurait lieu la prochaine réunion des ministres des Finances de la zone euro, il a expliqué que cela "dépendrait de la discussion de ce soir". "Il y aura une discussion soit cette semaine, soit la semaine prochaine", a-t-il déclaré, disant souhaiter clore le sujet avant le sommet des 22 et 23 novembre consacré au budget européen. "Mais ce ne serait pas une catastrophe si cela intervenait plus tard", a-t-il ajouté, bien que la Grèce ait théoriquement besoin de la tranche d'aide avant le 16 novembre, date à laquelle elle doit rembourser 5 milliards d'euros de bons du Trésor.

 

Lire aussi notre analyse : Pourquoi l'Eurogroupe ne débloquera pas la tranche d'aide de 31 milliards d'euros aujourd'hui...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/11/2012 à 15:35 :
La monnaie de Paris met en vente une pièce de 5000? avec de l'or dedans c'est la première fois pourquoi?
a écrit le 12/11/2012 à 14:48 :
Larguons les amarres et sortons de l'euro ; ce véritable piège.....
avant le krack obligataire..La GAF - grande apocalypse financière se profile pour trés bientot !!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :