Grèce : la BCE en faveur d'un délai pour l'ajustement budgétaire

 |   |  261  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La Grèce devrait se voir accorder un délai supplémentaire et les financements nécessaires pour mener à bien son ajustement budgétaire, estime l'allemand Jörg Asmussen, membre du directoire de la BCE, dans un entretien publié par le quotidien économique belge l'Echo.

 

Dans un entretien publié par le quotidien économique belge l'Echo, l'allemand Jörg Asmussen, membre du directoire de la BCE plaide pour accorder à la Grèce un délai supplémentaire et les financements nécessaires pour mener à bien son ajustement budgétaire. 

"Il est préférable que la Grèce reste dans la zone euro. Si cela exige un supplément d'aide pour un an ou deux de plus, ce sera significativement moins cher qu'une sortie ou un défaut de paiement", explique-t-il.

La situation de la Grèce sera au coeur de la réunion lundi des ministres des Finances de la zone euro à Bruxelles, même si aucune décision n'est attendue sur le déblocage d'une aide de 31,5 milliards d'euros, retenue depuis juin.

La zone euro attend le rapport des experts de la troïka, qui rassemble les principaux créanciers d'Athènes (UE, BCE et FMI).

"Nous sommes en train de terminer l'analyse du programme d'ajustement grec", précise Jorg Asmussen.

Ce document, attendu depuis des semaines, porte à la fois sur les nouvelles mesures d'économies prises par la Grèce, en échange de l'aide, et sur la trajectoire de sa dette qui explose, s'éloignant ainsi de l'objectif de 120% du PIB d'ici 2020.

Le dossier est particulièrement complexe car, en plus d'analyser les engagements pris par la Grèce, la zone euro doit étudier comment lui accorder deux années de plus pour mener à bien son ajustement budgétaire, comme elle le demande. Ce qui a un coût, évalué entre 20 et 30 milliards d'euros.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/11/2012 à 11:58 :
Ce n'est pas tant que la BCE soit "favorable" à un délai supplémentaire, c'est bien davantage qu'elle n'a pas le choix si elle veut continuer à maintenir la Grèce dans l'euro. La fuite en avant est donc sa seule issue.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :