L'accord sur la Grèce très contesté en Allemagne

Plusieurs députés conservateurs veulent mettre à l'ordre du jour les coupes dans les dettes grecques détenues par les créanciers privés. Au grand dam de Wolfgang Schäuble.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

S?il fallait une preuve de l?inefficacité des mesures prises hier par l?Eurogroupe sur la Grèce, c?est que déjà, elles sont jugées insuffisantes. Y compris en Allemagne, pays qui a fortement contribué à leur mise en place. Ainsi, dans l?édition de ce mercredi de Bild Zeitung, un député du parti chrétien-démocrate d?Angela Merkel, Wolfgang Bosbach, estime que «sans réduction de la dette, le problème grec va durer encore longtemps». Deux autres de ses collègues s?expriment dans le même sens. Déjà mardi, Rainer Brüderle, chef du groupe parlementaire FDP et ancien ministre de l?Economie avait indiqué qu?une restructuration des dettes grecques détenus par les créanciers publics.

Wolfgang Schäuble sur la défensive

Une partie de la droite allemande entre donc en conflit avec le ministre des Finances, Wolfgang Schäuble, qui a insisté tout au long des négociations pour qu?on n?évoque pas cette option. Il s?en est même félicité publiquement mardi matin lors de la conférence de presse à l?issue du sommet. Son objectif est en effet d?éviter au moins jusqu?aux élections fédérales de septembre prochain toute discussion sur le sujet. Car, au final, renoncer aux dettes grecques suppose que le contribuable allemand mette la main à la poche. Pas soutenable politiquement pour le moment où Angela Merkel doit, au contraire, se présenter comme la gardienne des intérêts allemands.

La CSU très remontée

Ce débat tombe donc mal. Car une autre partie du courant conservateur ne veut pas entendre parler de cadeau à la Grèce. C?est notamment le cas de la CSU bavaroise qui, devra aussi faire face à une très importante élection régionale en septembre prochain. Horst Seehofer, le ministre président CSU bavarois, a ainsi estimé dans Die Welt de mercredi qu?une telle réduction de la dette «n?était pas faisable» et entraînerait «le Portugal» dans la spirale.

Pas d?urgence au Bundestag

La marge de man?uvre du gouvernement fédéral demeure étroite. Après le SPD, les Verts ont réclamé «plus de temps» pour que le Bundestag s?exprime sur ce nouveau plan d?aide. Wolfgang Schäuble voulait appliquer une procédure d?urgence pour obtenir un vote jeudi. Cela semble peu probable.

La Buba rechigne

Enfin, la Bundesbank rechigne à reverser sa part de bénéfices réalisés sur les dettes helléniques comme le prévoit l?accord. Elle refuse, au nom de son indépendance, de le faire automatiquement et a réclamé mardi soir, un vote du Bundestag sur le sujet. Bref, si Berlin pensait sortir grand vainqueur de cet accord, il semble bien qu?il n?en est rien?

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 26
à écrit le 03/12/2012 à 19:24
Signaler
L'Europe communautaire est un empilement de "grands principes",qui ressemble plus à un château de cartes qu'à une union de nations,qui cherchent plus à "défendre ses prés car rés"que l'intérêt général...dont la + intéressée est le Royaume-Uni.Les Gr...

à écrit le 03/12/2012 à 14:19
Signaler
Fait est que pour rentrer dans la zone Euro la Grèe a aussi signé et accepté le traité de Masstrich qui disait clair et net qu´il sera interdit à un autre pays de la zone de reflouer les finances des voisins incapables de gèrer leur budgets...

à écrit le 29/11/2012 à 10:41
Signaler
Contrairement a l'Allemagne la France va payer sans renacler il n'y a aucun debat serieux sur le sujet en France et les gens ne descendent pas dans la rue pour stigmatiser les tricheurs grecs et dire haut et fort comme les allemands que l'on n'est p...

le 29/11/2012 à 12:16
Signaler
Les relations entre l'Allemagne et la Grèce ne sont pas les mêmes qu'entre la France et la Grèce pour la "simple raison" car profondément ancrées dans l'histoire entre la France et la Grèce;alors que les Allemands n'ont pas laissé que de "bons souve...

le 03/12/2012 à 14:02
Signaler
Toujours cxes même boniement qui ne tiennent pas debou !! "En Alle magne,des salariés sont "payés" entre 3 à 5 eur. /heure.. Arretez svp de dire des bêtises ...

le 06/12/2012 à 9:39
Signaler
@ventrachoux : En 2010 environ 1,4 million de personnes percevaient des salaires inférieurs à 5 euros bruts de l'heure en majorité des femmes et des personnes exerçant des petits boulots.

à écrit le 28/11/2012 à 20:59
Signaler
Ce qui est affligeant, c'est que tous les politiques savent que les grecs ne pourront pas payer leurs dettes. (Ce n'est pas en exportant des olives et de la Feta que cela va ce faire, malheureusement) Mais par démagogie et pour soigner leurs élector...

à écrit le 28/11/2012 à 14:33
Signaler
et autre doner c est certainement la seule industrie qui reste dans ce pays ..

à écrit le 28/11/2012 à 13:13
Signaler
on dilue l'euro en utilisant la planche à billet, on paie la dette grecque avec on leur dit bye bye à l'euro et au plaisir de ne plus jamais les revoir et ils nous foutent la paix pendant les prochains 2000 ans

le 28/11/2012 à 13:38
Signaler
On etait bien content d'avoir un club med dans l'Europe. Maintenant on ferme notre bouche et on accepte les consequences... Si l'Europe avait ete mieux construit et si elle avait pris les choses en main en 2009, on en serait pas la

le 28/11/2012 à 14:58
Signaler
@Gael : Perso je n'ai jamais compris, ni avalé, comment les Grecs avait pu être admis dans la zone Euro. Enfin, presque, car ce sont les anglais ont insisté pour les faire rejoindre la CEE. Je comprends mieux pourquoi désormais, la réussite des voisi...

le 28/11/2012 à 16:10
Signaler
C'est pas la Grèce, c'est la France qu'il faut sortir de l'UE, et on leur dit bye bye.

le 28/11/2012 à 16:13
Signaler
La Gréce a pu rentrer en Europe communautaire grâce aux bons bilans "bidouillés" par la banque Leman Brothers,qui avait été "mandatée" par le gouvernement grec de l'époque... (2000).Er il faut savoir que c'est l'Europe qui a "poussé" à faire évaluer ...

le 28/11/2012 à 16:50
Signaler
Il faut changer l'UE. Le serpent de mer. Ce que vous dites est en grande partie vrai. Mais vous voulez faire ça avec vos petits bras ? Vous comptez vous faire aider ? Par qui ? Je suis d'accord pour changer l'UE, mais d'abord je suggère qu'on commenc...

le 28/11/2012 à 17:41
Signaler
Qui "piloterait" alors l'Europe?La seule Allemagne...?Je n'y vois pas d'inconvénient...Mais la "révolte" de la Grèce + de l'Espagne,de l'Italie pourraient conduire leurs peuples à des "comportements" extrêmes,comme dans les années 30...Et je doute q...

à écrit le 28/11/2012 à 12:54
Signaler
"Après 2000 ans de quasi stérilité intellectuelle"...il faut quand même préciser que la population grecque originelle a été décimée lors de la guerre menée par Rome, cette dernière ayant comblé le vide démographique en important sur le sol grec des p...

le 28/11/2012 à 13:21
Signaler
Vous avez des références pour étayer ce que vous dites ?

à écrit le 28/11/2012 à 12:42
Signaler
Il y a avec les grecs un problème culturel sérieux. Celà fait des dizaines et probablement des centaines d'années que ce pays vit au crochet des autres. Un article relevé dans un journal de 1831 mentionnait les remerciements du premier ministre grec...

le 28/11/2012 à 13:37
Signaler
Venez voir en grece ce qui se passe et apres conparez la situation de la Grece a la France, vous verrez que vos propos ne tiennent pas la route et nont pas de sens. De plus, qui est vous pour juger un peuple et sa culture? Qu'a fait la france pdt 2...

le 28/11/2012 à 15:00
Signaler
A tous ceux qui se sentent "méritants exemplaires honnêtes vertueux et donneurs de leçon" comme Caton, fosco et casseboufigue, le nouveaux Grecs "indignes de leur ancêtres" vous emm... La seule chose avec laquelle je suis d'accord avec vous, c'est qu...

le 28/11/2012 à 16:35
Signaler
Si l'Europe communautaire laisse la Grèce à ses démons,c'est la Chine qui s'est portée vo lontaire pour la tirer de son "endettement"(comme avec le Portugal,d'ailleurs)...Quelques Chinois confrontés à l'instabilité politique de l'Afrique se sont "réf...

le 28/11/2012 à 16:37
Signaler
+1 ! L'UE a soi-disant été créée pour apporter la paix au continent européen. C'est ainsi que l'on présentée le traître à la nation Monet (dixit de Gaulle) et le pétainiste Schuman. Voilà le résultat, une nation vouée au gémonies (j'emploie l'image à...

le 28/11/2012 à 17:26
Signaler
depuis le début de la crise je soutiens que la Grèce devait sortir de l'?uro , et que les banquiers devaient prendre leurs pertes; si ces derniers y ont laissé 100 Mds ils ont forcé les Etats à se substituer à eux ; résultat : 130 Mds de dettes suppl...

à écrit le 28/11/2012 à 12:23
Signaler
Si restructuration de la dette....sortie de l euro pour essayer de retrouver un peu de competitivite...et quelques enquetes financieres pour savoir ou est parti l argent...les politiques nous menent tout droit a l extreme droite ou gauche....

le 28/11/2012 à 17:09
Signaler
La situation actuelle de la "crise" financière qui sévit en Europe(via la Grèce,l'Espagne,l'Ir lande)provient directement de la "crise" des subprimes aux USA...La banque Leman Brot hers ayant "trafiqué" les comptes de la Grèce pour bien paraître aux ...

le 28/11/2012 à 17:53
Signaler
Comment se fait-il, alors, que le Danemark, la Suède, la Norvège, la Suisse, la République Tchèque ou encore la Pologne ne sont pas affectés comme les pays de la zone euro ? Ah ben zut, la réponse est dans la question...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.