Une Française bientôt au conseil de supervision bancaire de la BCE ?

 |  | 216 mots
Lecture 1 min.
Danièle Nouy. Copyright Bloomberg News
Danièle Nouy. Copyright Bloomberg News (Crédits : BLOOMBERG NEWS)
Alors que Jean-Claude Juncker n'a jamais caché sa volonté de se retirer du poste au plus tard début 2013, la secrétaire générale de l'Autorité de contrôle prudentiel à la Banque de France est pressentie pour prendre sa suite. Décision attendue le 21 janvier.

Pour la présidence de l'Eurogroupe, c'est raté. Mais une Française sera-t-elle au conseil de supervision bancaire de la Banque centrale européenne? Le luxembourgeois Jean-Claude Juncker, chef de file des ministres des finances européens y croit. Jeudi, il a affirmé à Bruxelles qu'"une représentante française" serait bientôt nommée à ce poste. "Je suis tout à fait pour qu'on ait un représentant féminin dans la zone euro concernant le mécanisme de surveillance (des banques de la BCE), ce sera fait et elle sera française", a déclaré M. Juncker au cours d'une audition devant la commission économique du Parlement européen à Bruxelles.

Danièle Nouy ?

Il pourrait s'agir de Danièle Nouy, secrétaire générale de l'Autorité de contrôle prudentiel à la Banque de France. Cette proposition serait, selon des sources proches du dossier, vue comme une contrepartie à la nomination du Néerlandais Jeroen Dijsselbloem pour succéder à Jean-Claude Juncker à la tête de l'Eurogroupe, alors que la France espérait voir Pierre Moscovici à ce poste.

>> Paris essuie une nouvelle défaite en Europe sur la présidence de l'Eurogroupe

Le choix devra être arrêté le 21 janvier, lors de la prochaine réunion des ministres des finances de la zone euro.

(Avec AFP)
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/01/2013 à 16:20 :
Dans son fameux rapport du 25 Février 2009 effectué à la demande de la Commission, M. De Larosière (ancien Gouverneur de la Banque de France) a sévèrement critiqué la carence des institutions nationales de supervision en amont de la crise financière ("Ils n'ont pas été à la hauteur" ...) C'est notamment pour cette raison que la fonction de supervision a été "européanisée" et confiée à la BCE. Dans ces conditions, il peut sembler paradoxal de nommer au Conseil de supervision financière de la BCE d'anciens responsables des organes nationaux de supervision . Il est vrai que les liens entre ces organes et la BCE demeureront étroits mais un certain renouvellement des cadres n'eut peut-être pas été inopportun. JGG
Réponse de le 10/01/2013 à 17:20 :
M. Trichet était très peu opportun et fort peu pragmatique dans sa gestion de la BCE. Il faudra un jour m'expliquer ce que cette personne a réussi dans sa vie professionnelle (en dehors de ses évolutions statutaires) Il est désormais partit et je m'en félicite chaque jour, en terme de renouvellement c'est un (très) bon début.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :