Wolfgang Schäuble défend l'austérité en Allemagne

 |   |  266  mots
Wolfgang Schäuble, le ministre allemand des Finances. Copyright Reuters
Wolfgang Schäuble, le ministre allemand des Finances. Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le ministre des Finances allemand prône une poursuite des réformes que ce soit en Allemagne comme en France et juge "insensé" le fait de croire que l'ont peut régler le problème du chômage des jeunes avec plus de dette.

Si Pierre Moscovici estime que "l'austérité, c'est fini", côté allemand, on compte bien sur une poursuite des réformes en France malgré le délai de deux ans accordé vendredi au pays par Bruxelles pour atteindre les 3% de déficit public. "Une chose est d?ores et déjà claire : nous ne pouvons pas abandonner le chemin des réformes" affirme le ministre allemand des Finances Wolfgang Schäuble dans un entretien accordé aux Echos publié ce 6 mai. Il rappelle que la Commission européenne "a dit (aussi) que tout report des objectifs de réduction des déficits devait s'accompagner d'engagements clairs concernant les réformes nécessaires".

L'Allemagne sur la bonne voie

Au sujet des mesures d?austérité prises en Allemagne pour réduire les déficits, Schaüble s?appuie sur une étude d?Olivier Blanchard, le Français économiste en chef au FMI, selon laquelle l?Allemagne est sur la bonne voie et qu?elle ne fait pas d?économies excessives. "L?ironie, c?est justement qu?en Allemagne, les économistes me reprochent de ne pas épargner assez?!" s?exclame-t-il.

A l'origine des problèmes de certains Etats membres, "ce sont les dettes publiques élevées et la perte de compétitivité" et non pas les programmes d'austérité, a fait valoir le ministre allemand. Pour lui, il est "insensé" de croire que l'on peut régler le problème du chômage des jeunes avec plus de dette, estimant qu'il faut plutôt agir sur "l'investissement productif, les réformes structurelles, l'éducation et la recherche".

Avec AFP
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/05/2013 à 18:04 :
Dette de l'Allemagne 81,9% en 2012,zone euro 85 %,si je comprends bien toute la zone Euros,c'est surtout un gros paquet de dette,quoi qu'en pense Wolfgang.Un ministre des finance qui est pour l'austérité,c'est nouveau ça vient de sortir, les recettes qui diminuent c'est pas grave,finalement ils ont les mêmes fléaux que nous ,ça rassure.Alors on s'y colle quand au modèle économique Allemand que l'ont rigole cinq minutes (pas plus :).
a écrit le 10/05/2013 à 21:38 :
Comprendre la dette publique
http://www.u-p-r.fr/videos/conferences-en-ligne/pourquoi-leurope-est-elle-comme-elle-est
Excellent cours d'histoire et de géopolitique
a écrit le 07/05/2013 à 7:02 :
La fascination de nos élites pour l'Allemagne rappelle celle des mêmes élites avant guerre. J'enjoins tous ceux qui admirent ce beau pays et réclament que tous les autres le copient, à y émigrer et à cesser de nous casser les pieds avec leur modèle allemand. Pourquoi vouloir le "modèle" messieurs ? Allez donc vivre "l'original" ! On verra si vous vous acclimatez ...
Réponse de le 07/05/2013 à 14:26 :
+1, oui le modèle allemand prouve une chose que le pays le plus riche d Europe a le haut niveau de pauvre rien de réjouissant, même en Espagbe àvec 25%!de chômage le niveau de vie est meilleur. Alors ceux qui admire l Allemagne choisissez de vivre sous les ponts de La Spree.
a écrit le 07/05/2013 à 6:07 :
La disparité des compétitivités à l'intérieur de l'Union Monétaire est surtout due à des facteurs naturels et immuables (taille du marché intérieur, position géographique, topographie du pays, climat, ressources et richesse naturelles (matières premières), taille du pays, natalité (faire venir de la main d'oeuvre hautement qualifiée des pays voisins, comme tentent de le faire les allemands, coûte moins cher que d'élever des enfants et de les former soi même) etc, etc.) Des pays coome le Portugal, la Grèce et autres ont donc peu de chance d'arriver à la même compétitivité que l'Allemagne (à moins de devenir des paradis fiscaux). Leur demander d'augmenter leur compétitivité par le dumping social et par le dumping des salaires et illusoire. Ni la Chine, ni l'Inde et beaucoup d'autres pays asiatiques ne peuvent être égalés en ce qui concerne le dumping social. Seule solution, les accords doivent être modifiés de façon à permettre aux pays de l'Union Monétaire désavantagés de développer et de protéger leur économie contre des économies plus fortes afin d'arriver au sein de l'Union Monétaire à une plus grande convergence des économies. Il est aussi important d'arriver à un partage horizontal du travail pour éviter l'exil de jeunes souvent hautement qualifiés. Le modèle allemand restera, espérons le, une exception, il nous faut maintenant trouver un remède au mal et aux préjudices causés aux autres économies de l'Union Monétaire Européenne par des traités imposés par l'axe franco-allemand et qui se révèlent être avantageux surtout pour l'économie allemande, parce-que la plus forte!
a écrit le 06/05/2013 à 17:44 :
Schäuble est le meilleur ministre des finances en Europe il est dans le classement international, Moscovicie le francais est avant dernier a cote de son homologue albanais..., il faut l'ecouter et se discipliner au lieux de tergiverser et de s'agiter comme nous faisons. Suivons l'exemple allemand qui est exemplaire a tout egard et reconnaissons que nous ne faisons pas parti des bons eleves en General.
Réponse de le 07/05/2013 à 14:30 :
Me meilleurs ministre des finances pour qui, pas pour les Allemands pour la finance international. Il est probablement jugé par des économistes incapable utiliser Excel.
a écrit le 06/05/2013 à 17:35 :
Faisons comme en Allemagne : déflation salariale, pas de SMIC dans certains pan de l'économie et plus d'une dizaine de millions de travailleurs ultra-précaires.
Le changement, c'est maintenant !
Réponse de le 07/05/2013 à 14:37 :
Les accords salariaux en Allemagne sont pas le modèle de dialogue que vous pensez ils défendent certains interets et non l ensemble des travailleurs si vous avez un emploi précaire ou si vous avez peu ancienneté c est vous qui payez les travers de l'accord. Le système Allemand est proche de ce que nous connaissons sur les ouvrier du livres la télévision française la banque de France du tu n est pas du sérail crève.
a écrit le 06/05/2013 à 15:09 :
les allemaands sont moins betes que nous et cela je le rappele le plus souvent dans mes commentaires car s il y a un pays qui s occupe bien de ses finances c'est l ALLEMAGNE et comme elle est la seule a maintenir une bonne place en EUROPE ils ne vont pas aller voir ce qui se passe ailleurs car ils savent que s ils y vont ils seront chahutés par des rigolos qui non pas pensés que la crise durerait si longtemps et qu ils seront toujours les premiers car ce sont des bosseurs et qui n ont pas froid aux yeux et que je les envie et je pense qu ils ont une dignité ne jamais faire l aumone et de vivre aux crochets des autres;
Réponse de le 07/05/2013 à 14:39 :
L Europe est ouverte pourquoi rester en
France si c est si bien en Allemagne.
a écrit le 06/05/2013 à 14:45 :
Exemple allemand, vraiment ? Deux choses parmi bien d'autres, et sans même souligner l'esclavagisme instauré par le gvt Merkel (d'autres intervenants s'en sont très justement chargés - voir certains judicieux com' ci-dessous).
D'une part, l'Allemagne n'a toujours pas réglé sa dette de guerre vis-à-vis de la Grèce. le règlement - pourtant normal et moral - de cette dette aurait évité à la Grèce de se faire truander par l'europe et la troïka. Mais... mais c'est sans mentionner le fait que certains états européens voyous, france et allemagne en tête, continuent aujourd'hui encore à vivre aux dépens et aux crochets de Grecs et des autres populations du Sud dont la dignité devrait servir d'exemple aux revanchards franchouillards notamment.. C'est d'ailleurs pour cela que les sorties de la zone euro, qui auraient été la vraie solution dans le cas de la Grèce et de Chypre notamment, sans génocider les populations locales, ont été soigneusement évitées. Ainsi, l'allemagne a gagné plus de 10,2 milliards d'euros sur la seule période 2010 - 2012, uniquement sur le dos des courageux et dignes Grecs et, dans une moindre mesure, au détriment des autres peuples du Sud européen. Si l'Allemagne a été, et reste aujourd'hui encore un état qui commet des génocides à travers toute l'europe (par les armes hier, par l'arme économique aujourd'hui) d'autres état qui profitent absivement tout autant de la Grèce et des autres pays du Sud, ne sont rien d'autres que des états-voyous. La france en tête de liste, dont la population confond "glander" et "bosser" et qui préfère pérorer plutôt que de se retrousser les manches. Une population qui applauti à l'austérité ... tant que celle-ci ne touche pas à ses petits privilèges. Bah ! Que ce soit en allemagne ou en france, le retour de bâton n'est (heureusement) plus loin. Et ses effets commencant d'ailleurs à se faire quelque peu sentir.Mais après tout, il ne s'agit que d'un juste retour des choses,et d'une belle leçon de moralité, en somme ! les français seront-ils aussi courageux et dignes que les Grecs ? Ne nous leurrons pas !
a écrit le 06/05/2013 à 13:24 :
L'etat allemand est certes moins endette que l'etat Français,mais les landers allemands sont infiniment plus endette que nos départements. Ce qui fait qu'au final l'allemagne est autant endette que la France.
Poursuivre l'austerite....Forcement ce n'est pas lui qui se retrouve a faire des mini jobs sans aucune perspective de se sortir de cette trappe a pauvrete.
La trajectoire qu'a prit l'allemagne est la meme que celle du r-u du temps de margaret....L'Allemagne avait des bases solides et sa bonne sante équivaut a l'explosion des pays émergeants friant de produit made in germany,et qui n'ont rien a voir avec les mini jobs.
Ce monsieur veut que tout les pays suivent le modele allemeand,mais si tout les pays suivent ce modele qui achetera les produits allemands?! Pour qu'il yait une ou 2 fourmis,il faut des cigales,c la base de l'economie le transfert de richesse,le probleme c qu'il n'ya aucune solidarite envers les pays qui consoment allemands et creusent de fait leur deficit....
Quand les pays auront également leur min jobs a 400e,l'allemagne mettra les siens a 200e pour rester competitif,ce modele est totalement fou.Sans parler du fait que l'Espagne devrait connaitre une croissance sans precedent compte tenu du faible niveau des salaires,et ca n'est pas le cas....CQFD?! Les salaires sont le bouc emissaire d'un système cupide favorisant toujours les memes,les plus riches.Ce n'est pas pour rien que le revenu des plus riche,malgres la crise,a continue a progresser(tout en criant a l'asphyxie fiscale....) et celui des menages moyens/modestes ont diminue
a écrit le 06/05/2013 à 13:06 :
l Allemagne si elle a envie de se pendre qu elle le fasse . nous , sommes pas obliger de suivre Allemagne , et si notre gouvernement a envie de couler qu il le fasse seul, car le pédalo prend l eau de toute part. si nous avons les allemands a nos basques on est pas tirer d affaire
a écrit le 06/05/2013 à 12:36 :
Comment extraire notre malheureux pays des griffes de la sinistre Troïka ( BCE-FMI-UE) relais des banquiers et des spéculateurs du capital financier?
a écrit le 06/05/2013 à 12:15 :
L'Allemagne n'est pas une référence et est très endettée...elle jugule le chômage en precarisant son marche du travail sans SMIC...sa population vieillissante la fera soit décliner ou recourir massivement à l'immigration....Merkel explique le chômage en France par l'existence d'un SMIC..le modèle allemand c'est aussi la pauvreté et la precarisaion.le modèle social tricolore dispendieux enlevé toute comparaison avec l'Allemagne...
a écrit le 06/05/2013 à 11:59 :
La recherche, la recherche,... encore un machin en pature pour les lambdas populos.
On ne fait des trouveurs avec une education nationale dont le role consiste en un nivellement par le bas.
Et meme siles pons socialo-communistes qui nous gouvernent decidaient qu'il faut plus de rigueur dans la formation des jeunes, le developpement des nouveaux talents prendra des annees. Foutaise tout cela.
Il faut diminuer le nombre de fonctionnaires, diminuer les charges et prelevements et laisser plus d'argent aux gens qui l'ont honnetement gagne. C'est ainsi que la confiance reviendra, ainsi quela consommation bien orientee vers les besoins des masses laborieuses.
a écrit le 06/05/2013 à 11:38 :
Pourquoi les meilleurs ministres sont t'ils toujours ailleurs que chez nous?
Ce que dit monsieur Schâuble est rempli de bons sens concernant le chomage des jeunes!
a écrit le 06/05/2013 à 11:05 :
La société idéale à notre porte...Réagissons et migrons vers ce fabuleux pays qui nous garantira un travail jusqu'à 67 ans voire 69 ans rémunéré au mérite...dont la politique familial nous dissuadera d'avoir des mioches brailleurs...Que du bonheur à l'horizon..
a écrit le 06/05/2013 à 10:58 :
Dans un pays, la France, les gouvernants n'osent même pas prononcer le mot "austérité". je n'ai jamais compris pourquoi ce mot était tabou. La lâcheté de Moscovici est incroyable d'ailleurs. Dans un autre pays, l'Allemagne, on est vertueux et l'austérité est revendiquée.
Réponse de le 06/05/2013 à 11:28 :
ils ont tous peur de la CGT
Réponse de le 06/05/2013 à 11:40 :
La rigueur allemande est revendiquée, pour ce qui est de l'austérité, certainement pas.
Les allemands parlent d'ailleurs de discipline budgétaire et non d'austérité.
La rigueur permet de retrouver des marges de manoeuvre pour baisser les impots et améliorer la compétitivité.
L'austérité mène directement au déclin et fragilise dangereusement les entreprises qui ont impérativement besoin de leurs clients français, vu que beaucoup de PME françaises ont peu d'activité export. Pour maigrir durablement, la meilleure solution n'est pas d'arrêter de se nourrir.
Réponse de le 06/05/2013 à 12:43 :
Les dépenses de l'état français progressent sans cesse fortement: depuis des années les montants des dépenses en valeur absolue progressent d'avantage que la progression du PIB (la fameuse "croissance") et depuis des années les recettes de l'état français progressent moins que les dépenses et ainsi les déficits se creusent. Pourquoi parlons-nous d'austérité?
Les allemands ne connaissent effectivement l'expression "austérité" que par les reportages sur un sentiment d'austérité" ressenti dans autres pays de l'europe du sud. Personne ne parlerait d'austérité. En Allemagne, les dépenses de l'état augmentent aussi mais moins que les recettes, (cela explique l'excédent bugétaire 2012) fiscalement il projettent de diminuer certaines impositions, ainsi que les cotisations retraites par exemples. Les salaires augmentent, mais il plane toujours un mot dans l'atmosphère germanique qui se mèle à tous les débats: compétitivité!
a écrit le 06/05/2013 à 10:34 :
Il a raison l'Etat doit -être mieux géré ce que malheureusement ne fait pas la France car notre pays est avant tout géré QUE par le bulletin de vote et les élus qui pour un pays dit!!! démocratique refuse de mettre à plat tout ce qui dépend de la dépense publique et ils ont la bonne....place dans la gabgie. Pour ce qui est de la compétivité , l'Allemagne doit cette dernière à son système de prendre de la main d'ouevre pas chère à l'est pour créer une coût du travail artificiel. L'Allemagne a choisi de faire de l'est son partenaire en main d'oeuvre mais cela ne va durer qu'un temps comme en asie les minorités pauvres qui travaillent pour les riches ne durent jamais dans le temps. Autre point l'Allemagne n'a pas de SMIC on peut soit s'en réjouir soit s'en offusquer mais cela fausse aussi le coût du travail donc de la concurrence. L'Allemagne joue un jeu dangereux dans le temps m^me si ses entreprises sont plus entreprenantes et moins taxees qu'en France, le système en place ne pourra pas durer pour les allemands non touchés par la crise. L'Allemagne a des c^tés intéressants mais elle a des zones noires qui éclateront d'ici 10 ans.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :