Le débat sur la hausse des salaires en Allemagne se poursuit

 |   |  328  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Les chiffres du chômage ont beau avoir fortement baissé ces dernières années en Allemagne, presque un quart des salariés sont maintenant employés avec des bas salaires, selon une étude sur le nouveau marché du travail publiée dimanche par l'hebdomadaire Spiegel.

Cela devrait alimenter le débat de cette année électorale sur les inégalités alors qu'une armée de "travailleurs pauvres" grossit en Allemagne après les réformes du marché du travail de ces dernières années. D'après une étude réalisée par la fondation Hans-Böckler, proche des syndicats, et publiée dans le Spiegel montre une fois de plus que la baisse du chômage n'a pas entraîné de hausse des salaires. En effet, si la première économie européenne comptait 2 millions de sans-emploi de moins en 2010 qu'en 2005, un salarié sur quatre touchait encore un bas salaire, c'est à dire moins de deux tiers de la moyenne nationale.

Les disparités subsistent entre Est et Ouest

"L'Allemagne a atteint au cours des deux dernières décades un niveau d'inégalité qui pose un sérieux problème au niveau social comme économique", commente Gustav Horn, directeur scientifique de l'institut pour la recherche en macroéconomie et économie de la fondation. Ils étaient payés environ 11 euros l'heure dans les Etats de l'ouest du pays et 8,3 euros dans ceux qui constituaient auparavant l'Allemagne de l'Est communiste, une zone qui continue à être économiquement à la traîne par rapport au reste du pays.

Nécessaire relance de la consommation

Peer Steinbrück, le candidat du SPD allemand à l'élection du 22 septembre prochain s'est dit favorable à un salaire minimum généralisé, alors que l'actuelle chancelière Angela Merkel, candidate à sa propre succession s'y oppose catégoriquement. Elle préfère que les revenus planchés soient négociés directement par les partenaires sociaux branche par branche. Mais les deux se sont dits favorables à une légère hausse des salaires pour soutenir la consommation. Selon certains analystes, l'Allemagne doit limiter son exposition au risque de baisse des exportations, notamment celles vers la Chine qui ralentissent, en favorisant sa demande intérieure.

LIRE AUSSI "Le modèle allemand atteint ses limites"

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/06/2013 à 20:23 :
Le revenu minimum ne veut rien dire, le minimum vieillesse en france ferait des heureux au Bengladesh, c'est le pouvoir d'achat qui est a prendre en considération le rest n'est que du vent
a écrit le 10/06/2013 à 15:42 :
11 Euros/h (x140h) c'est 1540 Euros par mois. Sachant que en France 40% des salaires sont en-dessous (voir http://www.inegalites.fr/spip.php?article1054&id_mot=130) c'est sûr l'allemagne c'est l'enfer des salariés pauvres... Et ça sans même prendre en compte des différences de pouvoir d'achat.
Réponse de le 10/06/2013 à 17:52 :
alors pourquoi le patronat allemand est-il contre un salaire minimum généralisé à 8.5 euros bruts de l'heure puisque tout le monde (à l'ouest en tout cas) gagne largement plus et à l'est quasiment les 8.50 euros??
Réponse de le 10/06/2013 à 20:07 :
Le patronat considère que ce n'est pas le rôle de l'état mais aux employeurs et aux salariés de s'accorder. Mais quand même 50 % des français ( avec les 10% de chômeurs) ne gagnent pas plus qu'un travailleur pauvre allemand. Ça fout les boules!
Réponse de le 10/06/2013 à 21:25 :
non, le patronat est contre car cela pourrait nuire à la compétitivité des entreprises allemandes. Une étude d?Eurostat, l?organisme statistique européen, révèle que la proportion de bas salaires est, en Allemagne, avec 22,2?% ?de l?ensemble des salariés, l?une des plus élevées d?Europe. Elle est de 6,1?% en France. Les travailleurs à bas salaires sont définis comme étant les salariés qui gagnent deux tiers ou moins que le salaire horaire national brut médian.
a écrit le 10/06/2013 à 15:27 :
Peut-être serait-il bien de parler en terme de pouvoir d'achat afin de mieux appréhender la réalité allemande en terme de salaire.
a écrit le 10/06/2013 à 14:38 :
Baisse des exportations vers la Chine, c'est une plaisanterie ? Audi, par exemple fabrique en Chine. La Chine exige le transfert des technologies, à la différence de nos rêveurs de Bruxelles qui considèrent que l'Europe peut être pillée sans limite.
a écrit le 10/06/2013 à 14:04 :
L'herbe est toujours plus verte de l'autre côté........
sauf quand on y est
a écrit le 10/06/2013 à 14:03 :
Ce matin, aux infos de 6h, on nous parlait des salaires "low cost" que les Allemands allouent aux immigrés travaillant dans leurs abattoirs : "4 eur /heure ! et évidemment, les charges les incombant sont versées dans leurs pays d'origine, la Roumanie, soit 3 fois moins onéreuses ! à contrario en France, le personnel des abattoirs est payé 10 eur /heure, t les charges, c'est en France ! Et alors, que faut il faire dans ce cas là, payer 3 fois moins les Français, qui déjà n'ont pas de salaires sensationnels au prix où est la vie en France ?Comment concurrencer ce pays qui emploient les gens indignement? faut il porter ce pays en exemple pour ces faits honteux, comme on nous en rabat constamment les oreilles? ! Perso, je ne crois pas car ce sont des agissements lamentables qui sèment la zizanie dans toute cette maudite UE !
Réponse de le 10/06/2013 à 17:46 :
pensez-y en achetant votre prochaine voiture.
Réponse de le 10/06/2013 à 20:53 :
@ Antoine: +1 ! Ne soyons plus complice de ce génocide économique en achetant des voitures teutonnes !!!
a écrit le 10/06/2013 à 11:48 :
il faudrait mettre ces éléments en perspective avec la France:
- taux de chomage comparés
- niveau et taux des bas salaires comparés

Je rappelle qu'en France le salaire médiant tourne autour de 1600?/mois... c'est à dire que la moitié des travailleurs gagnent moins que ça.
Réponse de le 10/06/2013 à 12:27 :
surtout qu´une partie de nos chômeurs en France sont dûs au dumping social que pratique l´Allemagne. Difficile de concurrencer un pays qui fait travailler des immigrés avec des salaires de 4-5 euros brut de l´heure.
Réponse de le 10/06/2013 à 14:45 :
Il y a 300 000 travailleurs en France détachés (et encore c'est la partie visible) qui gagnent pas plus de 4 euros de l'heure. C'est bien d'accuser les autres mais alors il faut soi même être irréprochable. Certain exploitants agricoles confronté à des prix exigés bas par la grande distribution font travailler des gens des pays de l'est au black et avec des conditions digne de Zola.
Réponse de le 10/06/2013 à 16:17 :
@ aka, ah bon? vous avez un lien avec un article de presse pour étayer votre commentaire?
D´où sortez-vous ces 300.000 travailleurs détachés qui gagnent pas plus de 4 heures bruts de l´heure?
Réponse de le 10/06/2013 à 16:38 :
Si c'est vraiment le cas (on ne peut quantifier le black), c'est justement du black en France, donc illégal et relativement marginal. Tandis qu'en Allemagne, c'est un contrat de travail à part entière. De même, peut être que l'esclavage existe en France de manière cachée et illégale, mais je ne préfère pas pour autant qu'on légalise cet état de fait.
Réponse de le 10/06/2013 à 17:43 :
D'autant plus qu'en Allemagne en plus de ces millions de travailleurs pauvres (officiels eux), le travail au black doit également exister.
a écrit le 10/06/2013 à 10:30 :
Et moi je pense qu'il est préférable d'avoir moins de 6-7% de chômeurs ET un salaire minimum, plutôt que 25% de salaire en moins en Allemagne ou encore 50% de jeunes au chômage dans certaines banlieues.

Je ne sais pas ce qui est le pire : présenter le chômage comme une fatalité ou faire croire à un monde binaire noir et blanc avec d'un coté du travail mais tous pauvres, ou soit une population importante sans travail avec d'autres (travailleurs) riches.

Ca doit être le temps de cerveau disponible je suppose... Faire croire que c'est soit l'un soit l'autre.
a écrit le 10/06/2013 à 9:30 :
je pense qu'il vaut mieux avoir 25% de salaire en moins en Allemagne que d'avoir comme nous en France 50% de jeunes au chômage dans certaines banlieues .
Réponse de le 10/06/2013 à 10:07 :
il ne semble pas que vous ayez compris qq chose à l'article . mais bon ,si vous vous sentez mieux.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :