Berlusconi : "Mes enfants se sentent persécutés comme les juifs sous Hitler"

 |   |  515  mots
Silvio Berlusconi estime que sa famille subit un sort similaire à celui des familles juives sous Hitler
Silvio Berlusconi estime que sa famille subit un sort similaire "à celui des familles juives sous Hitler" (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
L'ancien chef du gouvernement italien se plaint du harcèlement qu'il subirait avec sa famille depuis sa condamnation pour fraude fiscale dans l'affaire Mediaset cet été. Et, comme c'est son habitude, le dit de façon fort délicate. L'occasion de rappeler quelqu'un de ses "exploits" verbaux.

Silvio Berlusconi n'en est plus à un scandale prêt. Sa dernière sortie en est un nouvel exemple.

"Mes enfants disent se sentir persécutés comme l'étaient juifs sous Hitler. Tout le monde nous tombe dessus", a ainsi déclaré l'ancien président du conseil italien.

Ces propos, rapporté dans un livre du journaliste de la Rai Bruno Vespa paru ce mercredi, ont évidemment provoqué un tollé immédiat. 

Tollé en Italie

Outre l'union des communautés juives transalpines, de nombreuses personnalités ont dénoncé ces propos. "Comment peut-on dire une chose aussi stupide?", s'est ainsi indigné le directeur de la Fondation pour le Musée de l'Holocauste, l'historien Marcello Pezzetti, interviewé par la Reppublica.

Côté politique, Danilo Leva, le responsable de la justice au sein du Parti démocratique au pouvoir, a lancé: "Être égaux devant la loi, respecter l'état de Droit, ce serait comparable à la persécution des juifs?"

Le "Cavaliere" a été condamné en août pour fraude fiscale à quatre ans de prison. Une peine commuée en travaux d'intérêt général pendant un an ainsi que deux ans inéligibilité. Au total, l'ancien chef du gouvernement italien est impliqué dans une trentaines de procès divers, notamment pour des relations sexuelles tarifées avec une mineure (le fameux "Rubygate").

Fin septembre, en poussant certains ministres de son parti à démissionner du gouvernement, il a contribué à plonger l'Italie dans une courte crise politique. Un épisode qui a pris fin après le retournement de son dauphin Angelino Alfano et des autres ministres démissionnaires, suivi par sa propre rétractation

Un maestro des petites phrases provocatrices

Silvio Berlusconi a fait des déclarations tonitruantes l'une de ses spécialités. Dans son "répertoire", le thème du nazisme revient régulièrement.

"Je sais qu'en Italie, un homme produit un film sur les camps de concentration nazis, vous seriez parfait dans le rôle de Kapo" avait-il ainsi lancé à l'eurodéputé Martin Schulz en plein Parlement européen. Ou bien encore, sur la période fasciste cette fois: "Mussolini n'a jamais tué personne, il a juste envoyés des gens en vacances en exil."

Sur d'autres sujets, il avait aussi fait scandale après le tremblement de terre de 2009 à l'Aquila en déclarant au sinistrés (près de 20.000 sans abris): ""Bien sûr, ces logements sont temporaires, il faut voir ça comme un week-end de camping."

La même année, lors du G20, il glissait: "Ma réponse à la crise économique mondiale n'est pas la même que celle d'Obama car je suis plus pâle que lui, ça fait longtemps que je n'ai pas eu le temps de prendre un bain de soleil." Quelque mois plus tôt, lors de l'élection du président américain, il s'était déjà exprimé en des termes similaires: "quel est son nom déjà ? Ah, Barack Obama ! Il est bronzé. Vous n'allez pas le croire, mais ils ont été prendre le soleil ensemble, parce que sa femme aussi est bronzée"... 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/11/2013 à 14:39 :
Coquilles
"L'occasion de rappeler quelqu'un de ses "exploits" verbaux. " quelques uns
"comme l'étaient juifs sous Hitler." les juifs
a écrit le 07/11/2013 à 11:18 :
Alors il faut rapidement leur dire de planquer leurs tableaux.
a écrit le 07/11/2013 à 11:04 :
Cette classe politique - font fait partie Berlusconi - centrée sur ses problèmes qui bavasse, jacasse et s'amuse tandis que le peuple crève de faim (6 millions de pauvres en Italie, des jeunes qui, de plus en plus, partent ailleurs à la recherche d'un futur meilleur). Les problèmes sérieux attendront. La chose la plus surprenante est que de tels hommes soient populaires. Quand on voit dans quel état ils laissent le pays après leur règne, on se demande vraiment pourquoi.
Réponse de le 13/11/2013 à 9:33 :
populaire mais complètement démagogue , on a connu cela dans les années 30 , donc rien de nouveau en europe , en france on a cela depuis plus de 40 ans et on a meme un élevage fécond qui ne risque pas de se tarir ..helàs .. je vous rejoins sur l'Italie qui tombe dans une pauvreté sidérante , je n'ai pas vu ce beau pays tomber si bas en quelques décennies , pourtant les italiens ont de la ressources mais s'ils comptent sur les politiciens qui se conduisent comme des stars , ben tout faux , enfin ils peuvent compter sur leurs clientèles d'assistés pour léguer des dettes .. cela partira pas d'un coup de baguette magique non ce serait encore trop beau .. pathétique ..
a écrit le 07/11/2013 à 10:35 :
On s'en fout!
a écrit le 07/11/2013 à 10:09 :
En même temps, il n'a rien fait pour mériter ca, n'est ce pas ? ;-) Il est bien comme toute cette catégorie de parasites politiques. Ca ne les dérange pas de mettre des millions de personnes dans la merde par leurs (in)actions, mais dès qu'il y a des effets sur leur famille, alors là, rien ne va plus... de pire en pire cette nouvelle forme de monarchie parasitaire...
a écrit le 07/11/2013 à 10:09 :
Coquilles
"L'occasion de rappeler quelqu'un de ses "exploits" verbaux. " quelques uns
"comme l'étaient juifs sous Hitler." les juifs
a écrit le 07/11/2013 à 9:27 :
son combat reste le meme: faire parler de lui! et ca marche.
Les propos de Berlusconi sont celui d'un homme qui a perdu la tete depuis bien longtemps.
a écrit le 07/11/2013 à 9:23 :
nous sommes pareil une manifestation anti emigrants ce jour a calais sous couverts du pouvoir
a écrit le 07/11/2013 à 9:21 :
Ces propos sont impardonnables et dignes de l'Extreme droite ... Je lui souhaite une bonne VDM
a écrit le 06/11/2013 à 22:12 :
Un peuple a les dirigeants qu'il mérite. En France, nous avons Hollande.
a écrit le 06/11/2013 à 22:10 :
je n'oublierai jamais la torture de 2013 en Europe
a écrit le 06/11/2013 à 22:08 :
Et la Tribune n'en est pas à une faute d'orthographe près !
a écrit le 06/11/2013 à 21:19 :
pauvres Italiens..... comment ont-ils pu élire un type pareil...???? C'est vrai qu'il détenait bcp de
supports médiatiques.....!!!!!!!
a écrit le 06/11/2013 à 21:00 :
booooooooooooof! que dire :
nous le retrouverons dans 2 ans
a écrit le 06/11/2013 à 19:13 :
Pauvre homme!Tant de charisme bafoué!Ça me fait une peine immense...
Réponse de le 06/11/2013 à 22:49 :
quel charisme?
c'est un clown ce type. Un italien typique qui s'amuse à blaguer sur le nazisme ou la couleur de peau.
J'ai plus l'impression de voir un ado qu'un type charismatique. Un ado qui a été élu 4 fois chef de gouvernement par les italiens, c'est dire le niveau d'intelligence des électeurs de ce pays.
Ils vaudraient mieux leur enlever le droit de vote vu comment ils l'utilisent.
Réponse de le 06/11/2013 à 23:36 :
Euh... Pareil pour la France : pensez donc, élire Sarkozy et Hollande ! Aux fous !!!
Réponse de le 07/11/2013 à 9:25 :
@oshe: On peut ne pas les aimer, il y'a quand meme une enorme différence avec Berlusconi. N'exagérons pas, les deux ont (eu) un comportement digne de leur fonction... meme si parfois ils sont (ont été) un peu dépassé.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :