Allemagne : les exportations augmentent encore

 |   |  214  mots
Les exportations allemandes ont surtout progressé grâce à de plus importants échanges avec les membres de l'Union européenne en dehors de la zone euro.
Les exportations allemandes ont surtout progressé grâce à de plus importants échanges avec les membres de l'Union européenne en dehors de la zone euro. (Crédits : DR)
Pour le quatrième mois consécutif, les exportations allemandes ont progressé, notamment grâce aux échanges avec les membres de l'UE hors zone euro.

Quatrième mois de hausse pour les exportations allemandes. Corrigées des variations saisonnières, celles-ci ont augmenté de 0,3% en novembre tandis que les importations ont baissé de 1,1%, a annoncé mercredi l'Office fédéral des statistiques. Ce, alors que les économistes avaient anticipé respectivement une hausse de 0,35% et  de 0,3%.

L'excédent commercial du mois de novembre est ainsi ressorti à 17,8 milliards d'euros, contre 16,7 milliards en octobre. Ce qui est légèrement inférieur à l'estimation moyenne des économistes interrogés par Reuters qui tablaient plutôt sur 18,0 milliards.

Hausse des échanges avec les pays européens hors zone euro

Les exportations ont notamment progressé grâce à de plus importants échanges avec les membres de l'Union européenne en dehors de la zone euro. L'Allemagne commence en effet à tirer parti de la bonne santé économique de pays tels que la Grande-Bretagne.

L'Allemagne est du reste régulièrement accusée d'être trop dépendante de ses exportations, nombre de responsables politiques étrangers pressant Berlin de faire reposer la croissance davantage sur la consommation intérieure. Ce que ne manquera sans doute pas de faire le secrétaire américain au Trésor Jack Lew, en visite à Berlin ce mercredi.

----------------------------

Pour aller plus loin: Pourquoi l'Allemagne ne réduira pas son excédent courant

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/01/2014 à 17:36 :
Les exportations explosent, le PIB est malgré tout poussif et la pauvreté gagne en Allemagne : où va le pognon ? J'ai ma petite idée...
Réponse de le 12/01/2014 à 19:01 :
dans les banques suisses, j'ai bon ? :)
a écrit le 08/01/2014 à 16:21 :
L'Allemagne exporte 1) parceque elle a gardée une industrie puissante (22% duPIB contre 10% chez nous)
2)parceque son appareil exportateur est positionné sur les marchés en croissance (part de marche Chine 7%contre 1% pour la France) l'excdent Allemand se fait principalement hors de la zone euro3) parceque elle a une offre produits haut de gamme très spécialise qui correspond à la demande mondiale 4) il n'y a en revanche pas de dumping social, la croissance et les salaires y sont plus élevés qu'en France
Réponse de le 08/01/2014 à 18:09 :
Le dumping social de l'Allemagne se fait avec son hinterland : facile de produire une bagnole à 6 euros de l'heure en Pologne, Hongrie ou en Tchéquie et de coller dessus "Deutsche Qualität" ... Quant au taux de pauvreté et aux inégalités qui se creusent en Allemagne, ils ruinent définitivement votre conclusion euro-béate...
Réponse de le 08/01/2014 à 18:58 :
l'allemagne exporte bien hors zon euro car le mark était une monnaie historiquement haute plus encore que l'euro. Ainsi hors de la zone euro l'euro face au yan ou dollar ou yen est aussi un avantage. Pour la france, ce n'est pas le cas hors zone euro, l'euro est beauoup trop fort
a écrit le 08/01/2014 à 15:48 :
Pourtant , les allemands n'ont pas encore acheté l'invention performante et unique ...du ministère du redressement productif...!
a écrit le 08/01/2014 à 15:10 :
la zone euro est en train de devenir un royaume d'absurdie ou un pays devient super riche sur le dos des autres et les autres coulent économiquement.
a écrit le 08/01/2014 à 12:02 :
Que le IV ème reich profite bien de sa situation , ca ne durera pas .Nous sommes dominés de la tete aux pieds par cette machine qui met en coupe règlée l europe mais nous aurons notre revanche , quand nous aurons des politiciens moins peureux et soumis
Réponse de le 12/01/2014 à 19:03 :
Grace aux gens comme opak, il y a des guerres et c'est les gens comme lui qu'on devrait envoyer en premiere ligne, pas des enfants de 18 ans.
a écrit le 08/01/2014 à 11:21 :
jacques sapir au secours !!!
a écrit le 08/01/2014 à 11:14 :
l'allemagne pays de 83 millions d'habitant vampirise le monde en accumulant des excédent irréaliste pour sa taille comparable à ceux de la chine pays de 1 milliard 300 millions d'habitant. Maintenant que l'allemagne a vampirisé la zone euro et l' a coulé avec ses politiques d'austérité; elle veut vampirisé d'autres régions d'Europe et du monde. Les grecs, les italiens, les espagnols et les français seront ces futurs employés et la russie sont réservoir de matières premieres. l'euromark qui est mark moins surévalué a crée un vampire
Réponse de le 08/01/2014 à 11:27 :
Je disais qu'il est de 20 % à 30 % moins cher en Allemagne, mais citant un article des échos pour le fromage c'est dramatique: "Les Français ont un gros complexe vis-à-vis des Allemands. Un complexe industriel : la manufacture pèse deux fois plus de l'autre côté du Rhin que de ce côté-ci. Elle dégage un colossal excédent commercial là-bas contre un déficit significatif ici. Les Français ont tort. Le problème n'est pas l'industrie, mais la compétitivité. Leur économie a longtemps exporté plus de services, plus de produits agricoles que son voisin. Ce n'est plus le cas. Depuis 2001, l'Allemagne vend davantage de services à l'étranger. L'écart des exportations entre les deux pays approche 50 milliards d'euros. Encore plus frappant : depuis 2005, la première puissance industrielle européenne a aussi dépassé la France sur les produits agricoles. Son avance va sur les 25 milliards. Elle vend même… plus de fromage que la France. En une décennie, elle en a augmenté ses volumes exportés de 23 %, contre 8 % côté français. Sans avoir jamais eu un ministre proclamant que labourage et pâturage sont les deux mamelles du pays !
L'exemple du lait et des produits laitiers est éclairant, car il révèle l'imbrication des causes politiques, économiques, sociales, culturelles... et industrielles dans ce qui fait la compétitivité d'une filière et aussi d'un pays."
Réponse de le 08/01/2014 à 12:13 :
L'exemple du lait et des produits laitiers est éclairant, car il révèle l'imbrication des causes politiques, économiques, sociales, culturelles... et industrielles dans ce qui fait la compétitivité d'une filière et aussi d'un pays."
= l´Allemagne est compétitive grâce à l´absence de salaire minimum et d´un très grand nombre de travailleurs détachés (Dumping social). Il y aucun miracle économique la-dedans.
Réponse de le 08/01/2014 à 14:26 :
l'article mentionne l'absence de salaire minimum comme un composante dans la "brochette d'avantages" compétitif; mais ce n'est pas ça:
"Et pourtant… la compétitivité laitière allemande ne vient pas de cette brochette d'avantages. Les experts de l'Institut de l'élevage, qui ont étudié la question de près, sont formels : les coûts de production du lait ne sont pas très différents dans les deux pays. L'ajustement se fait par les revenus : les éleveurs français gagnent moins d'argent de ce côté-ci du Rhin. Lors d'une rencontre entre éleveurs des deux pays, un Français a demandé à un Allemand comment il faisait pour s'en sortir. L'Allemand, qui s'en sortait très bien, a pris la question pour un compliment !" lisez l'article et vous verrez que ce n'est pas si simple...
Réponse de le 08/01/2014 à 15:16 :
Non on voit très bien une évoluion contraire entre l'allemagne et la france partir de l'arrivée de l'euro. Quand l'euro a été introduit la france avait une balance commerciale excédentaire et l'allemagne .... déficitaire. Puis l'euro arrive avantage pour l'allemagne handicap pour la france. Dix ans après la france bat des records de déficit commercial et l'allemagne d'excédent.
Réponse de le 08/01/2014 à 16:02 :
Dans la brochette d’avantages, (de nombreux avantages supposés), l’article mentionne l’absence de salaire minimum, mais miracle ! Ce n’est pas ça
"Et pourtant… la compétitivité laitière allemande ne vient pas de cette brochette d'avantages. Les experts de l'Institut de l'élevage, qui ont étudié la question de près, sont formels : les coûts de production du lait ne sont pas très différents dans les deux pays. L'ajustement se fait par les revenus : les éleveurs français gagnent moins d'argent de ce côté-ci du Rhin. Lors d'une rencontre entre éleveurs des deux pays, un Français a demandé à un Allemand comment il faisait pour s'en sortir. L'Allemand, qui s'en sortait très bien, a pris la question pour un compliment !"
La Transylvanie n’enregistre pas d’excédent peut-être, mais l’Allemagne n’a jamais connu de déficit, sauf en 1950 année de sa création. Elle a toujours eu des excédents important et a souvent été le 1er exportateur du monde.
En même temps, malgré les mêmes coûts de production, le lait y est toujours moins cher, miracle ?
a écrit le 08/01/2014 à 9:59 :
L’Allemagne c'est comme un virus. Ce qu’il faut maintenant c’est un remède de cheval et nous en France avons la solutions. Quelques M51 bien placés et l’Europe sera guéri.
a écrit le 08/01/2014 à 9:44 :
Ils on raison eux ils pensent à leur pays. Je suis frontalier et je fais toutes les courses là bas et je ne suis pas le seul. À Kehl on parle plus le français que l'allemand. Et en plus pour les restos et les bars c'est moins chers et ne parlons pas des pâtisseries.
Réponse de le 08/01/2014 à 9:53 :
C'est vrai et l'exemple est édifiant, il pense a leur pays eux et je suppose par contre que la carte vitale et les prestations sont perçus en France.
Réponse de le 08/01/2014 à 10:29 :
C'est fou! même le lait est 20 à 30 % moins cher. Je ne pense pas que c'est à cause de la présence des bases US...
Réponse de le 08/01/2014 à 10:38 :
J'ai longtemps vécu à Strasbourg, et moi aussi je pense à mon pays: je faisais mes courses en France.
Car c'est bien la France qui m'a permis de faire des études longues pour un coût fort raisonnable (école d'ingénieur et doctorat). Après quelques séjours à l'étranger (Allemagne inclus), je suis heureuse d'être en France et je ne supporte pas cet acharnement de certains Français à s'auto-dénigrer
Réponse de le 08/01/2014 à 11:10 :
autodénigrement des français fait partie de la culture française on peut en trouver des cas dans les journaux il y a 100 ans en arrière. les français les plus pessimistes d'Europe. Dans le monde il y a des pays qui sont en geurre où les gens sont plus optimiste.
Réponse de le 08/01/2014 à 14:24 :
Moi je regarde le comportement des riches, eux ils placent leur argent à l'étranger alors moi à mon petit niveau je fais comme eux. Ce ne sont pas toujours les ploucs qui doivent faire les frais pour le bien de l'ensemble du pays. De toute manière c'est du chacun pour soi si c'était le contraire ça se saurait
Réponse de le 08/01/2014 à 18:15 :
heureusement, qu'en France, tout le monde ne pense pas comme vous, on serait tous SDF.
Réponse de le 08/01/2014 à 19:00 :
pas assez de patriotisme économique en france

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :