Le conflit bancaire se rallume entre la Slovénie et la Croatie

 |   |  369  mots
Un tribunal croate a exigé que les banques slovènes Ljubljanska Banka (LB) et Nova Ljubljanska Banka (NLB) remboursent plus de 27 millions d'euros déposés par des épargnants croates il y a plus de deux décennies
Un tribunal croate a exigé que les banques slovènes Ljubljanska Banka (LB) et Nova Ljubljanska Banka (NLB) remboursent plus de 27 millions d'euros déposés par des épargnants croates il y a plus de deux décennies (Crédits : © )
Ljubljana a accusé Zagreb mardi d'avoir enfreint l'accord intervenu en 2013 pour régler un vieux contentieux financier qui avait longtemps empoisonné les relations entre ces deux voisins européens.

Nouveau rebondissement dans le contentieux financier slovéno-croate. La Slovénie a accusé mardi la Croatie d'avoir enfreint l'accord intervenu en 2013 pour régler un conflit bancaire qui avait longtemps empoisonné les relations entre ces deux voisins européens et avait même menacé un temps de freiner l'adhésion de la Croatie à l'UE. "Il y a une violation claire du mémorandum", a déclaré à des journalistes le ministre slovène des Affaires étrangères, Karl Erjavec, cité par l'AFP, en réaction au jugement d'un tribunal de Zagreb.

La Croatie exige le remboursement de 27 millions d'euros

Cette cour a en effet exigé que les banques slovènes Ljubljanska Banka (LB) et Nova Ljubljanska Banka (NLB) remboursent plus de 27 millions d'euros déposés par des épargnants croates il y a plus de deux décennies. Or la Croatie s'était engagée à "mettre en veille" les poursuites judiciaires engagées devant sa justice contre NLB, aux termes d'un accord trouvé en mars 2013.

Pour rappel, au moment de l'éclatement de l'ex-Yougoslavie, quelque 430.000 Croates avaient placé leurs économies à la LB, qui a fait faillite dans les années 1990. La Croatie avait alors dédommagé la plupart de ces épargnants. Mais le pays a exigé que la NLB, qui a succédé à LB, lui restitue ce montant.

La Croatie s'était engagée à "mettre en veille" ses poursuites

Le conflit était resté en suspens jusqu'à ce que la Slovénie ne menace la Croatie de ne pas ratifier son traité d'adhésion à l'UE en juillet 2013, si un accord n'était pas trouvé pour solder leur différend. 

Pour l'heure, la Slovénie compte bien faire appel contre le jugement intervenu mardi, qui crée d'ailleurs un précédent pour 25 affaires similaires, lancées par des banques croates réclamant au total jusqu'à 270 millions d'euros. C'est certes une goutte d'eau au regard des 4,2 milliards d'euros dont a besoin le secteur financier slovène, mais il n'est pas question pour Ljubljana d'accepter de nouvelles créances. D'autant que la Slovénie estime que les entreprises croates devraient quant à elles 480 millions d'euros à LB. La hache de guerre n'est donc pas complètement enterré entre deux pays désormais membres de l'UE.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :