Merkel contre tout signal d'aide à la Grèce avant les Européennes

 |   |  428  mots
(Crédits : Forex)
La Chancelière craint qu'un nouveau plan d'aide à la Grèce avant les élections européennes entraine une poussée du parti anti-euro en Allemagne. Son ministre des Finances Wolfgang Schaüble s'inquiète au contraire une poussée des extrémistes grecs et une instabilité politique à Athènes qui relancerait la crise de la zone euro.
La chancelière allemande Angela Merkel a averti le gouvernement grec qu'il ne devait pas compter sur un signal de Berlin quant à un éventuel nouveau plan d'aide avant les élections européennes mettant ainsi un frein au projet de son ministre des Finances, selon l'hebdomadaire der Spiegel dimanche.

La dirigeante conservatrice, adepte d'une politique stricte d'austérité budgétaire en Europe, a stoppé net un projet de son puissant ministre des Finances, Wolfgang Schäuble, qui voulait envoyer à la Grèce "un signal de solidarité" avant le scrutin européen, en laissant entrevoir qu'Athènes pourrait bénéficier d'un troisième plan d'aide, selon le magazine qui ne cite pas ses sources.

Angela Merkel, très critiquée par une population grecque durement éprouvée par les mesures d'économies qui lui ont été imposées depuis 2010, a averti la Grèce qu'elle ne devait pas tabler sur un tel signal.

Elle craint en effet que le parti anti-européen Alternative pour l'Allemagne (Afd) ne profite d'un nouveau débat sur une aide à la Grèce avant le scrutin européen du 25 mai, poursuit Der Spiegel.

L'Afd, qui prône l'abandon de l'euro et le retour au deutsche mark, n'a pas réussi à entrer au Bundestag (chambre basse du Parlement) aux élections législatives du 22 septembre, mais beaucoup lui prédisent une percée aux Européennes dans un pays pourtant jusqu'ici plutôt épargné par la crise.

A l'inverse, M. Schäuble craint une nouvelle montée en puissance des partis extrémistes grecs si aucune perspective d'un nouveau soutien financier n'est offert à la Grèce. Le ministre des Finances s'appuie sur l'avis de certains observateurs qui craignent l'éclatement de la fragile coalition grecque entre les conservateurs et les socialistes en cas de victoire des partis extrémistes aux scrutins européen, municipaux et régionaux qui doivent avoir lieu ce printemps. Pour M. Schäuble, une nouvelle instabilité politique à Athènes "pourrait relancer la crise dans la zone euro", écrit l'hebdomadaire.

La Grèce a déjà reçu deux programmes de prêts de 240 milliards d'euros au total pour éviter la faillite, en échange de mesures draconiennes d'économies qui pèsent lourdement sur la population, déjà frappée par un chômage de masse (28%).

Mais le Premier ministre grec, Antonis Samaras, a assuré que son pays n'avait pas besoin d'un troisième plan de sauvetage.

Le parti de la gauche radicale, Syriza, dirigé par Alexis Tsipras, est le favori des sondages face à des Grecs excédés par les partis traditionnels.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/02/2014 à 16:11 :
Si après un éclatement de la coalition grecque, Syriza arrivait en tête et Aube dorée en seconde position aux élections législatives qui s'en suivraient, ça serait un peu le scénario catastrophe non ? Les couteaux seraient tirés ...
a écrit le 17/02/2014 à 10:59 :
La situation est cornélienne ! Ne pas mettre de graisse dans les rouages politiques, tant ceux que craint Merkel, que ceux que craint Schäuble. Y aurait-il de l'impasse ? sans issue ?
a écrit le 17/02/2014 à 9:09 :
Voilà la solution trouvé pour maintenir les peuples dans le dogme européen et créer ainsi un conflit désiré dont ils ne se sentiront pas coupable!
a écrit le 16/02/2014 à 23:58 :
Les propos de Madame Merkel sont plus que vains car la Grece n'a pas besoin de troisieme plan d'aide. La Grece a, en effet, reussi degager un excedent budgetaire de 1,5 milliard d'euros en 2013. J'invite Madame Merkel a temperer son nationalisme allemand si elle souhaite maintenir en l'etat la zone euro.
Réponse de le 17/02/2014 à 14:29 :
Vous y croyez ?...
a écrit le 16/02/2014 à 19:33 :
De toutes façons l'Euro est condamné à terme. Mieux vaudrait trancher dans le vif le plus rapidement possible.
Réponse de le 16/02/2014 à 23:18 :
C'est à dire ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :