Angela Merkel a-t-elle des raisons de regretter "Merkozy" ?

 |   |  795  mots
Le couple Merkozy s'est reformé le temps d'un instant ce vendredi...
Le couple Merkozy s'est reformé le temps d'un instant ce vendredi... (Crédits : Reuters)
Nicolas Sarkozy était de passage à Berlin où il a rencontré Angela Merkel. Un moment de nostalgie, mais la chancelière peut-elle regretter l'alliance avec son vieil ami ?

Un petit air de 2011 planait ce vendredi au-dessus de Berlin. Nicolas Sarkozy était l'invité de la Konrad Adenauer Stiftung, un groupe de réflexion proche de la CDU d'Angela Merkel. L'occasion pour l'ancien président de rencontrer son « amie » Angela et de reformer pour un court instant le couple « Merkozy » qui dirigea jadis l'Europe durant les deux premières années de la crise.

 

« Socle franco-allemand »

 

L'ancien président français n'a pas tari d'éloges sur la nécessité de la « coopération franco-allemande » dans son intervention berlinoise. Nicolas Sarkozy a aussi tenté de faire un brin de morale à son successeur François Hollande en affirmant que « le leadership est un devoir » et que le « socle franco-allemand » devait être défendu. « Sans ce socle il n'y a pas d'avancée en Europe », a conclu l'ancien locataire de l'Elysée.

 

Tensions avec François Hollande

 

Nul doute évidemment que Nicolas Sarkozy regrette la belle époque de « Merkozy. » Mais Angela Merkel ? Pas si sûr. Certes, entre elle et François Hollande, une vraie période de froid s'est instaurée au lendemain de l'élection du président français. Il est vrai que le candidat socialiste avait fait campagne sur la renégociation du pacte budgétaire, sur le refus de l'Europe de l'austérité et sur la mise en place de nouvelles solidarités intereuropéennes. Berlin ne voulait rien de tout cela et durant le mois de juin 2012, la tension a été palpable. La défiance a continué pendant plusieurs mois.

 

Le successeur de Nicolas Sarkozy n'a pas bloqué les projets allemands

 

Mais il faut également immédiatement préciser que, si Angela Merkel ne goûtait guère le nouveau président français, si le « moteur franco-allemand » s'est arrêtée, elle n'a pas pour autant eu à se plaindre du nouveau chef de l'Etat français. Lors du sommet de juillet 2012, François Hollande a sans broncher accepté le marché de dupes que lui proposait Berlin : faire voter le pacte budgétaire par le parlement français moyennant un fantomatique « pacte de croissance » dont l'existence n'a jamais été que rêvé. Parallèlement, Jean-Marc Ayrault enterrait les « euro-obligations », seule chance de construire un budget réellement européen.

 

Dans les mois qui ont suivi, les relations sont restées mauvaises entre Paris et Berlin et pourtant, le gouvernement français n'a jamais représenté une menace pour l'hégémonie allemande. Pierre Moscovici a laissé Wolfgang Schäuble ralentir l'union bancaire le plus qu'il était possible. Il l'a laissé remodeler cette union bancaire dans des conditions favorables à l'Allemagne, malgré l'urgence et en oubliant l'objectif initial d'une union rapide capable de briser le lien entre les risques souverains et bancaires. Paris a laissé le champ libre à Berlin sur le « sauvetage » de Chypre comme elle le laisse préparer en ce moment même la future aide à la Grèce.

 

La conversion de François Hollande à l'harmonisation franco-allemande prônée par Nicolas Sarkozy

 

Mais surtout, depuis la conférence de presse du 16 janvier, François Hollande a abandonné toute velléité et toute apparence de résistance face à Berlin. Il a fait de « l'harmonisation franco-allemande » sa priorité, acceptant d'emblée de soutenir le choix allemand d'une zone euro composée de pays en concurrence les uns avec les autres. Des propos qui ressemblent à s'y méprendre à ceux que tenaient un certain... Nicolas Sarkozy fin 2011 dans son discours de Toulon. Bref, Angela Merkel n'a pas réellement perdu en marge de manœuvre en Europe avec François Hollande.

 

Nicolas Sarkozy s'est aussi confronté à Angela Merkel

 

Du reste, ce serait oublier que Nicolas Sarkozy a tenté à plusieurs reprises de jouer les contrepoids au pouvoir allemand. Après son élection, les tensions étaient aussi palpables qu'avec François Hollande cinq ans plus tard. En juillet 2007, Nicolas Sarkozy avait même demandé le renvoi de Peer Steinbrück, ministre fédéral des Finances alors qui avait osé faire la leçon au président français sur sa politique budgétaire dissipée et sur son bouclier fiscal. A l'époque, l'ambiance entre Paris et Berlin était détestable. En 2008, Nicolas Sarkozy avait critiqué l'attentisme d'Angela Merkel après la faillite de Lehman Brothers et en 2010, il avait tenté vainement de pousser Angela Merkel à agir plus vite sur la crise grecque. On se souvient qu'il avait même proposé des euro-obligations. Avant que Berlin siffle la fin de la partie et que Nicolas Sarkozy devienne le meilleur allié d'Angela Merkel et que « Merkozy » reconstruise l'Europe le temps d'une promenade à Deauville...

Autant dire que la nostalgie de ce couple n'a aucune raison d'exister à Berlin. Que ce soit avec Merkozy ou avec Merkollande, le pouvoir au sein de l'Europe demeure dans les mains d'Angela Merkel.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/03/2014 à 18:33 :
Regretter quoi? son apres rasage de pacotille et le bruit de ses talonnettes?
Réponse de le 02/03/2014 à 20:36 :
Vous ne remontez pas le niveau, de la moyenne des commentaires avec ce type d'agressivité inutile...
a écrit le 02/03/2014 à 14:40 :
incroyable Merkel reçoit sarko. c'est un manque de respect vis à vis du président français. si Hollande faisait la même chose avec un homologue allemand, ce serait un scandale. On voit bien l'attitude méprisante de Merkel
Réponse de le 02/03/2014 à 15:20 :
le président actuel et son équipe ne se gêne pas pour un faire autant
Réponse de le 02/03/2014 à 18:56 :
mais il l'a fait.
a écrit le 02/03/2014 à 11:15 :
Je serai l'allemande , je ferai profil bas...Si elle se croit à l'abri de la crise , elle va déchanter.
Bientôt , les saucisses de frankfurt seront cuites.
a écrit le 02/03/2014 à 11:13 :
Sarkozy est d'une pitoyable naïveté. Les choses ne sont plus comme avant.
Maintenant , c'est la Crise...On n'a plus le droit de déconner impunément.
a écrit le 02/03/2014 à 8:55 :
Il s'illusionne sur ses chances aux prochaines élections, surtout après ce genre de sortie...
Réponse de le 03/03/2014 à 13:48 :
c'est vous qui le dites !
a écrit le 01/03/2014 à 19:00 :
Il faut rappeler que M. Sarkozy nous jouait les gros bras à al télé avant les sommets européens puis lors de ces sommets se couchait. Ce n'est pas pour bien que les journalistes allemands avaient considéré M. Sarkozy comme le meilleur ambassadeur de Mme Merkel. il faut dire que nos jumeaux de la politique M. Sarkozy et M. Hollande des hommes de discours aussi inefficace l'un que l'autre ne sont que des nains face à l'économie allemande et depuis quelques années face à la politique internationale de l'Allemagne.
a écrit le 01/03/2014 à 18:50 :
sarko,l'homme qui vend l'OR de son ETAT quand les cours sont au plus bas
l'homme qui endette son Pays de 650 milliards euros en 5 ans!!!!
l'hommequi fait la quête pour 11 millions car Il ne craint pas
Réponse de le 02/03/2014 à 8:31 :
La plupart des pays d'Europe se sont endettés dans les mêmes proportions pour faire face à la crise de 2008. C'est la politique actuelle des socialistes qui est a rebours. Quand la reprise débute partout la France elle continue à depenser sans compter en créant des emplois publics supplémentaires alors que c'est déjà le pays le plus doté d'Europe.
Réponse de le 02/03/2014 à 8:47 :
Bien triste bilan...Quant à F H, c'est un copycat. Les sérials incompétants se bousculent aux présidentiels.
Réponse de le 02/03/2014 à 11:00 :
Antitou,il faut finir
Il ne craint pas son ami Cope qui pratique l'hypocrisie à haute dose
Mais Balkany veille!!!
La maison France sera bientôt un champ de ruine,alors que espagne ,Italy vont sortir de la crise la tête haute.
nous avons des politiques hommes ou femmes hors d'usage,du temps présent,et d'une vetusté epouvantable
Réponse de le 03/03/2014 à 14:48 :
A Illiad.
la pénurie d'emplois se fait jour dès l'apparition Chirac,et depuis la dégradation emplois du privé est telle,qu'il ne reste que les emplois de balayeurs ou de gardes de tous qualificatifs.quelle belle réussite,!!!!!
ne vous en déplaise,les Bacs ++++ sont heureux des emplois d'Etat,quand ils ne peuvent s'exporter,mais demain sera mieux ailleurs.
a écrit le 01/03/2014 à 17:34 :
Merkozy ou Merkoland c'est pareille la regle d'or est appliquee le fric coule a flot pour les nantis europeistes
a écrit le 01/03/2014 à 16:56 :
....SI PEU , SI PEU.......... !
a écrit le 01/03/2014 à 14:55 :
Oublions pour toujours Sarko l'agite.Un affreux socialo qui voulait memme taxer les non residents comme s'ils etaient residents en France.
a écrit le 01/03/2014 à 12:01 :
Et analyse remarquable. La meilleure que j'ai pu lire sur le déroulé des faits qui nous ont conduits la ou nous en sommes.
a écrit le 01/03/2014 à 8:13 :
celui qui paye commabde !!
Réponse de le 01/03/2014 à 10:46 :
ce devrait être les grecs qui devraient commander alors et les allemands obéir. les allemands prête de l'argent que les grecs devront rembourser avec intérêts. Ainsi e mark est sauvé
a écrit le 28/02/2014 à 22:45 :
L'Ukraine et l'attitude invasive de Poutine va être une bonne occasion de resserrer les liens européens.
Réponse de le 01/03/2014 à 8:23 :
ok pour plus d'europe(politique, defense,...) mais une europe restreinte. Il faut d'urgence fixer des frontieres. Les usa n'ont pas besoin d'englober le mexique ou le canada pour des accords commerciaux. Il en est de même pour l'europe avec la russie, l'ukraine ou la turquie. La dilution actuelle de l'europe mènera à sa perte.
Réponse de le 01/03/2014 à 8:23 :
ok pour plus d'europe(politique, defense,...) mais une europe restreinte. Il faut d'urgence fixer des frontieres. Les usa n'ont pas besoin d'englober le mexique ou le canada pour des accords commerciaux. Il en est de même pour l'europe avec la russie, l'ukraine ou la turquie. La dilution actuelle de l'europe mènera à sa perte.
Réponse de le 01/03/2014 à 8:23 :
ok pour plus d'europe(politique, defense,...) mais une europe restreinte. Il faut d'urgence fixer des frontieres. Les usa n'ont pas besoin d'englober le mexique ou le canada pour des accords commerciaux. Il en est de même pour l'europe avec la russie, l'ukraine ou la turquie. La dilution actuelle de l'europe mènera à sa perte.
a écrit le 28/02/2014 à 21:53 :
Il n'y a pas d'hégémonie "Merkel" ni de Merkozy ,etc .Le problème est la situation de l'Europe qui va exiger une action de relance de l'économie concertée .La relation individuelle importe peu .Le tout est fixer un objectif commun et une action commune Franco allemande ou plutot Germano- Française ...Sur une éventuelle renégociation du traité/ Angleterre ,lentente semble objectivement très bonne ;tout semble donc montrer que ce sera le cas pour le reste .Le pipo des embrassades des 1 et des autres est lassant.
Réponse de le 01/03/2014 à 10:50 :
il n'y a pas d'hégémonie Merkel ?
a écrit le 28/02/2014 à 21:16 :
Madame Merkel a autant de raisons de «regretter» Monsieur Sarkozy que Monsieur Socrates, tous les deux (un de droite et l'autre de gauche) de grands producteurs de dette publique, et bavards de surcroît...
a écrit le 28/02/2014 à 20:45 :
elle regrette sans doute la ténacité de N.Sarkozy, son envie de réussir à créer, à sortir l'Europe de la crise , qu'aujourd'hui elle a un truc flasque devant elle en la personne de mollande, qui joue le dur derrière mais qui en réalité est une baudruche paresseuse préférant se vautrer dans la luxure (les femmes).
Réponse de le 01/03/2014 à 2:03 :
Un cachet et au lit!
a écrit le 28/02/2014 à 19:34 :
Je pense que l'Allemagne se fiche totalement de Hollande ou de Sarkozy. Ils ont mis au pas l'Europe grâce à leur puissance économique et financière. La France n'a plus d’attrait et apparait bien faible face au mastodonte allemand : économie en train de couler, pas d'alliés y compris au Sud, aucun projet européen, leadership et charisme inexistant ...
Les diplomates et responsables politiques Français aimaient l'Allemagne lorsqu'elle était scindée en deux, aujourd'hui, c'est la soupe à la grimace ...
Réponse de le 28/02/2014 à 21:57 :
vous avez malheureusement raison .Mais ceci montre aussi que si l'Europe va mal, c'est que l'Allemagne n'assume pas bien sa fonction dominante
a écrit le 28/02/2014 à 18:51 :
Avec Sarkozy, Merkel était obligé de négocier.
Avec Hollande, elle décide, il s'exécute...
Réponse de le 01/03/2014 à 10:44 :
Sarkozy ne se rendait même pas compte qu'il exécutait les ordres de Merkel
a écrit le 28/02/2014 à 18:48 :
Sauf qu'il n'y aura jamais de Merkollande, car aujourd'hui, c'est le Merkeron qui est en vogue.
Réponse de le 28/02/2014 à 18:52 :
Ou le Merkel tout cours, parce que Hollande n'a visiblement aucun poids sur les décisions Allemandes...
Réponse de le 01/03/2014 à 10:53 :
et un "Poutinkel" vous y avez pensé ?
Réponse de le 01/03/2014 à 11:14 :
les russes sont moins dociles que les français.
a écrit le 28/02/2014 à 18:47 :
2 commentaires débiles et grossiers.
Qui ne font rien avancer.
Sont là pour bloquer le statu-quo ?
Alors , on va les bouger...
a écrit le 28/02/2014 à 17:47 :
hum......il n'y a PAS d'amis, en politique !!!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :