La Suède relance le débat sur la journée de travail de 6 heures

 |   |  407  mots
Un moyen d'améliorer la qualité des services produits, selon l'instigateur du projet. Uen mesure populiste, selon l'opposition. '(Photo : Reuters)
Un moyen d'améliorer la qualité des services produits, selon l'instigateur du projet. Uen mesure "populiste", selon l'opposition. '(Photo : Reuters) (Crédits : Reuters)
A des années lumières de la zone euro, la mairie de Göteborg, en Suède, songe à réduire le temps de travail pour améliorer la productivité grâce à une hausse de la qualité du service rendu.

Réduire le temps de travail pour augmenter la productivité horaire et favoriser l'emploi ? Une idée qui semble tout droit sortie de la fin des années 1990 pour les observateurs français. Une idée qui avait aussi été abandonnée en Suède, avant d'être ressuscitée il y a peu par la mairie de Göteborg. "Je pense qu'il est temps d'agir pour de bon", martèle le premier adjoint au Maire de Göteborg et membre du Parti de Gauche, Mats Pilhem dans le quotidien suédois The Local.

Le Conseil municipal a en effet décidé de tester la mesure dans deux services de la mairie de la deuxième ville du pays. Ceux dont les salariés verront leur journée réduite à six heures de travail, et ceux qui garderont leur semaine de 40 heures comme avant. Tous les employés garderont le même salaire qu'avant le début de l'expérience.

Objectif, améliorer la qualité du service

"Nous comparerons les deux après coup et on verra ce qui diffère. Nous espérons que le personnel réduira son nombre de congés maladie et qu'il se sentira mieux mentalement et physiquement grâce à des journées plus courtes", explique Mats Pilhem.

Il espère par ailleurs que sa mesure permettra de créer de nouveaux emplois, après avoir constaté que des sessions de travail plus longues rendaient les gens moins productifs. Dans le service aux personnes âgées, par exemple, selon le lui le problème ne vient pas d'un manque de main d'oeuvre mais d'employés inefficaces car trop sollicités.

Et de souligner qu'un constructeur automobile était récemment passé à la journée de six heures avec des résultats encourageants.

Une mesure populiste, selon l'opposition

Évidemment, l'opposition ne voit pas la mesure d'un bon oeil et a  fortement réagi à la mise en place de la phase de test. Maria Rydén, du Parti Modéré, aussi membre du Conseil municipal, a par exemple parlé d'une mesure "malhonnête et populiste" dans le quotidien gratuit Metro. Pour elle, la réduction du temps de travail n'aura pas d'impact sur la qualité du travail fourni.

"Nous travaillons sur ce projet depuis très longtemps, nous n'avons pas planifié cela pour les élections, s'est défendu Mats Pilhem, accusant ses opposants d'être systématiquement contre une réduction des heures de travail."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/09/2014 à 19:45 :
Je suis impatient de voir les résultats! Côté pour, j'espère qu'en allégeant la charge de travail, les agents seront en meilleure condition et donc plus productifs. Côté contre, j'ai peur que cela détourne un peu plus l'homme de la culture du travail. Sur le papier je suis pour l'homme émancipé du travail, dans la réalité, je trouve qu'à moins d'être homme de culture, on a vite tendance à devenir un consommateur en série...sans le sou!
Réponse de le 16/03/2015 à 22:00 :
Une usine Toyota Suédoise a tenté la journée de 6 heures avec un salaire normal et jusqu'ici ils sont extrêmement contents des résultats (productivité très supérieure). Cela dit, il faudrait voir ce que ça donne dans d'autres environnements qu'une usine de voitures, vu que chaque boulot est différent.
a écrit le 11/04/2014 à 16:09 :
Il n'y a plus la volonté de sortir des schémas d'une économie qui a échoué qui est au bout du rouleau,c'est la doctrine Tina (There is no alternative) qu'il l'emporte quelque soit les problèmes rencontrés.Ex :on n'est endetté,qu'a cela ne tienne,on s'endette davantage,nous verrons après ce si il a lieu de corriger.La durée du travail taillée à l'identique pour toutes les catégories, on a vu ce que cela donne.L'autre piste étant d'augmenter les salaires pour relancer la machine,mais là on est dans les gros mots.Mais bon une fois le système par terre,on réfléchira.Quand il n'y aura plus assez de contribuables solides,les choses bougeront forcément.
a écrit le 11/04/2014 à 15:00 :
Cela ne me paraît pas une mauvaise idée compte tenu du niveau de chômage dans de nombreux pays. Cela peut effectivement augmenter la qualité du travail et le bien être des travailleurs. Il faudrait cependant préciser les conditions de l'expérience :
- quel salaire pour 6 heures ?
- quelle nouvelle organisation face au public ?
- comment seront choisis les bénéficiaires...
Par contre ce n'est pas vraiment une « expérience » car il est probable que ceux qui vont bénéficier du nouveau système seront effectivement plus productifs, pas seulement parce qu'ils auront un système plus favorable mais aussi parce que, simplement, ils seront flattés d'être l'objet de l'expérience.
a écrit le 10/04/2014 à 10:31 :
On leur donne Martine s'ils veulent. C'est gratuit.
Réponse de le 16/03/2015 à 22:08 :
400 entreprises sont aux 32h en France grâce à la loi de Robien (loin d'être un gauchiste); plus de flexibilité pour l'employeur, moins d'accidents du travail, moins d'arrêts de travail, meilleure productivité pour ces boîtes. Et le deal est qu'elles embauchent donc 10% d'effectifs suppl. pour compenser les heures en moins, mais sans surcoût de masse salariale. Nouvelle Donne pousse cette initiative.
Réponse de le 17/03/2015 à 21:00 :
Si je comprends bien, sans surcoût de la masse salariale, ça veut dire que les salariés sont payés pour 32h et non pour 35 ou 39, donc diminution du pouvoir d'achat pour les salariés...on se mord la queue...32h heures payées 39 ok, mais c'est pas demain la veille !
Réponse de le 20/03/2015 à 10:02 :
En réponse à Adam Smith, à quoi sert de travailler 39h ou plus si par l'impôt on te reprend une partie de ces heures pour aider, soigner, loger, distraire les 5 millions de chômeurs que nous avons?
N'est-il pas plus sage de partager le travail existant? Ceci aurait pour avantage de stimuler l'innovation, la recherche est, car c'est l'oisiveté grâce à l'ennui qui nous pousse à être imaginatifs...
Google autorisait à ses salariés de travailler sur 4 jours à condition qu'ils se consacrent à leur hobby (souvent dans l'informatique) pour inventer de nouveaux services. Ce n'est pas en ayant la tête dans le guidon que l'on est imaginatif et créatif...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :