Bruxelles appelle Paris à maintenir le cap de la politique de l'offre

 |   |  1086  mots
Bruxelles veut plus de détails sur la politique de réduction des déficits de la France
Bruxelles veut plus de détails sur la politique de réduction des déficits de la France (Crédits : reuters.com)
Bruxelles est assez sévère avec la politique française, mais réclame de poursuivre et d'approfondir la politique de l'offre pour parvenir à l'objectif des 3 % en 2015.

Les élections européennes n'auront pas impressionné les commissaires européens. Pour son baroud d'honneur avant son remplacement par une nouvelle équipe à l'automne, la Commission dirigée par José Manuel Barroso s'est montrée particulièrement dure avec la France à l'occasion de la présentation des recommandations spécifiques aux pays prévues dans le semestre européen. Certes, Bruxelles salue la volonté de réformes du gouvernement de François Hollande, mais elle se montre particulièrement insatisfaite avec elle.

Doute sur l'objectif de Paris

La Commission doute ainsi que Paris puisse parvenir en 2015 à son objectif de 3 % du PIB de déficit public en 2015. Elle voit, à politique égale, un déficit de 3,4 % du PIB l'an prochain. Pour "des raisons de croissance."  Pour le moment, pas de quoi déclencher une mesure punitive, mais Bruxelles veut en savoir plus. « Le niveau de détail des mesures d'assainissement budgétaire est insuffisant pour garantir de façon crédible la correction du déficit excessif pour 2015 au plus tard », souligne la  Commission. « Nous demandons à la France de détailler davantage les mesures que Paris compte prendre pour atteindre le niveau de déficit requis en 2015 », a précisé Olli Rehn, le vice-président de la Commission en charge des affaires économiques et monétaires, qui attend de pouvoir observer ces mesures dans l'avant projet de loi de finances qui sera soumis à la Commission.

Baisser le coût du travail et flexibiliser le marché du travail

Parmi les mesures supplémentaires demandées par la Commission, la baisse du coût du travail et le « choc de simplification » sont jugées cruciales. Bruxelles appelle donc à « veiller à ce que la réduction des coûts du travail résultant du crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE) soit maintenue » et « à prendre des mesures pour réduire encore les cotisations sociales patronales conformément aux engagements pris au titre du Pacte de responsabilité et de solidarité, en s'assurant qu'aucune autre mesure n'annule leurs effets et que le ciblage actuellement envisagé soit conservé.» Autrement dit, il faut tenir le cap, sans mollir. On voit bien que Bruxelles désapprouve les « corrections » apportées par Manuel Valls à son pacte de responsabilité (mesures en faveur des bas revenus et absence de gel des minima sociaux).

Quant aux mesures complémentaires pour alléger les cotisations sociales patronales, que la Commission attend de connaitre dans le détail, elles seront en partie dévoilées dans le projet de loi de finances rectificative présenté en juin ainsi que dans les projets de loi de finances et de financement de la Sécurité sociale pour 2015. Bruxelles disposera alors de toutes les informations nécessaires. C'est important car la Commission estime qu'avec ces mesures supplémentaires, la France pourrait alors entrer dans les clous des 3%.

Pour finir, la Commission appelle à « prendre des mesures supplémentaires pour lutter contre la rigidité du marché du travail.»

Maintenir le cap

Néanmoins, José Manuel Barroso estime que si « les autorités françaises introduisent les mesures annoncées avant les élections dans le cadre du pacte de responsabilité, il est encore possible pour Paris d'être dans le respect des engagements. »  La Commission demande donc à la France d'aller « plus vite. » La demande de détails n'est donc qu'un appel à intensifier la politique de l'offre. Olli Rehn a ainsi demandé au gouvernement français de « poursuivre avec détermination les réformes engagées. », a ajouté le Finlandais. 

La Commission tente de se dédouaner 

La Commission a tenté également de désamorcer le discours concernant sa capacité à « imposer » ces recommandations. José Manuel Barroso a ainsi rappelé qu'il ne s'agissait que de recommandations qui devront être adoptée par le Conseil. Il ne s'agit que de propositions. Il a tenté également de fermer toute polémique en indiquant que les mesures promues par le gouvernement français et défendue par Bruxelles « sont dans l'intérêt des français  et devraient être prises même sans nos recommandations. Ce n'est pas une demande, c'est une nécessité pour l'économie française. » Fermez le ban, donc.

Ignorer le coup de semonce des élections

José Manuel Barroso a, d'emblée, rejeté toute critique contre l'austérité. Reprenant le discours tenu aux débuts de la crise européenne, il a répété le credo habituel de la Commission : il n'y a pas de contradiction entre l'austérité et la croissance puisque la première est la condition de la seconde… En abandonnant la consolidation budgétaire, on crée de « l'incertitude » et donc un manque de confiance. Peu importe que la déflation menace… Quatre ans après le début de la crise, rien ne fera changer le président sortant de la Commission de son crédo, quoiqu'il jure ne pas avoir été « dogmatique. » En attendant, pas question pour lui de se laisser impressionner par le résultat pourtant fort sévère pour ces politiques des résultats européennes. S'il l'on en voulait une preuve : la Commission a demandé à l'Italie, malgré les appels de Matteo Renzi, de "poursuivre ses efforts", même si elle est sortie de la procédure de déficit excessif, notamment en taxant les consommateurs plutôt que les producteurs. On ne change pas une recette qui a fait ses preuves.

6 pays vont sortir de la procédure pour déficit excessif

La Commission européenne a aussi proposé de sortir six pays européens de la procédure de déficit excessif, qui concerne les Etats dont le déficit public dépasse la barre des 3% du PIB.

Les six pays en question sont la Belgique, l'Autriche, les Pays-Bas et la Slovaquie, tous quatre membres de la zone euro, ainsi que le Danemark et la République tchèque, qui n'en font pas partie.

Le nombre de pays de l'UE dont les déficits sont jugés excessifs au regard des critères européens passerait ainsi de 17 à 11, si les recommandations de la Commission sont validées par le Consei Européen. Parmi ces 11 Etats figure la France, censée donc ramener son déficit sous la barre des 3% en 2015, tout comme l'Irlande, la Pologne, le Portugal, la Slovénie et le Royaume-Uni. Un pays, Malte, doit ramener son déficit dans les clous budgétaires européens dès cette année, et quatre autres ont jusqu'à 2016 pour le faire: il s'agit de Chypre, de la Grèce, de l'Espagne et de la Croatie.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/06/2014 à 21:53 :
Ce ne sont pas des commissaires européens de petits pays atlantistes qui doivent donner des conseils à la France.Dîtes moi que je rêve, somme nous tomber si bas?
Il me semblait qu'on avait voté en 2005,........
a écrit le 03/06/2014 à 16:09 :
De mémoire je crois que la Grèce affiche un joli 14% de déficit budgétaire,2 ans pour passer
à 3% il ne va pas falloir chômer.
a écrit le 03/06/2014 à 12:17 :
Vu l'état dans lequel se trouvent le PS et l'UMP, et avec ce genre de "recommandations" de l'Europe, le FN a un boulevard devant lui.
Les dirigeants européens semblent être dans le "sa passe ou sa casse". Rendez vous en 2017.
a écrit le 03/06/2014 à 10:06 :
Je rêve. Le fossoyeur de l'UE, donne des conseils.Je lui conseille d'aller aux USA recuperer sa recompense pour son boulot à Bruxelle
a écrit le 03/06/2014 à 8:34 :
Baisser les prix ne suffit pas.
C'est même une stratégie dangereuse pour la structure de long terme de la production en France.
Car on essaye de concurrencer dans une guerre des prix perdue d'avance, la Grèce, l'Espagne, le Portugal, la Chine sur des produits qui deviennent de plus en plus bas de gamme.
Une vraie politique de l'offre, c'est proposer des produits et des services de meilleure qualité que les autres, plus adaptés à la demande, notamment étrangère, avec en permanence des touches d'innovation.
C'est la politique de l'Allemagne qui fixe ses prix au lieu de les subir.
a écrit le 03/06/2014 à 7:24 :
C'est toujours l'Europe qui rappelle à l'ordre et les Nations qui dérapent. D'où l'intérêt de l'Union européenne qui s'était d'ailleurs déjà opposée à l'entrée de la Grèce ç juste titre en son temps.
Réponse de le 03/06/2014 à 7:45 :
A ce niveau de progagande UE trollesque, on peut presque parler de poésie. Ce serait drôle si le niveau de vie en Grèce de 95% de la population n'avait pas baissé de 25% et si les oligarques ne rachetaient pas le pays à la découpe
Réponse de le 03/06/2014 à 7:49 :
Oui l'Europe est très souvent plus clean que les Nations mais elle sert à divers dirigeants opportunistes, populistes etc de bouc émissaire comme l'euro, c'est pauvre.
Réponse de le 03/06/2014 à 7:56 :
On a les noms : Vent de Rompouille, Mario Drag Queen, JC Junkie, Scooterman 1er... tous plus incompétents et soumis les uns que les autres aux banquiers et à l'Otan !
Réponse de le 03/06/2014 à 8:48 :
drôle de rhétorique...l'UE s'est opposé a l'entrée de la Grèce, mais pourtant celle ci est bien rentré dedans quand même.

effectivement, vous venez de démontrer a quelle point l'UE est raisonnable.
a écrit le 03/06/2014 à 7:09 :
Ces gens sont fous, complètement fous, déconnectés des réalités sociales des pays européens. Les élections, quelles élections ? M. Barroso et ses 26 700 € par mois (plus qu'Obama) distribue les bons points et les mauvais comme il distribue ou non les pourboires à ceux qui le servent dans les grands hôtels. Ils tuent la grande idée européenne, ils tuent l'Euro, ils tuent Schengen. Ils scient l'arbre qui les nourrit si bien. Que hollande tape sur la table et qu'il cesse de laisser insulter la France, Cameron lui a menacé, si Junker est élu il avancera le referendum. Que Hollande menace lui aussi de bloquer la machine et si ce n'est pas possible de faire un referendum sur la sortie de Schengen, ou autre chose. Mais qu'il menace, et surtout qu'il explique bien à ce Barroso que la France mettra son veto à son élection à l'OTAN ou à l'ONU.
Réponse de le 03/06/2014 à 7:19 :
Si la France n'est pas dans l'Otan c'est Poutine qui l'envahira car voyez les données sur l'armée. L'Onu en quoi est-elle concernée ?? Pour Junker il représente le vote des populations alors il faut quand même savoir si l'on tient compte du vote des européens ou non ! Bonjour la démocratie ! Et pourtant Junker n'est pas mon candidat.
Réponse de le 03/06/2014 à 7:43 :
Ben voyons... L'invasion russe en France, ce sont surtout les oligarques (et leur p.... de luxe au bras) dépensant des fortunes dans les enseignes branchées et grands palaces !
Réponse de le 03/06/2014 à 8:46 :
a marre , helàs on a les dirigeants qu'on mérite , les abstentionnistes n'y croient plus et on peut aussi les comprendre vu le niveau et la l'achetée des élites qui disent amen a tout et l'ancien président fit pas mieux , n'est pas degaulle qui veut , l'esbroufe et la démagogie sont de concerts pendant ce temps il y'en a un qui a tout compris de ce système vicié de l'intérieur et qui avance ses pions , mister poutine
a écrit le 03/06/2014 à 2:06 :
Heureusement que l'Europe est là pour rappeler les pays qui sont toujours à la dérive. C'est grâce à l'Europe que le régime des colonels à cessé en Grèce, que l'Espagne et le Portugal ont adopté des régimes démocratiques. C'est aussi grâce à l'Europe que se développent des salaires minima, des politiques de santé, des politiques d'environnement etc. On l'oublie un peu vite. Et si Poutine qui cherche à démolir l'Europe via les partis séparatistes type FN, le Jobbik etc en Europe crée l'Eurasie, c'est qu'il a bien compris les avantages d'une Union qui fait la force.
Réponse de le 03/06/2014 à 6:14 :
L'Europe sociale : on dirait un slogan du PS ! Heureusement que la neurope à son pépère existe sinon on porterait des peaux de bêtes et on parlerait en grognements ...
Réponse de le 03/06/2014 à 7:12 :
Et les commentaires intelligents et argumentés, c'est pour quand ? On dirait un pion du FN.
Réponse de le 03/06/2014 à 7:53 :
Il suffit d'ouvrir n'importe quel journal économique (dont la Tribune) ou de voir la pauvreté grandissante pour mesurer les résultats concrets de la "merveilleuse" EURSS tant vantée par nos trolls gogopéens (appointés par nos impôts...). La concurrence de tous contre tous, la montée du populisme, le repli identitaire, les Goldman Sachs au pouvoir... Quant à la réduction ad hitlerium (ou ad lepenium), je ris : pas besoin d'être un extrémiste pour constater les dégâts de cette construction technocratique dirigée par des soumis aux banksters de Wall Street.
Réponse de le 03/06/2014 à 8:50 :
amusant de voir comment est perçu l'Europe par certains , la démocratie est venu grâce a tel ou telle action européenne , ben non , ce sont les peuples qui se révoltent contre l'injustice qu'ils vivent et non de l'extérieur vient le salut .. en fin sur poutine .. certes le nationalisme pur jus a toujours existé et l'ennemi de mon ennemi est mon ami c'est pas nouveau mais vous pouvez ajouter a la liste les écologistes qui sont pro Gaz donc avec les oligarques russes du secteurs meme un ancien chancelier allemand du spd a ainsi cédé aux sirènes russes , les pauvres sont encore heureux pour lui qu'il ai pu retrouver un emploi durable et sonnant et trébuchant .. enfin il suffit de dire combien on veut pour faire la politique du pire
a écrit le 02/06/2014 à 23:32 :
non à l'Europe ultralibérale ! oui à une Europe sociale !
Réponse de le 03/06/2014 à 2:08 :
Elle est moins ultra libérale que plusieurs pays qui la composent selon les gouvernements en place. Et les gens votent l'Europe qu'ils souhaitent.
a écrit le 02/06/2014 à 23:24 :
Junker, ex-président d'un paradis fiscal, ...... La messe est dite
Réponse de le 03/06/2014 à 2:10 :
Le Luxembourg n'est pas vraiment un paradis fiscal, il n'y a pas de cause à effet et Junker est assez modéré et centriste (Merkel son amie est CDU), sans vouloir spécialement prendre son parti ou le défendre mais en voyant votre cliché un peu rapide !
a écrit le 02/06/2014 à 22:58 :
Si quelqu'un en doutait encore, l'Europe est à droite, néo-libérale, oligarchique. Il faut donc la détruire, et en cela le FN est le seul à avoir malheureusement raison, même si dans son cas, c'est pour de mauvaises raisons.
Réponse de le 03/06/2014 à 17:32 :
Pourquoi ne pas changer plutôt de politique ? Vous jetez le bébé avec l'eau du bain.
Réponse de le 04/06/2014 à 0:39 :
@?
Parce que j'en suis arrivé à la conclusion que rien ne pourra faire évoluer l'Europe, et surtout pas les politiques.
a écrit le 02/06/2014 à 22:58 :
Si quelqu'un en doutait encore, l'Europe est à droite, néo-libérale, oligarchique. Il faut donc la détruire, et en cela le FN est le seul à avoir malheureusement raison, même si dans son cas, c'est pour de mauvaises raisons.
Réponse de le 03/06/2014 à 2:17 :
C'est vraiment n'importe quoi ! On vote pour le parlement européen qui a pas mal de pouvoir et les Etats Nations aussi qui décident du reste et pour lesquels on vote pour les dirigeants. Il faudrait donc quand même arrêter d'être irresponsable quand vous votez ! Le FN a nullement raison il est à contre courant de l'évolution et du fait que l'Union est préférable à la désunion que l'on connaissait avant. Pas besoin de "détruire" l'Union européenne pour la faire évoluer, il s'uffit de voter pour les bons présidents et parlementaires et de s'y engager etc.
Réponse de le 03/06/2014 à 6:19 :
Mais oui ! La democrature soumise aux intérêts des banksters de wall street est un progrès ... Répétez-le, personne ne vous croit à part les rentiers ... qui vont perdre leur épargne dans le bail in...
Réponse de le 03/06/2014 à 7:15 :
Henri a raison. Les gens votent donc c'est leur choix. Le coup de Wall Street et de l'Europe est un argument type FN sans valeur ni fondement car pourquoi a-ton l'euro, ce n'est pas dans l'intéret du tout de Wall Street. Mais au FN le niveau est en dessous de zéro.
Réponse de le 03/06/2014 à 8:01 :
Oh ben voyons ! Quand je pense que certains prétendent que le président de la BCE est un ancien haut dirigeant de Goldman Sachs. Y a même des ramassis de moins que rien qui osent dire que la banque a maquillé les comptes publics de la Grèce (pour gagner 350 millions de dollars de commission) avant de spéculer contre son client (pour regagner des milliards). Non tout ça, ce sont des inventions de nervis du F-Haine. Heureusement qu'on a des petits trolls astucieux pour dénouer le vrai du faux et répéter les éléments de langa... euh... la vérité !
a écrit le 02/06/2014 à 22:35 :
Barosso est complètement déconnecté de la réalité et Junker son futur successeur est comme lui. ça craint grave !
Réponse de le 03/06/2014 à 2:13 :
Si vous n'êtes jamais content, proposez un candidat ?
Réponse de le 03/06/2014 à 6:16 :
Seule l'oligarchie propose des candidats dans nos pseudos démocraties. Vous ne l'avez pas encore compris ?
Réponse de le 03/06/2014 à 7:21 :
Oui c'est pénible ces râleurs qui ne proposent rien. On n'est pas dans une oligarchie, ce n'est pas la Russie de Poutine.
a écrit le 02/06/2014 à 22:33 :
l'Union Européenne avait promis la prospérité et le plein emploi, on voit le résultat. elle n'a pas respecté les référendums sur le traité de Lisbonne refusé par le France, les Pays Bas et l'Irlande. Bruxelles/Berlin peut garder ses leçons de morale et aller commander ailleurs !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Réponse de le 03/06/2014 à 2:25 :
C'est plein de clichés tout çà. C'est oublier les 3 référendums en faveur de l'Europe qui ont eu lieu avant Lisbonne et la très grande majorité des pays qui ont voté pour, tout comme des modifications prises en compte. Quant à l'Allemagne, comment pourrait-elle tout commander en Europe alors qu'elle a des voix au prorata de sa population ? Son influence fluctue comme celle de la France au fil de l'histoire et n'est pas liée à l'Europe mais à elle-même selon les périodes. La France ne doit qu'à elle même son influence ou pas.
Réponse de le 03/06/2014 à 8:08 :
Drôle de conception de la démocratie (mais très cohérente pour les serpillières à la tête de la commission) : si vous avez dit "oui" une fois dans votre vie, c'est "oui" pour tous les sujets ad vitam aeternam... trop drôle le petit troll !
Réponse de le 03/06/2014 à 8:39 :
Plein de clichés ?

Vive la politique de l'autruche...la plupart des référendum qui devaient avoir lieu dans tous les pays européens on étaient annulé suite au vote NON des francais et des hollandais en 2005.

Soit vous votez OUI, et dans ce cas le vote a une légitimité, soit vous votez NON et dans ce cas là, ca ne compte pas !

quelle blague.
a écrit le 02/06/2014 à 22:29 :
les experts non élus et surpayés européen ont insulté une fois de plus un pays d'Europe et ne voient pas les efforts que nous faisons. arrêtons cette Europe qui nous insulte et nous détruit. Une autre Europe est possible qui nous protège et nous respecte.
a écrit le 02/06/2014 à 22:23 :
Bruxelles demande de précariser les gens (flexibiliser le marché du travail) et baisser les salaires et protection sociale (cout du travail). le message des européennes n'a pas été entendu.
Réponse de le 03/06/2014 à 8:57 :
la politique de l'offre convient a l'Allemagne qui export , par contre l'Allemagne a une démographie faible , la france a une démographie qui augmente , la politique de l'offre pour tous les états européens c'est le crash assuré , bien on va continuer a compter les points pour les partis démagogues et les extrêmes se frottent les mains face a l'instituteur européen qui gronde le président français , gare a la révolte dans les urnes et dans la rue
a écrit le 02/06/2014 à 21:30 :
Faut qu'on se tire de cette Europe dictatrice. On perd notre souveraineté ( c'est le but recherché par tous ces escrocs de technocrates).
Aux prochaines élections, je vous promets qu'on remarquera un but comme aux élections européennes!!!
Qu'ils se préparent tous, car ça va dégager! Et je le souhaite...,
Courage
a écrit le 02/06/2014 à 20:37 :
Bracvo!
Nous payons 20 milliards à Bruxelles et nous ne ne recevons que 12 milliards d'aides..
Putain l'escroquerie et en pklus nous voyons sur des gros chantiers "avec le financement de l'Europe" notre argent qui revient chez nous après que de gras fonctionnaies européens se soient engraissés!
Arrêtez de nous prendre pour des cons...
a écrit le 02/06/2014 à 20:24 :
Les francais ne veulent plus de l'union europeenne! ca suffit il faut que ca cesse et vite pour reconstruire la france
Réponse de le 02/06/2014 à 21:36 :
Marine le savait depuis longtemps, la visionnaire. Il faut que les Français changent le cap entre PS et UMP et votent FN, c'est la seule issue pour la France.
a écrit le 02/06/2014 à 19:36 :
Va falloir aller botter le c.. à ces parasites pour qu'ils comprennent ?
a écrit le 02/06/2014 à 19:08 :
les commissaires européens le leur disent, la Cour des Comptes aussi, et n'importe quel zouave sur un forum, moi le premier, aussi.. et pourquoi? Parce que c'est évident pour tout être doué d'un chouia de raison!
Réponse de le 02/06/2014 à 19:28 :
Ou plutôt c'est évident pour tout être qui ignore la dramatique situation des gens, et de l'économie en général : évident pour toute personne qui met des œillères pour ignorer la réalité.. Et on s'étonne après que les extrêmes montent alors que chaque parti de gouvernement applique la même politique malgré son échec et ceci depuis plus de 20 ans... Mais toujours en promettant que tout ira mieux demain évidemment... Et pourquoi ? parce que les "élites" sont persuadées que l'économie se résume à une théorie qui plus est tellement simplifiée qu'elle ferait rire n'importe qui dans une autre discipline...
Réponse de le 02/06/2014 à 19:46 :
L'avis des oligarques (et le votre) on s'en moque : on a bien compris que l'austérité c'est pour le bas peuple soit 95% de la population qui voit son revenu stagner ou régresser pendant que des suidés cupides se gavent ...
a écrit le 02/06/2014 à 19:07 :
nous preconisons un smic a 8,50 euros brut,maxi base retraite cnav 675 euros maxi soit 0,50 de la valeur actuelle,frais medicaux apres 80 ans prise en charge totale par une assurance prive,tva 33 points sur bien de consommation
Réponse de le 02/06/2014 à 20:19 :
Oh le vilain troll ! C'est trop gros. Vous semblez ne même pas vous en apercevoir ...
a écrit le 02/06/2014 à 18:48 :
on n'a pas de leçons à recevoir des fossoyeurs de l'EU. Honte à eux,
a écrit le 02/06/2014 à 18:15 :
mr barroso ou voyez vous des économies ?????par exemple meme en supprimant des regions l'effet viendra dans combien de temps ??,,surtout qu'avec le statut fonctionnaire le nombre n'est pas pret de diminuer il est vrai que mr BARROSO n'en a rien a foutre il s'en va
a écrit le 02/06/2014 à 17:59 :
Les Francais appellent Paris a sortir de l'euro une monnaie d'escroc
Réponse de le 03/06/2014 à 2:42 :
Merci pour les escrocs, j'ai des euros et ne suis pas escroc pour autant ! une monnaie n'est pas le problème. L'euro est valable, il faut le garder, il n'est pas en cause, c'est une monnaie comme une autre, point barre.
a écrit le 02/06/2014 à 17:20 :
A tous les râleurs, le déficit de la France en 2012 après le passage de Sarkozy : 4,8 % !
Réponse de le 02/06/2014 à 18:18 :
oui pour payer votre RSA, CMU, et lorsque vous travaillez qq heures 35 par exemple qui coûtent une fortune il faut s'endetter. D'autre part voyez les déficits publics aujourd'hui tous à 3% ou moins mais nous 4.3% SANS CRISE sauf en France avec l'autre. Et un chômage colossal, en FRANCE pas ailleurs, une dette qui explose ailleurs elle diminue, etc, etc....et les socialos à défendre l'indéfendable vous arrivez à 3% de con tents.
Réponse de le 02/06/2014 à 18:37 :
Les sarkozystes vont tous voter Marine en 2017, c'est sûr !
a écrit le 02/06/2014 à 17:19 :
Quand vous dites Bruxelles, vous voulez dire Goldman Sachs ?
a écrit le 02/06/2014 à 17:16 :
Bruxelles-Paris : en route de... séparation ?
a écrit le 02/06/2014 à 17:10 :
il faut un pacte de contentement de bruxelles
a écrit le 02/06/2014 à 16:58 :
voila ca continu et Bruxelles oblige et que fait notre cher président ? rien il na aucuns pouvoir juste celui de subir , j espere que si le fn passe il fera taire les sbires de Bruxelles
Réponse de le 02/06/2014 à 17:19 :
Déficit de la France sous Sarkozy en 2012 : 4,8 % !!!!!!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :