Le conseiller agriculture de François Hollande retenu par la Confédération paysanne

 |   |  841  mots
Les militants protestaient depuis hier soir contre la garde à vue (prolongée) de 5 de leurs membres, dont leur porte-parole Laurent Pinatel. (Photo : Twitter Confédération paysanne)
Les militants protestaient depuis hier soir contre la garde à vue (prolongée) de 5 de leurs membres, dont leur porte-parole Laurent Pinatel. (Photo : Twitter Confédération paysanne) (Crédits : DR)
Des membres du syndicat agricole retiennent depuis vendredi midi Philippe Vinçon, conseiller agriculture de François Hollande. Cette action intervient suite aux gardes à vue de militants de la Confédération paysanne, après le démontage de la salle de traite de la ferme des "Mille vaches" dans la Somme.

Philippe Vinçon est retenu à Rodez depuis ce midi, où il avait rendez-vous avec la Confédération paysanne dans la matinée. Il accompagnait le chef de l'Etat à l'inauguration du musée Soulages. Sur son compte Twitter, l'organisation indique que son trésorier et l'un de ses porte-paroles "entendent en ce moment le conseiller de Hollande en GAV symbolique" :

Au cœur de la protestation : la ferme des "Milles vaches"

Les militants protestaient depuis hier soir contre la garde à vue (prolongée) de 5 de leurs membres, dont leur porte-parole Laurent Pinatel.

Ces derniers ont été interpellés mercredi après le démontage d'une salle de traite sur le chantier de la ferme dite des "Mille vaches" à Drucat (Somme). Vendredi matin, des sympathisants écologistes et EELV manifestaient toujours devant le tribunal d'Amiens pour demander leur remise en liberté comme l'indiquait le compte Twitter de la Confédération paysanne :

Une "usine à lait"

Des adhérents du syndicat agricole s'étaient donné rendez-vous mercredi pour manifester dans les locaux de cette "usine à lait", comme ils la dénoncent. Une cinquantaine d'entre eux étaient venus de toute la France mercredi pour manifester contre ce projet "d'industrialisation de l'agriculture". 

"A quelques semaines de la première traite", les militants de la Confédération paysanne ont entrepris "le démontage de la salle de traite, énorme machine destinée à traire trois fois par jour les 1.000 vaches que cette usine doit accueillir", a indiqué Judith Carmona, secrétaire nationale du syndicat.

Les militants condamnent la "répression syndicale"

La Confédération paysanne condamne aujourd'hui la "répression syndicale" et les méthodes d'interpellations. Venu soutenir les quatre militants gardés à vue, le porte-parole de la Confédération paysanne Laurent Pinatel, a été plaqué au sol et arrêté en gare d'Amiens par les services de sécurité de Stéphane Le Foll avant d'être à son tour placé en garde à vue. 

En soutien aux cinq militants, des rassemblements ont eu lieu jeudi soir à Paris et en Aquitaine pour réclamer leur libération. Dans la capitale, une cinquantaine d'agriculteurs se sont retrouvés devant le Tribunal de Paris, accompagnés de représentants d'Attac et du Front de gauche. 

"Les paysans ne sont pas des bandits: ils ont des fermes et des vaches qui les attendent, ils ne vont pas s'enfuir ! ", a déclaré à l'AFP Judith Carmona, à Paris, dénonçant une "mesure exagérée". 

"On est considéré comme de dangereux criminels", s'est indignée auprès de l'AFP, Michèle Roux, une responsable de l'organisation en Dordogne. "Si on laisse passer ce projet, il y en aura partout ! On a hésité à appeler au rassemblement parce que c'est un jour férié, mais on s'est dit qu'on ne pouvait plus attendre" pour protester, a-t-elle ajouté. 

Le député européen EELV José Bové, soutien des opposants au projet et habitué à ce genre d'interpellations, a exprimé jeudi soir sa solidarité avec les militants via un communiqué :

"Cette répression syndicale est complètement inacceptable. Je demande la libération immédiate des personnes gardées à vue. Il est plus que temps de tourner le dos à ce modèle agricole productiviste qui détruit emplois et environnement. Stéphane Le Foll et Ségolène Royal doivent entendre l'opposition et  arrêter le projet au plus vite".  

La profession divisée sur sa conception de l'agriculture

Il était reproché aux interpellés la dégradation, le vol et le recel aggravé, a indiqué le procureur de la République, Bernard Farret. Les militants ont en effet démonté des pièces de la salle de traite qu'ils ont apportées au ministre de l'Agriculture. 

"La Confédération paysanne s'est une nouvelle fois introduite illégalement sur le chantier (...) pour non pas y démonter, mais bel et bien y saccager, la salle de traite", avait réagi le concepteur du projet. Il a dit avoir porté plainte, estimant que les dégâts dépasseraient "vraisemblablement les 100.000 euros".

Un arrêté préfectoral a limité à 500 le nombre de vaches laitières sur le site, tant que la surface d'épandage des boues résiduelles ne serait pas suffisante. Les adversaires du projet, opposés à une "agriculture qui fera disparaître les paysans", estiment que les dimensions de la ferme, et du méthaniseur qui y est associé, n'ont pas été changées. Selon eux, la ferme abritera à terme plus de 1.000 vaches, à l'image des "feed lots" américains pour la production de viande bovine. Décriées aux Etats-Unis pour les traitements infligés aux bovins, ces fermes intensives regroupent dans des espaces très réduits un grand nombre de bovins afin d'augmenter la productivité.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/05/2014 à 10:11 :
...et Mr Hollande, hué le même jour, à une expo de peinture... !
a écrit le 30/05/2014 à 20:50 :
Le conseiller de l'Elysée a été retenu quelques heures par la confédération paysanne, et une centaine de personnes ont sifflé le président à son arrivée au musée du peintre P. Soulages" un sondage opinion way pour le Figaro , donnait " 3% ! des Français qui choisiraient le chef de l'état comme candidat , si une primaire se tenait à gauche, pour la présidentielle de 2017......DUR ! DUR!...
a écrit le 30/05/2014 à 19:44 :
Pendant ce temps les allemands vendent leur lait avec une meilleure rentabilité les allemands sont passé ou sont en passent de nous ravir la première place agricole en Europe. Ah! pauvre France toujours entrain de gueuler pour tout et pour rien cette France qui veut que le monde soit à son image paysanne, sociale politique amis qui ne compte plus au niveau mondial on vit dans le passé avec la peur de l'avenir et cantonné sur des acquis qui ne correspondent plus au monde d'aujourd'hui heureusement nous avons des records!!!! la dette et le chômage.
Réponse de le 30/05/2014 à 19:58 :
"...cantonné sur des acquits qui ne correspondent plus au monde d'aujourd'hui.." , vous avez raison mieux vaut ne plus en avoir, et se faire m......tre de longue !
a écrit le 30/05/2014 à 17:18 :
J. Bové maître du monde ... primaire et retardé.
Il sait tout mieux que les autres et veut imposer ses idées par la force .
Donc en plus c'est un dictateur
a écrit le 30/05/2014 à 15:19 :
il est intolérable que des syndiqués soient mis en examen pour un saccage en règle. Au dernières nouvelles, ils ont eu gain de causes et sont tous libéré : ouf
a écrit le 30/05/2014 à 14:32 :
Gav = prise d'otages par des citoyens ?
a écrit le 30/05/2014 à 11:39 :
Eh oui

On fait comme les allemands , ils font des camps pour les vaches maintenant, .......
a écrit le 30/05/2014 à 11:12 :
Toujours à l'âge de la pierre ces fonctionnaires de l'agriculture française...
a écrit le 30/05/2014 à 11:04 :
il faudrait un label "ferme traditionnel" avec obligations d'élever avec des aliments produits sur place et obligations de produire un peu de tout: vache à lait, à viande, cochons, moutons, basse-cour, agriculture.
Cette hyper spécialisation mène en effet à la catastrophe: pour les exploitants qui mettent leurs œufs dans le même panier et sont donc soumis aux aléas saisonniers et pour la nature qui se retrouve polluer par les excès de concentration(cf l’élevage de porcs en Bretagne)
Réponse de le 30/05/2014 à 11:14 :
L'hyper spécialisation commence dans votre assiette à force de consommer toujours plus de viande... jusqu'à en crever d'obésité!
Réponse de le 30/05/2014 à 11:27 :
@ josé
Ca ne servirait à rien; on impose tellement de conservateur au lait; qu'il ne tourne plus essayez de mettre une brique sur votre fenêtre ouverte pendant 15 jour ensuite videz la; vous verrez plusieurs couche et aucune mauvaise odeur. Le lait quelqu’il soit maintenant devient impropre a la consommation. J'en ais essayé beaucoup et ils ont tous le même effet sur moi; après en avoir consommé, j'ai envi de vomir. Pourtant je ne suis pas allergique au lait... Du coup j'en consomme plus du tout.
Réponse de le 30/05/2014 à 11:43 :
c'est comme tout ce que nous mangeons, ces aliments ont tellement été (lait compris) manipulés, qu'il n'ont plus rien de naturel, odeur, goût...et, vous avez raison bien souvent, on ne les digère plus.....Vive l'agro alimentaire !
Réponse de le 30/05/2014 à 11:44 :
pas faux !
Réponse de le 30/05/2014 à 17:10 :
Pas vraiment la viande qui rend obèse... Ce serait plutôt tout ce que l'on met autour...
Réponse de le 31/05/2014 à 11:41 :
l'industrie de masse pour le lait a commencé et comme aux US avec les coq boy et la chasse au bison au XIXeme siècle , on concentre dans un seul but , baisser le prix du litre de lait au consommateur , cela veut dire la mort des petits producteurs qui ne peuvent suivre en terme de litres produits et donc erode leurs marges .. logique de l'offre et de la demande , demande chinoise qui en lait commence a être astronomique et ouvre des appétits de géants
a écrit le 30/05/2014 à 10:59 :
Les paysans sont traités comme des moins que rien, contrairement à certains s......ds !
a écrit le 30/05/2014 à 10:52 :
Pour que l'usine a lait fonctionne, il faut que les paysans y mènent leurs troupeaux. Ils n'ont qu'a pas les y mener. D'autres questions ? Je peux ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :