Les taux de la BCE sont trop bas pour la Bundesbank

Le président de la banque centrale allemande, Jens Weidmann, estime que la politique monétaire européenne est « trop souple » du point de vue de l’Allemagne, dont l’économie se porte mieux que celles de nombreux pays de la zone euro.
« Cette phase de taux d'intérêt bas, cette phase de politique monétaire expansive, ne devrait pas durer plus longtemps qu'absolument nécessaire » a plaidé le président de la Bundesbank, Jens Weidmann.
« Cette phase de taux d'intérêt bas, cette phase de politique monétaire expansive, ne devrait pas durer plus longtemps qu'absolument nécessaire » a plaidé le président de la Bundesbank, Jens Weidmann. (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Nouvel appel de la « Buba » à la fin d'une politique monétaire trop accommodante en Europe. Le président de la Bundesbank, Jens Weidmann, a déclaré ce week-end qu'il jugeait les taux d'intérêt de la Banque centrale européenne trop bas pour l'Allemagne. La BCE a abaissé ses taux d'intérêt le mois dernier à de nouveaux plus bas historiques dans le cadre d'un nouveau plan censé stimuler le crédit et l'activité économique dans la zone euro. Or l'économie allemande, la plus importante de la zone, devrait enregistrer un croissance de 1,9% cette année.

 « Il est clair que la politique monétaire, vue d'un point de vue allemand, est trop expansive pour l'Allemagne, trop souple. Si nous menions notre propre politique monétaire, ce qui n'est pas le cas, elle serait différente » a déclaré Jens Weidmann, qui s'exprimait lors d'une journée "portes ouvertes" organisée par la banque centrale allemande.

 Grogne des épargnants allemands

Le patron de la « Buba » a relevé que la faiblesse des taux d'intérêt irritait de nombreux épargnants allemands. « Mais nous sommes dans une union monétaire. Cela signifie que, dans nos décisions de politique monétaire, nous devons nous orienter en fonction de l'ensemble de l'union monétaire » a-t-il reconnu. Cependant, il a renouvelé sa mise en garde aux dirigeants de l'institution européenne, dont il est membre du Conseil des gouverneurs :

 « Cette phase de taux d'intérêt bas, cette phase de politique monétaire expansive, ne devrait pas durer plus longtemps qu'absolument nécessaire » a plaidé le président de la Bundesbank.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 36
à écrit le 15/07/2014 à 14:22
Signaler
le mandat de la BCE n'est pas de "sauver l"épargnant allemand" mais de garantir une inflation à 2% . On en est TRES loin. La BCE est parfaitement dans le role qu'a souhaité lui donner la BUBA à la création de l'institution: garante de la stabilité de...

à écrit le 15/07/2014 à 14:02
Signaler
Il est certain qu'avec 1,9 % de croissance, l'Allemagne est en pleine surchauffe. A 2%, c'est la casse assurée. Une cadence véritablement insoutenable.

à écrit le 14/07/2014 à 17:18
Signaler
Durée de l'Union monétaire: juste le temps nécessaire à la destruction de l'industrie des autres pays européens. Et sans un coup de canon!

le 14/07/2014 à 21:37
Signaler
oui, nouvelle guerre, économique sans coup de canon, mais en faisant de misérables victimes....

le 21/07/2014 à 19:38
Signaler
Oui,c'est évident,c'est je pense le calcul de l’Allemagne.La vengeance est un plat qui se mange froid

à écrit le 14/07/2014 à 13:26
Signaler
La zone euro regroupe des intérêts divergents. Personne ne sera jamais satisfait. L'euro est une connerie historique. Mitterrand et Delors étaient deux incompétents socialistes. Rien de pire que les donneurs de leçons de morale. Ils font le malheur d...

le 14/07/2014 à 16:09
Signaler
N'importe quoi. On se demande bien qui est incompétent ici.

à écrit le 14/07/2014 à 13:16
Signaler
L'Allemagne a, une nouvelle fois, une responsabilité historique pour l'avenir de l'Europe. Elle a le leadership, une économie en bonne santé ainsi qu'une écoute mondiale de première ordre. Espérons qu'elle ne fasse pas les mêmes erreurs que par le pa...

le 14/07/2014 à 17:54
Signaler
Le monde de bisounours ? C'est du business, et dans le business il n'y a pas de solidarité ou de copain-copain. L’Allemagne défend ses intérêts, au détriment de ses voisins. c'est comme cela que ça fonctionne. On peut pas leur en vouloir, mais ...

à écrit le 14/07/2014 à 13:00
Signaler
C'est de la provocation,les allemands qui ont retrouvé un peu de puissance ne vont pas tarder à faire des bêtises, ils ont ruinés l’Europe 2 fois le siècle dernier,la troisième ne va pas tarder......

le 14/07/2014 à 13:10
Signaler
à venir une implosion de l'euro et retour au Mark !

à écrit le 14/07/2014 à 12:39
Signaler
ce que je retiens "Grogne des épargnants allemands"....! protéger le capital plutôt que le travail ! .... Nous et nos 35H .... c'est foutu d'avance !

à écrit le 14/07/2014 à 10:14
Signaler
dans un colectif , le role du fort ; est d aide les faibles , donc l allemagne doit acceptez de vendre moins chers leur produits pour vendre plus,??? L INSTAURATION DE L EUROPE VAUT BIEN QU ELQUE SACRIFICES PECUNIER ? C EST TOUJOUR MOINS CHER QU UNE ...

le 14/07/2014 à 14:12
Signaler
evitee de fair des faute d ortografe svp c e penible a lir

à écrit le 14/07/2014 à 9:23
Signaler
L’Allemagne a débuté une politique de l’offre bien avant la crise de l’euro qui a bien marché parce que trois conditions étaient réunies pour elle. Un : un savoir-faire particulier en matière d’industrie Haut de Gamme. Deux : parallèlement d’autres ...

le 15/07/2014 à 14:11
Signaler
+1 il "suffit" de convaincre l'Allemagne que avec un euro à 1 dollars ce n'est pas la mort surtout quand tout le continent est en déflation. Si l'allemagne a peur d'une bulle immobilière elle peut prendre des mesures non monétaires : taxer la plus...

à écrit le 13/07/2014 à 21:54
Signaler
Je pense que AI a la réponse à la relance. AI nous vous écoutons ?

le 14/07/2014 à 0:38
Signaler
Pourquoi une relance ? Il ne s'agit pas de relance quand les choses vont mal mais de conserver une politique fiscale, économique et sociale cohérente sur la durée de sorte à éviter autant que possible les crises. Par exemple, l'Allemagne a fait le ch...

à écrit le 13/07/2014 à 21:35
Signaler
Ras-le-bol de l'Allemagne: qu'ils quittent enfin l'UE!

le 14/07/2014 à 8:23
Signaler
...à la botte de l'Allemagne.......nous sommes

à écrit le 13/07/2014 à 18:43
Signaler
Je ne sais pas si M. Jens Weidmann a remarqué que les performances économiques de la zone euro (taux de chômage, évolution du PIB) sont inférieures à celles des zones monétaires de pays développés et que ça risque de durer. Espérer que les pays mala...

le 13/07/2014 à 19:22
Signaler
Parce que la politique de taux bas a été efficace ? La croissance a été retrouvée, le chômage a baissé ? Parce qu'une croissance qui serait fondée sur la dette et le crédit serait saine et durable ? L'Allemagne est forte sans les taux bas, chercher...

le 14/07/2014 à 2:02
Signaler
M Weidmann a parfaitement raison, cette politique monétaire est suicidaire, elle va mettre des pays comme la France à feu et à sang, il suffit de voir que le gouvernement ne cherche même plus à respecter les 3%. Quand les taux vont remonter, ce sera ...

le 14/07/2014 à 11:00
Signaler
avec une politique de taux bas voir presque nul , les épargnants allemands sont les premiers a souffir d'une epargne négative , cela peut a terme stériliser l'économie allemande qui risque de s'arrêter net faute de capitaux qui viennent chez elle s'i...

le 15/07/2014 à 14:14
Signaler
@Al oui elle a marché cette politique. Du moins elle a évité la déflation : ce fut la politique des US et du UK dés le debut lde crise avec le QE. prévision de croissance pour 2014 US 3% de croissance et UK 2.7% Allemagne 1.7% .On a encore du che...

à écrit le 13/07/2014 à 18:24
Signaler
la remontée des taux demandée par l'allemagne risque de mettre à mal les emprunts des pays fortement endettés mais aussi de faire baisser les prix de l'immobilier en France, maintenu par des taux historiquement bas. Faute d'inflation, l'augmentation...

à écrit le 13/07/2014 à 17:55
Signaler
"Grogne des épargnants allemands" Les rentiers de la dette ne seraient donc plus rassasié... et alors? Qu'ils quittent l'UE s'ils en ont le courage!

le 13/07/2014 à 18:22
Signaler
Si la France a pu garer sa note actuelle c'est grâce à la caution de l'Allemagne. De plus faut-il rappeler que l'Allemagne n'a rien à gagner d'un affaiblissement constant de la France. Celle-ci ne survit que grâce à la première. Alors souhaiter un ...

le 13/07/2014 à 18:45
Signaler
@delest L'Allemagne a tout à gagner à saigner régulièrement ses partenaires commerciaux tant qu'elle dispose de l'exclusivité des saignées pour soutenir son économie. L'Allemagne dépend bien plus de l'UE que la France dépend de l'Allemagne.

le 13/07/2014 à 23:26
Signaler
il faut arrêter d'acheter allemand pour les forcer à changer de politique.

le 14/07/2014 à 2:05
Signaler
pauvre naÏf !!!!

le 14/07/2014 à 8:26
Signaler
+ 1000

à écrit le 13/07/2014 à 17:04
Signaler
Qu'est-ce qu'on fait ?

le 14/07/2014 à 11:03
Signaler
c'etait prévisible avant que l'euro naisse , seulement prévoir , les politiciens ne prévoient que leurs re-elections pas le futur d'un état donc ils gèrent et lèguent a leurs collègues de l'opposition en faisant des programmes ineptes , plus sérieuse...

à écrit le 13/07/2014 à 16:34
Signaler
L'Europe est en quasi récession depuis 6 ans et les Allemands très ethno-centrique ne parle que d'eux et de leur pitoyable croissance de 2 % (ce qui semble déjà très précaire) . C'est vraiment comique, une grosse rigolade germanique...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.