"Les mesures structurelles nationales (...) ne peuvent plus être reportées" (Mario Draghi)

Le président de la Banque centrale européenne, qui s'est exprimé vendredi aux Etats-Unis à l'occasion du forum économique et monétaire de Jackson Hole, a insisté: "aucun accommodement budgétaire ou monétaire ne peut compenser les réformes structurelles nécessaires dans la zone euro".
Nous nous tenons prêts à ajuster davantage la position de notre politique, a également déclaré l'Italien
"Nous nous tenons prêts à ajuster davantage la position de notre politique", a également déclaré l'Italien (Crédits : reuters.com)

S'il est optimiste, il n'est pourtant pas dupe. C'est le sens des propos du président de la Banque centrale européenne (BCE), Mario Draghi, qui s'est exprimé vendredi à l'occasion du forum économique et monétaire de Jackson Hole (Wyoming) aux Etats-Unis.

"Je suis confiant dans le fait que le paquet de mesures que nous avons annoncé début juin va contribuer à donner l'impulsion attendue à la demande (au sein de la zone euro, ndlr) et nous nous tenons prêts à ajuster davantage la position de notre politique", a déclaré l'Italien.

>>LIRE: Tout ce que la BCE a décidé ce 5 juin

Toutefois, "aucun accommodement budgétaire ou monétaire ne peut compenser les réformes structurelles nécessaires dans la zone euro", a encore une fois rappelé celui que les marchés surnomment "Super Mario".

>>LIRE: Croissance bloquée en France, contraction en Allemagne... l'horizon s'assombrit en zone euro

La réforme des marchés du travail est particulièrement urgente

Face à une reprise dans la zone euro encore "uniformément faible" et à un chômage élevé, Mario Draghi insiste: les gouvernements doivent faire plus.

"Les mesures structurelles nationales qui permettent de s'attaquer à ces problèmes ne peuvent plus être reportées. Cet agenda de réformes couvre le marché du travail, les marchés de produits ainsi que les actions de soutien à l'environnement des affaires", a-t-il souligné.

L'hétérogénéité des marchés du travail au sein des pays de l'Union européenne doit notamment, selon lui, être adressée d'urgence, puisqu'elle est source "de fragilité pour l'union monétaire".

Un "intérêt significatif" pour le premier des TLTRO

Mario Draghi s'est en revanche félicité de l'"intérêt significatif de la part des banques" déjà suscité par le premier des prêts ciblés et à très long terme (TLTRO) mis en place par la BCE afin de soutenir la demande de crédit en zone euro et contrer le risque grandissant de déflation, qui sera accordé en septembre.

>>LIRE: Zone euro: l'inflation basse, loin des objectifs de la BCE

En parallèle, l'institution monétaire avance à "grands pas" dans sa réflexion concernant le moyen d'acheter des titres adossés à des prêts (ABS), un marché sinistré depuis la crise, avec pour objectif de faciliter le financement des entreprises, a-t-il ajouté.

"Nous avons déjà observé un mouvement sur le taux de change (de l'euro) qui devrait soutenir à la fois la demande et l'inflation", a encore indiqué le président de la BCE.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 12
à écrit le 29/08/2014 à 15:45
Signaler
Le banquier central nous parle de réformes structurelles. Seulement qu'avons-nous en France? bulle et pénurie de logement, chômage en hausse annoncé jusqu'en 2015, 5 ou 6 millions de personnes exclues de la vie et 50% des diplômés. On parle désindust...

à écrit le 24/08/2014 à 8:51
Signaler
Mr Draghi a raison, il faut prendre au pied de la lettre ses recommandations qui finiront par détruire l'économie au niveau Européen.Car son programme n'est rien d'autre qu'un plan de désinflation massif de la zone euro avec l'objectif de tout tirer ...

à écrit le 23/08/2014 à 22:48
Signaler
Mr Draghi, votre venise émerveille la France. Seulement les français sont des héros opprimés... une ode au PF peuple français, pour l'ex-croissance. Et FO: pour réseau fils d'off ça ira? Voila des mistral perdants!

le 24/08/2014 à 17:07
Signaler
C'est sûr que si Flamby était à la tête de la BCE ... tout irait pour le mieux Sa grande connaissance du monde de l'entreprise ferait merveille .... chez les Chinois !!

à écrit le 23/08/2014 à 15:53
Signaler
La banque d'affaires américaine a conclu une transaction à l'amiable avec la Federal Housing Finance Agency, afin de solder des poursuites en cours aux Etats-Unis. Goldman Sachs, qui avait cédé ces titres entre 2005 et 2007 à deux sociétés de refinan...

à écrit le 23/08/2014 à 15:37
Signaler
Mario DRAGHI, le CV: Vice-président de pour l'Europe de Goldman Sachs entre 2002 et 2005, donc l'un de ceux qui nous a mené dans la crise et qui a participé au pillage la Grèce, avant et pendant la crise. Puis gouverneur de la Banque d'Italie entre...

le 23/08/2014 à 23:34
Signaler
Mieux vaut croire les annonces de Hollande, sans effet de manche.

le 24/08/2014 à 17:05
Signaler
Évidemment, si FH avait pu dévaluer deux fois de 15% depuis qu'il est là cela irait mieux (pour les Allemands) 15% une première fois, parce que "c'est la faute à l'héritage" 15% une deuxième fois, parce que ça fait du "bien" et cela évite d'avoir à...

à écrit le 23/08/2014 à 14:44
Signaler
L Italie a réformé son marché du travail et ça marche pas;

le 23/08/2014 à 18:25
Signaler
Quelle reforme de marche du travail? Vous avez essaye de licencier un ouvrier en Italie ces derniers mois? Vous y etes parvenus sans etre oblige de le reprendre?

à écrit le 23/08/2014 à 14:41
Signaler
Une mesure structurelle nationale, est-ce avec ou contre les citoyens nationaux ? Leur a-t-on jamais demandé s'ils cautionnaient ce que veulent leur imposer les rois de la finance. Janet prône du pragmatisme tant c'est trop complexe et incertain pour...

le 24/08/2014 à 19:44
Signaler
Une mesure structurelle nationale est une mesure qui profite à la nation dans son ensemble, parfois au détriment de quelques uns ; autrement dit exactement l'inverse des lois dogmatiques comme la Loi Duflot laquelle profite à un petit nombre en créan...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.