Nouvel assaut de la BCE contre l'immobilisme allemand

Un texte signé par Benoît Coeuré, membre du directoire de la BCE, et son ancien collègue Jörg Asmussen, appelle à s'inspirer de l'exemple japonais. Et demande encore à l'Allemagne d'agir.

4 mn

Benoît Coeuré, membre du directoire de la BCE, part à l'assaut de la résistance allemande.
Benoît Coeuré, membre du directoire de la BCE, part à l'assaut de la résistance allemande. (Crédits : reuters.com)

La BCE s'inspire désormais clairement du Japon. Dans un texte publié simultanément ce vendredi matin par Les Echos et le Berliner Zeitung, Benoît Coeuré, actuel membre du directoire de la BCE et de Jörg Asmussen, son ancien collègue, proposent une stratégie fondée sur trois piliers pour combattre le risque de déflation en Europe. A l'image des « trois flèches » de Shinzo Abe, ces trois piliers sont la politique monétaire, la politique budgétaire et les « réformes structurelles. »

Les trois piliers

Sur la politique monétaire, le texte rappelle que la BCE a fait beaucoup et « qu'elle est prête à faire plus, si nécessaire. » Mais comme Mario Draghi l'a dit lors de sa dernière conférence de presse, le texte rappelle aussi que la politique monétaire ne peut pas tout. Il faut également utiliser le levier budgétaire. Et ici, le texte vise très clairement l'Allemagne. « L'Allemagne peut utiliser ses marges de manœuvre budgétaire pour soutenir l'investissement et réduire la fiscalité du travail », explique la tribune qui appelle également à utiliser la « flexibilité » au sein du pacte de stabilité. Même les pays en difficulté budgétaire peuvent jouer sur le levier budgétaire en réduisant les « dépenses improductives » pour les remplacer par des dépenses « plus favorables à la croissance. » Bref, le texte appelle à une vraie utilisation du levier budgétaire. Le dernier pilier est plus attendu, c'est celui des réformes structurelles. Mais là encore, surprise, le texte n'appelle pas seulement la France à réduire les charges sur le travail, il appelle aussi l'Allemagne à « encourager l'investissement domestique. » Bref, les réformes structurelles ne doivent pas seulement porter sur le coût du travail et l'Allemagne doit aussi participer.

« Stratégie européenne intégrée »

Ce texte, qui développe la vision adoptée par Mario Draghi depuis un mois, place désormais clairement Berlin dans sa ligne de mire. Il met, en quelque sorte, en demeure le gouvernement allemand de jouer le jeu européen, de participer à une stratégie commune de relance pour éviter à la zone euro le danger déflationniste. C'est ainsi qu'il faut comprendre la demande de « stratégie intégrée » avancée au début de ce texte. Il est intéressant de voir que si le texte n'échappe pas à la tarte à la crème de la demande de réformes en France, il loue le pacte de responsabilité de Paris et, en revanche, n'a aucune tolérance pour la position d'immobilisme tenu par Berlin.

Jörg Asmussen, un signataire pas comme les autres

Une fois de plus donc, la BCE part à l'assaut de la citadelle allemande. Il est piquant de constater que le coauteur de ce texte, Jörg Asmussen, avait été débarqué par Angela Merkel du directoire de la BCE en décembre dernier. Réputé trop « colombe », on lui avait donné comme une (maigre) consolation un secrétariat d'Etat au ministère fédéral allemand du travail. Une forme, donc, d'enterrement de première classe pour un proche de Mario Draghi qui avait été remplacé à la BCE par Sabine Lautenschläger, un vrai « faucon » de la Bundesbank. En cosignant ce texte, Jörg Asmussen rend clairement la monnaie de sa pièce à Angela Merkel et à ses « amis » sociaux-démocrates qui ne l'ont guère défendu.

La provocation Asmussen

Cette cosignature en dit long également sur l'état des discussions au sein de la BCE même. Que Benoît Coeuré défende la stratégie de Mario Draghi avec un membre du directoire évincé par Angela Merkel permet d'évaluer la distance entre les « colombes » de Francfort et les « faucons » qui ont été nommés avec l'appui de Berlin (Sabine Lautenschläger et Yves Mersch). Très clairement, c'est à une véritable guerre entre la BCE et le gouvernement allemand que nous assistons aujourd'hui.

La citadelle allemande

Angela Merkel peut-elle céder ? C'est peu probable. Sa position intérieure et le rapport de force au sein du gouvernement, très favorable au très orthodoxe Wolfgang Schäuble qui, rappelons-le, appelle à la hausse des taux de la BCE et a refusé d'entendre le message de Mario Drgahi à Jackson Hole, plaide plutôt pour une résistance de Berlin. Dans ces conditions, les espoirs de la BCE pourraient bien être rapidement déçus.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 54
à écrit le 20/09/2014 à 18:46
Signaler
Parmi les grandes institutions internationales, laquelle soutient encore la position d' Angela Merkel ?

le 20/09/2014 à 23:46
Signaler
La commission européenne.

le 21/09/2014 à 11:17
Signaler
La commission ne soutient pas, elle suit !!!! Tout le monde tombe sur notre président pour son manque de charisme...vous n'avez pas vu nos inénarrables commissaires européens et leur patron...un poids mort.

à écrit le 20/09/2014 à 18:29
Signaler
Donc un organisme totalement adémocratique qui n'a de compte à rendre à personne veut faire pression sur un gouvernement démocratiquement élu! Si la BCE est indépendante des gouvernements, l'inverse est aussi vrai. C'est une attitude proprement inadm...

à écrit le 20/09/2014 à 15:28
Signaler
Tout le monde attend que Hollande tape sur la table, mais...

à écrit le 20/09/2014 à 15:15
Signaler
Au lieu de quémander aupres de l'Allemagne, il suffit d'autoriser celle-ci à réévaluer en se référençant au Mark tout en gardant l'Euro comme monnaie commune.Ainsi son épargne serait préservée tout en augmantant ses salaires de facto.Par la suite l'E...

à écrit le 20/09/2014 à 13:13
Signaler
contraindre mme merkel a une amende personnel le peule allemand ne doit pas etre culpabilise par ses dirigeants ni subir les consequences

à écrit le 20/09/2014 à 11:51
Signaler
L'intransigeance de l'Allemagne traduit sa faiblesse. Pour continuer à profiter de sa situation privilégiée, il faut qu'elle affaiblisse ses voisins. Son économie tourne au ralenti parce que son modèle basé sur l'exportation de biens d'équipements es...

à écrit le 20/09/2014 à 10:41
Signaler
Comparer l'Europe au Japon, c'est gonflé. La quasi-totalité de la dette Jap est détenue par ses résidents. En résumé, même à 200% de PIB de dette, les japonais se moquent comme de leur dernière chemise des marchés financiers et de leurs bras armés le...

le 20/09/2014 à 12:03
Signaler
"La quasi-totalité de la dette Jap est détenue par ses résidents." Idem pour la France à travers les banques françaises qui donnent du grain à moudre aux politiques.

le 20/09/2014 à 13:07
Signaler
Je ne veux pas dire de bêtise, mais je crois que plus de 50% de la dette française est détenue par des étrangers ( états, fonds de pensions, banques et autres). Même avec toute leur bonne volonté, les banques françaises (même en comptant les compagni...

à écrit le 20/09/2014 à 10:40
Signaler
Le japon c'est 243% de dette sur PIB ! 11 assouplissements quantitative en 20ans (ils ont fait tourner 11 fois la planche a billet) ! Le japon c'est 1.7% d'immigration (le plus faible du monde) et on nous compare a eux ?

à écrit le 20/09/2014 à 10:03
Signaler
Quand on voit que c'est ce type d'incompétents qui nous représente dans les instances européennes, on a honte d'être Français. Les Allemands vont finir par quitter l'Europe pour ne plus faire équipe avec de pareils tocards.

le 20/09/2014 à 10:12
Signaler
Effectivement Benoit Coeure est une nomination très mal choisie (comme beaucoup d'autres) de Nicolas Sarkozy

à écrit le 20/09/2014 à 9:59
Signaler
D'accord, ce n'est pas à cause des deux dernières années, le déclin a commencé en 1981, avec les nationalisations de Delors, les dévaluations de Maurois, la retraite à 60 ans de Mitterrand les 35 heures d'Aubry, et se poursuit aujourd'hui avec la fis...

le 21/09/2014 à 5:43
Signaler
Comme vous avez raison.La Gauche Francaise revendique que la primeur du Politique et du Sociale sur l'Economique (qui doit etre au service du Politique). C'est sa marque de Fabrique. Resultats a peu pres tous les gvts de gauche ont impose des "avance...

à écrit le 20/09/2014 à 9:33
Signaler
L'exemple japonais, c'est 22 QE et un échec total économique sur 20 ans avec un chômage en croissance exponentielle tout comme les impôts. C'est ça que veut la BCE : la ruine européenne !

le 20/09/2014 à 9:53
Signaler
Taux de chômage au Japon : 3,8%..... En Europe : 11 %

à écrit le 20/09/2014 à 9:01
Signaler
Quand on voit le resultat du Japon ...ils ont ruine le pays.... je ne comprends pas leurs motivation

le 20/09/2014 à 10:21
Signaler
Leur motivation est très simple: la même que celle des marchés financiers à savoir faire du fric sans risque sur le dos de l'européen moyen dont le pouvoir d'achat ne manquera pas de baisser .. .comme au Japon...L'inflation est une taxe dont les empr...

à écrit le 20/09/2014 à 6:56
Signaler
c est la kaiser Merkel qui dirige l europe c est l Allemagne qui décide de tout les autres ne sont que négligeables sous les ordres de BERLINE

à écrit le 20/09/2014 à 4:18
Signaler
C'est vrai que ça a tellement bien fonctionné au Japon...

à écrit le 19/09/2014 à 23:31
Signaler
En cosignant ce texte, Jörg Asmussen rend clairement la monnaie de sa pièce à Angela Merkel et à ses « amis » sociaux-démocrates qui ne l'ont guère défendu. Lui il est passé à la trappe !

à écrit le 19/09/2014 à 23:30
Signaler
Merkel fait comme Jourdain de la décroissance sans le savoir. Ils font mine de prendre en exemples leurs efforts qui n'ont rien a voir. Ils se sont réformés sans contraintes budgétaires (merci Chirac), pendant que nous nous gavions de subprimes pour ...

à écrit le 19/09/2014 à 20:03
Signaler
Ce n'est pas un Japon surendetté qui ne contrôle plus ses finances qu'il faut prendre comme modèle ! Les Abenomics ne sont qu'une politique de relance à fonds perdus,qui est en train d'échouer lamentablement. Monsieur Coeuré ferait mieux de demander ...

le 19/09/2014 à 23:47
Signaler
Faut pas prendre les français pour des perdreaux de l'année . Ce n'est pas à cause des deux dernières années que la France se trouve où elle est , ni à cause de "Mitterand" qui était encore utilisé il y a moins de 5 ans pour justifier de l'échec des ...

à écrit le 19/09/2014 à 20:01
Signaler
Angela Merkel dirige la zone euro et les autres n'ont pas leur mot à dire.

à écrit le 19/09/2014 à 20:01
Signaler
Angela Merkel dirige la zone euro et les autres n'ont pas leur mot à dire.

à écrit le 19/09/2014 à 20:00
Signaler
l Allemagne est obsédée par son austérité qui ne marche pas. tant pis pour nous.

à écrit le 19/09/2014 à 19:55
Signaler
Ce n'est p

à écrit le 19/09/2014 à 19:46
Signaler
Je me souviens du temps, où l'Etat qui était maître de sa politique monétaire était voué aux gémonies par ces mêmes chantres du dogme de l'anti-inflation qui composent les banques centrales. Aujourd'hui, les rôles sont inversés, ces banquiers cent...

à écrit le 19/09/2014 à 19:15
Signaler
Pierre j'admire votre hauteur de vue. Sachez que ce pays fonctionne dans la bassesse, l'hypocrisie et l'arrogance. Le but final de ce système est l'exploitation de ceux qui font des efforts. On vous parlera de patriotisme, de solidarité et j'en oubli...

à écrit le 19/09/2014 à 19:02
Signaler
Il faudrait aborder la question de l'Europe sous un autre angle. L'Allemagne a-t-elle intérêt aujourd'hui à ce que l'Europe survive ? Ne serait-elle pas la seule gagnante en cas de dissolution de la communauté européenne ? Tous les analystes partent ...

à écrit le 19/09/2014 à 18:29
Signaler
vu que les allemands n'ont absolument pas l'intention de financer la retraite a 50 ans que les francais veulent s'offrir avec l'argent commun, ni le fait qu'il y a 2 fois plus de fonctionnaires en france qu'en allemagne, ils bougeront leurs lignes qu...

le 19/09/2014 à 20:23
Signaler
Le français ne veulent pas la retraite à 50 ans et n'ont pas deux fois plus de fonctionnaires que les allemands; les réformes appliquez les vous et on en reparle

à écrit le 19/09/2014 à 18:09
Signaler
"l'exemple japonais" sérieusement? Bientôt "l'exemple Grec" sans doute?

à écrit le 19/09/2014 à 18:05
Signaler
Mr Coeuré est consternant et même écœurant... Oser appeler à s'inspirer de l'exemple japonais. Il faut un sacré aplomb! Quand on sait ce qu'est le modèle japonais. Rappel: Le Japon modèle de ce qui grâce entre autres à Mr Coeuré préfigurerait ce ...

à écrit le 19/09/2014 à 17:49
Signaler
Bon ben en matière d'immobilisme, il faut dire que les commentaires sur cet article ne sont pas à jour.

à écrit le 19/09/2014 à 17:36
Signaler
Certains dises que les socialistes vive aux crochets des autres ! mais c'est la France depuis 40 ans qui vie aux crochets des autres ce n'est pas la même chose. Ce sont toujours les socialos qui ont fait des efforts budgétaires les plus conséquent lo...

à écrit le 19/09/2014 à 17:23
Signaler
Il y a des opportunistes ou plutôt des technocrates qui finissent par comprendre ou une fois en poste, ce qui n'est pas toujours le cas, bien s'en faut (mais leur carrière n'est pas terminée), qui finissent par dire ce qu'ils pensent, surtout quand i...

à écrit le 19/09/2014 à 16:05
Signaler
Les socialistes veulent toujours vivre aux crochets des autres, de ceux qui réussissent et construisent. Ils ont maintenant trouvé les Allemands pour entretenir l'électorat de gauche. Je me sens Allemand dans ces moments là. Que cette France là perde...

le 19/09/2014 à 16:43
Signaler
Vos commentaires me font froid dans le dos, Polo. Je n'ose pas imaginer ce que vous auriez pu dire, il y a 65 ans. Pourquoi tant de haine et de complexes, y compris d'être français ? Bien sûr, c'est la faute à Hollande, aux immigrés, à la perte des v...

le 19/09/2014 à 16:48
Signaler
Allez y en Allemagne et non vent !

le 19/09/2014 à 16:59
Signaler
Chouette commentaire, Pierre. Merci. C'est rare.

le 19/09/2014 à 16:59
Signaler
Chouette commentaire, Pierre. Merci. C'est rare.

le 19/09/2014 à 17:12
Signaler
Polo devait avoir un grand pere dans la gestapo

le 19/09/2014 à 17:41
Signaler
@ Polo vous avez un grave problème de compréhension ! et bravo a pierre

le 19/09/2014 à 22:29
Signaler
Polo et Pierre match nul , balle au centre.

à écrit le 19/09/2014 à 14:26
Signaler
« encourager l'investissement domestique. » Concretement ca veut dire quoi ? La consommation et l ´investissement privé e Allemagne sont à plus haut niveau. Quoi leur demander de plus ? Condamner chaque Allemand par décret à acheter une Cli...

le 20/09/2014 à 10:33
Signaler
Très franchement c'est de la macroeconomie de bazar très en vogue dans certaines institutions internationales comme le FMI, l'Ocde etc qui se heurte très rapidement aux realites...mais très ecoutee par notre gouvernement

à écrit le 19/09/2014 à 13:16
Signaler
Il faux exiger de l'Allemagne qu'elle nous laisse faire tourner la planche à billets... pour ne pas avoir à faire les réformes nécessaires. Vous pensez que les allemands ne voient pas que nous employons à la banque de France 14.000 personnes... pou...

le 19/09/2014 à 16:30
Signaler
Sans doute parce que BoE n'a pas les mêmes missions que la BF ... parler pour ne rien dire ... non non mieux ! Vous parlez d'un sujet que vous ne maîtrisez même pas, magnifique comme 90% des français, c'est pour ça que ce pays coule, vous faites des ...

le 19/09/2014 à 18:13
Signaler
@incrédule50, pas difficile de deviner votre couleur politique et dans quel secteur vous opérez (ou avez opéré)... Toujours la même méthode stalinienne: soit on casse le thermomètre, soit on le regarde à l'envers, soit on ignore son existence...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.