Plus d'un tiers des salariés espagnols vivent avec moins de 700 euros par mois

 |   |  222  mots
59% des salariés étrangers en Espagne ont touché le revenu minimum en 2013 (ci-dessus un travailleur dans une forêt près de Malaga au sud de l'Espagne).
59% des salariés étrangers en Espagne ont touché le revenu minimum en 2013 (ci-dessus un travailleur dans une forêt près de Malaga au sud de l'Espagne). (Crédits : Reuters)
Traduction concrète de l'austérité et des accords salariaux passés au sein des entreprises, les salariés espagnols sont 34% à avoir touché l'équivalent du salaire minimum, soit 645 euros par mois selon l'Agence nationale des impôts.

Quand l'austérité se traduit dans les statistiques... En 2013, selon l'Agence nationale des impôts ibérique, 34% des 16,68 millions de salariés espagnols ont touché l'équivalent du salaire minimum, soit 645 euros mensuel payé sur 14 mois, et 9.030 euros par an. Ce ne sont même pas les plus lotis ! En effet, 3,6 millions de salariés ont touché un salaire mensuel dépassant les 322,5 euros.

Parmi les employés touchant le revenu minimum, les femmes (2,92 millions) sont plus nombreuses que les hommes (2,84 millions), selon l'agence fiscale espagnole. En outre, 75% des jeunes âgés de 18 à 25 ans touchent ce salaire ou moins. La proportion est de 59% parmi les salariés étrangers en général.

Proportion de salaires minimum en augmentation

La proportion de salariés vivant du salaire minimum a augmenté avec la crise économique, puisqu'en 2007, elle était de 30%.

Ces statistiques sont la traduction concrète des accords salariaux passés au sein des entreprises. Le taux de chômage s'élevait à 25,73% en 2013. Le gouvernement de Mariano Rajoy espère l'abaisser à 24,2% d'ici à la fin de l'année.

Dans ce contexte, la presse espagnole rappelle régulièrement le départ de  trentenaires bardés de diplômes, mais ne gagnant pas plus de 1.000 euros par mois, partis chercher fortune dans d'autres pays européens, comme la France et l'Allemagne, ou en Amérique latine.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/11/2014 à 18:52 :
Ils n'ont qu'à continuer à écouter la chancelière de l’austérité,ils n'ont rien compris.Pauvre peuple espagnol.........
a écrit le 23/11/2014 à 15:33 :
Il faut maintenir une classe ouvrière pauvre. Sinon, qui ferait le travail?..Les riches?.... Alors ne nous inquiétons pas, ce sont des espagnols, ils sont habitués....
a écrit le 23/11/2014 à 12:53 :
Very good, objectif raised, now let's make the same in all europe....
a écrit le 22/11/2014 à 21:13 :
Il aurait été interessant de rappeler le niveau du salaire minimum en 2007 qui é tait sans plus doute plus élevé qu'en 2014. Cela traduit bien la déflation salariale actuellement en zone euro.
a écrit le 22/11/2014 à 20:25 :
La moitié des espagnols (et des Portugais) vivent en France ; ils sont mal placé pour se plaindre.
Réponse de le 22/11/2014 à 22:38 :
Ce que vous écrivez, c'est aussi con que d'écrire que la moitié des riches retraités français vivent au Portugal et au Maroc.
Réponse de le 23/11/2014 à 13:14 :
@Sweech : Il semble que vos origines vous trahissent...
a écrit le 22/11/2014 à 18:20 :
Merci au libre-échange et à la dérégulation à tout-va ! A la prochaine crise financière, les Etats ne seront plus là pour sauver les banques !
a écrit le 22/11/2014 à 17:23 :
Voila le progrès!
a écrit le 22/11/2014 à 16:38 :
les mecs et nanas il fallait aller travailler en Suisse la bas le smi c est a 6000 francs suisses avec 45h/semaines et 4 semaines de vacances,
Réponse de le 22/11/2014 à 17:21 :
Grâce à un système économique qui parasite ses voisins depuis des siècles.
Réponse de le 22/11/2014 à 20:06 :
on s' en fout de qui, quoi, comment ! tu va si tu peux là ou tu trouve du taf et une gamelle. Il faut être atteint mentalement pour se poser une question philosophico-métaphysique pour choisir l' endroit ou le pays ou on trouve pitance.
a écrit le 22/11/2014 à 15:55 :
Oui bcp d'espagnols ont ce montant comme salaire, c'est le minimum légal en Espagne, mais le cout de la vie est en rapport également. Les montants des taxes et des impots sont bien plus faible voir inexistants comparativement à la France. Redevance télé, taxe d'habitation et tout en tas de taxe françaises n'existent pas en Espagne. Les taxes et les charges sur les entreprises et les salaires sont bien inférieures qu'en France. LEs travailleurs indépendants paient un forfait de 260 euro par mois tout compris (55 euro par mois en ce moment pour les nouveaux), retraite, sécu et taxes diverses !! Bcp d'espagnols cumulent aussi plusieurs boulots et ont leurs familles comme soutien. Les entreprises sont bien moins taxés et elles concurrencent la France, plein d'entreprises francaises débarquent à Barcelone. L'Espagne pourrait etre comparée à un paradis fiscale du point de vue de l'enfer fiscal français.
Réponse de le 22/11/2014 à 20:10 :
personnellement l' espagne est un pays de merde, ce sera sans moi. impoli, imbu d' eux même, raciste ( peuvent même pas se blairer eux même, faignasse, bouffe de merde, eau impropre à la consommation, footeux de base, çà sent mauvais etc.. non décidement non..
a écrit le 22/11/2014 à 14:01 :
Quelle est belle la prospérité Européenne à la sauce bruxelloise ! Allez y les moutons, continuez a voter pour cette Europe qui organise et met en place le dumping salarial et social au sein de l'UE
a écrit le 22/11/2014 à 12:38 :
Ouais bon mais il faut rélativiser quoi ! par contre le salaires et les profits des argentiers et des banques ont augmenté de 27%, c'est extra ! alors ce n'est pas la fin du monde, voyons….
a écrit le 22/11/2014 à 12:33 :
grâce a l europe et sont austérité a tout va mais pas pour ceux qui pompe l argent avec l aval des dirigeants
a écrit le 22/11/2014 à 10:36 :
Primo : il faut raisonner (pour faire le cuistre) en parite des pouvoir d'achat, la vie est moins (nettement) chere en Espagne, donc 645 en en Espagne c'est cetres pas le Perou
Deuxio: un examen objectif (et non ideologique) de la situation economie Espagnole sur ces 10 dernieres annnees montre que le coupable du desastre economique esspagnole c'est avan tout mes desequilibres de l'economie espagnole sur le periode 1998-2008 (deficit de la balance commercial chronique de + 8%, ,explosion des salaires par rapport a la productivite, bulle immobiliere massive), plus que des politiques d'austerite,
Réponse de le 22/11/2014 à 12:10 :
en pouvoir d achat tio en catalogne la vie est aussi chere qu en france
Réponse de le 22/11/2014 à 14:31 :
Vie moins chère en Espagne? Cela doit faire un bout de temps que vous n'avez pas pris un café à Barcelone....
Y'a des fois se taire, c'est mieux....que défendre l’inacceptable...
a écrit le 22/11/2014 à 10:18 :
Il n'y a pas d'austérité en Espagne. Le gens après avoir claquer à crédit au lieu de se constituer un capital retrouve simplement leur vrai niveau de vie. La fête est finis. Vive le socialisme et ses copains...
Réponse de le 22/11/2014 à 12:12 :
et vive la droite hijo
je te rappelle que c est la droite AZNAR qui a permis tout cela
a écrit le 22/11/2014 à 10:12 :
//MORALE//IL VA ARRIVE UN TEMPT OU PLUS RIEN NE SE VENDRAS? DONC SE SERAS PLUS DURE POUR LES RICHES QUE POUR LES PAUVRES ? A TROP EN VOULOIR ILS RISQUENT DE TOUS PERDRE???
Réponse de le 22/11/2014 à 11:36 :
merci d'éviter de tout écrire en majuscules, c'est très pénible à lire
Réponse de le 22/11/2014 à 12:22 :
Moi quand j'ai pas mes lunettes ça m'arrange !
Réponse de le 22/11/2014 à 14:14 :
CONTINUEZ A ECRIRE EN MAJUSCULES ET MEME PLUS GROS SI VOUS LE POUVEZ
a écrit le 22/11/2014 à 10:03 :
On n’a toujours pas compris que le salaire était un prix et non « ce dont on a besoin pour vivre ». Le prix du travail baisse inéluctablement avec la mondialisation, l’automatisation (NTIC, Big Data, robotique. . ) et la mise en place des processus de production low cost (ne signifiant pas nécessairement « low price »). La limite du système est que la rente s’accumule dans les mains d’une population réduite qui ne peut consommer suffisamment pour compenser la sous-consommation populaire bridée par des salaires de plus en plus bas malgré une baisse des prix dans certains secteurs . Une redistribution de la rente indépendamment du salaire et du travail est donc inévitable si on veut éviter au capitalisme une nouvelle crise de type 1929 ou 2008…
Réponse de le 22/11/2014 à 10:19 :
On n’a toujours pas compris que le salaire était un prix MAIS LES RENTIERS SI. Pour avoir leurs complices il suffit de facilement trouver tous ceux qui causent encore et toujours du travail par ci et du travail par la. Cela évite de parler du reste.
Réponse de le 22/11/2014 à 10:21 :
Le salaire des chinois augmente depuis 30 ans !
La chine est le premier marché mondial.

Je ne vois pas ou est le problème pour des français qui sont pour l'Egalité et le partage : et bien c'est ca l'Egalité, moins pour vous, plus pour les autres.
Réponse de le 22/11/2014 à 17:32 :
Et les salaires chinois se rapprochent de ceux des espagnols (salaire moyen en Chine autour de 700€).
a écrit le 22/11/2014 à 9:24 :
Les Grecs deviennent pauvres , les portugais deviennent pauvres , les espagnols deviennent pauvres , les italiens deviennent pauvres...bientôt les Français et les autres . Alors que l'Europe est l'ensemble le plus riche du monde .
Et il y en a encore pour defendre cette Europe là ? Assez!
Réponse de le 22/11/2014 à 10:08 :
CHAQU UN DANS SONT COIN SE SERAIS PIRE? LE MONDIALIME N EPARGNE PERSONES???
Réponse de le 22/11/2014 à 10:23 :
Le socialisme a ruiné l'Europe, comme prédit.
Le choix du tout Etat, mauvaise idée choisie par des électeurs cupides et malhonnêtes..
Réponse de le 22/11/2014 à 17:34 :
Les Espagnols ne sont pas franchement des socialistes!

Par contre le nord de l'Europe et ses taux de prélèvement obligatoires supérieurs aux nôtres, vivent très bien.
a écrit le 22/11/2014 à 8:40 :
Du pain et du jeu...ça a tjs exister
a écrit le 22/11/2014 à 2:34 :
Ca sera pareil aussi en France et Allemagne et Europe et monde entier. La finance et les banques ont pour objectifs de rendre les humains esclaves au service d'une élite de riches milliardaires, quelques familles qui dirigent des milliards d'esclaves. Et pour calmer les esclaves, on donne la télévision, un salaire minimum, de l'alcool, des médicaments, des boucs émissaires comme les immigrés, histoire de les occuper.
Réponse de le 22/11/2014 à 8:20 :
oui je crois que c'est cela. Après on s'étonne que le FN soit si haut dans les sondages.
Réponse de le 22/11/2014 à 10:23 :
Non, si le FN est auusi haut c'est parce que les gens cherchent toujours des boucs-émissaires plus faibles qu'eux et ne cherchent pas les vrais responsables. Sinon, ils voteraient à l'autre extrémité de l'échiquier politique.
a écrit le 21/11/2014 à 23:10 :
vive l'euro !!!!!!!!
a écrit le 21/11/2014 à 21:39 :
... Et les libéraux, les néo-libéraux, les néocons américains, les capitalistes, les économistes, les banquiers, la mafia, les $arkozystes de Nagy Bocsa... et même quelques "socialistes" se satisfont d'un système économique qui crée tous les jours un peu plus de pauvreté dans un océan de richesses.... Pourvu que ça dure...
Réponse de le 22/11/2014 à 8:23 :
vos amis bobos, gauche caviar du PS ont pleinement contribué à la mise en place de ce système.
Réponse de le 22/11/2014 à 10:22 :
Quels amis ? Ces traitres ?
Réponse de le 22/11/2014 à 10:25 :
La France étant Socialiste les libéraux vous ont averti des conséquences ( les déclinologues). Vous avez persisté, vous allez morfler, et ? En quoi est ce la faute des libéraux si vous faites tout le contraire de ce qu'ils enseignent ? Le seul coupable, c'est vous.
Réponse de le 22/11/2014 à 17:40 :
SI vous aviez suivi deux cours d'économie vous auriez compris que PS ou droite n'est plus la question,et que le monde a pris un virage libéral à la fin des années 70, et que ce virage nous mène à la catastrophe.

Cela ne vous choque pas que la gauche aie désindexé les salaires, libéralisé les marchés financiers, signé tous les traités de libre échange, accepté une UE ultra-libérale, laissé la monnaie aux mains des monétaristes...

Et ce que vous croyez être du libéralisme est une forme de totalitarisme car le capitalisme moderne est l’ennemi du libéralisme!
a écrit le 21/11/2014 à 20:27 :
700 euros espagnol = 1200 € français. C'est donc mieux que les petites retraites françaises.
Réponse de le 22/11/2014 à 10:20 :
Non, dans la moitité des régions françaises au moins (evidemment pas en PACA ni IdF), 1200 € français = 1200 € espagnol. Tu crois que les loyers et le pric au mèrtre carré sont à combien à Nevers ou Abbeville ? Pas plus cher qu'en Espgne et certainement bien moins cher qu'en Catalogne ou au pays basque !
Réponse de le 22/11/2014 à 11:38 :
depuis quand y a-t-il un euro français et un euro espagnol ?
Réponse de le 22/11/2014 à 12:14 :
NONO
tu deconnes lá
viens vivre aen espagne avec 700€
le moindre loyer est a 600€
a écrit le 21/11/2014 à 19:15 :
Gênant... Ainsi, on comprend que 211 000 personnes de la population la plus riche n'ait que 13% de la richesse mondiale. (officiellement, sans les paradis et shadows...)(soit, 26%)
Il faudra baisser encore plus les salaires, ou supprimer le minimum comme en Allemagne.
Réponse de le 21/11/2014 à 19:22 :
Ou refabriquer des guillotines...
Réponse de le 21/11/2014 à 22:42 :
Sinon pour les guillotines, j'ai les plans !
Dans l'histoire, les inégalités ont toujours eu une limite.
a écrit le 21/11/2014 à 19:07 :
Et alors? Commençons par regarder chez nous. Le sociale c'est réalisable quand ça va bien chez nous. Là nous c'est pas avec 700 euros qu'on peut vivre. Faites deux trois courses et c'est de suit 50 euros en moins alors qu'il y a a peine 20 ans c'était moins de 10 francs... Les espagnols n'ont pas l'air de mourir de faim, et même si c'était le cas commençons par nourrir les Français qui en ont besoin!
Réponse de le 21/11/2014 à 19:16 :
Avez-vous déjà mangé en Espagne..?? Si non, bonne chance.
a écrit le 21/11/2014 à 18:50 :
34% de salariés qui gagnent moins 645 € par mois et avoir malgré tout 25 % de chômage, c'est beaucoup trop ! Je propose à Mariano Rajoy de faire baisser le salaire 412 euros pour 50 % des salariés et ainsi ramener le chômage à 10%, et ainsi être élu homme de l'année par Bruxelles. Trêve d’ironie on peut très bien vivre avec 645 euros en se serrant la ceinture si votre logement vous coûte moins 300 € car il reste 345 € soit a 11,5 € par jour, et après avoir payé son eau et son électricité, il reste largement de quoi se payer du pain, du gros sel et de l'huile d'olive de qualité, un délice.
Réponse de le 21/11/2014 à 20:28 :
"et de l'huile d'olive de qualité"

J'aurai plutôt dit de l'huile de palme avec le budget que vous indiquez ;-)
Réponse de le 22/11/2014 à 10:18 :
Ce n'est pas tellement plus cher en Picardie, Bourgogne, Champagne, .. . La différence c'est que le salaire est à 1200 € / mois au moins !
Réponse de le 22/11/2014 à 15:21 :
allez y en Espagne l'électricité est 2 fois plus cher qu'en France les espagnoles souffrent depuis la crise les retraites ont fortement baissé en Espagne et la retraite est à 67 ans quel désastre!!!
a écrit le 21/11/2014 à 18:08 :
Je ne pense pas qu'il faut parler de cette Europe a l'Espagne et dire que nous nous dirigeons tout droit vers le meme système.
Entre les pourris de la finances et leurs politiciens verreux ils ont du soucis a se faire. Lamentable!!!
Réponse de le 22/11/2014 à 10:17 :
L'Europe pour l'Espagne c'est aussi grâce à elle qu'lle a une industrie moderne, notamment pour l'industrie automobile (VW via Seat notamment, Renault et PSA). ou l'industrie aéronautique (il y a des usines d'Airbus pour certains composants des avions). C'est aussi vrai pour d'autres secteurs industriels que je n'ai pas en tête.
Réponse de le 22/11/2014 à 10:42 :
L'Espagne avant son entrée dans l'ue était un pays sous développer. .. très sous développer. .. faut le dire.
Réponse de le 22/11/2014 à 18:19 :
Maintenant ils sont surdéveloppés avec des salaires a 635 euros, elle est belle cette Europe.
Réponse de le 22/11/2014 à 20:03 :
versus ce avec quoi ils vivaient avant d' entrer en Ue c' est à dire rien, 635 euros par mois aujourd'hui ils signent des deux mains ! faut relativiser. c' était un pays de merde, il l' est quand même moins ( encore que.. ).
a écrit le 21/11/2014 à 17:46 :
La Tribune se faitre marquer en ce que les soupçons concordants viennent à démontrer qu'elle censure outrancièrement sous le joug des équipes de Valls qui ne supporte pas la critique justifiée de ses turpitudes.
a écrit le 21/11/2014 à 17:32 :
En France les sans dents si chers à notre Président vivent avec guère plus.
a écrit le 21/11/2014 à 17:02 :
et leur système de ponzi géant...où ils se gavent depuis 30 ans tout en laissant des dettes faramineuse et un système en ruine aux générations suivantes....nous n'aurons ni retraite, ni des salaires décents, sans parler de la précarité pour nous et nos enfants...pendant qu'eux on des retraites de pacha et se la coulent douce en croisière costa ou à Marakech...après moi le déluge, pour cette génération qui voulait jouir sans entrave...vous nous avez ruiné !
Réponse de le 21/11/2014 à 19:05 :
Sauf que ce ne sont pas les 68tards... D'autres étaient déjà bien riches avant 68. Ils ont juste "gagné" leur bataille... Bonne crise à tous.
Réponse de le 21/11/2014 à 20:31 :
Quittes la France alors, si tu peines à y vivre...ou change de refrain...
Réponse de le 21/11/2014 à 20:31 :
Le schéma de ponzi actuel est plus du aux banquiers qu'au 68ards.
Réponse de le 22/11/2014 à 10:29 :
Les banques n'ont aucune responsabilité dans la crise, et du reste personne ne l'affirme. Le bouc émissaire, ca va 5 mm, mais mettre en marche son cerveau, c'est plus durable..
a écrit le 21/11/2014 à 16:59 :
combien de temps avant que cela tire nos salaires vers le bas ? pourquoi voudriez vous qu'un patron vous paye votre salaire actuel si il peut avoir un espagnol pour 500/600 euro ?!?
c'est là qu'on voit la trahison de ceux qui nous ont mis sur ce bateau Européen...où sont ceux qui nous disaient que le plombier polonais était un mythe...quand je pense à nos enfants qui vont de voir grandir et essaye de trouver leur place dans ce monde lowcost qui nous attend, ca donne envie de gerber ! et c'est pas finit vu l'extension à l'est qui continue avec les vautours de Bruxelles, du FMI et de l'Otan qui lorgnent sur l'Ukraine....merci le PS, merci l'UMP, vous qui nous avez pendant tout ce temps caché l'ADN de cette merveilleuse Europe. Aujourd'hui, notre destin est décidé à Bruxelles, par une poignée de clepto-bureaucrates non élus, et c'est cette clique là qui doit soit disant défendre nos interets dans les négos sur le traité -transatlantique ? ben , on est pas dans la M....alors !
Réponse de le 21/11/2014 à 20:56 :
Bravo, merci pour cette vérité !
Réponse de le 21/11/2014 à 21:06 :
Avant quand la France avait un problème de compétitivité, elle dévaluait sa monnaie et ça l'économie repartait. Du coup les politiques pouvaient continuer à dépenser un max et à embaucher plusieurs armées de personnel
Aujourd'hui, la monnaie est contrainte par l'Europe et les frontières sont ouvertes.
Mais les politiques ont continué de faire comme avant.
Résultat notre compétitivité est pourrie parce que nos produits sont trop chers, l'état dépense 57% du PIB et les marges des entreprises qui leur permette normalement d'investir sont les plus basses d'europe (hors grèce).
Morale de l'histoire, tant que l'état ne rendra pas l'argent aux citoyens et aux sociétés en coupant dans les dépenses inutiles (mairie, communauté d'agglo qui traitent les mêmes compétences...), on est mort.
Réponse de le 22/11/2014 à 10:32 :
Europe ou pas, personne ne va investir en France vu la régulation omnipresente et le fiscalisme délirant...

Payer des impôts, entretenir des assistés, n'est pas un but dans la vie.
Réponse de le 22/11/2014 à 10:41 :
Pour baisser les 57% je propose de cesser de verser les pensions (il existe des fonds sur le marché), de facturer directement les malades qui vont dans les hôpitaux publics à la TAA (il existe des assurances privées) et enfin de cesser de verser les allocations familiales et APL. Ce faisant, il y aura à peu près toujours autant de fonctionnaires...Mais le ratio sera excellent.
a écrit le 21/11/2014 à 16:42 :
Ces chiffres sont bien en de ça ; c'est plus de 60%. Et en andalousie, il y en a au moins 70%. Et, en france, on va y arriver avec tous ces diktas européens qui vont nous anéantir
Réponse de le 21/11/2014 à 18:09 :
Il est important de noter: 1) que l'Andalousie est gouvernée par les socialistes depuis presque 40 ans! ; 2) que cette façon de gouverner permet de s'assurer le vote des personnes aidées financièrement!!!! L'objectif, depuis la nuit des temps, de cette idéologie socialiste est bien de tirer vers le bas pour éviter l'émancipation des gens et garder ainsi le pouvoir. A lire absolument: Gustave Le Bon "Psychologie du socialisme"
a écrit le 21/11/2014 à 16:23 :
Et pendant ce temps là les riches ne payent quasiment pas d'impôt grâce aux paradis fiscaux et autres montages financiers appelés pudiquement optimisation fiscale. C'est toujours pareil, le peuple trinque sous l'austérité mis en place par les politicards à la solde des lobbys bancaires.
Réponse de le 21/11/2014 à 21:09 :
N'oubliez pas que là plupart des montages permettant aux sociétés d'échapper à l'impôt sur les sociétés sont légaux (ex : amazon, google... mais aussi un de mes ex employeur filiale d'un groupe suédois).
Réponse de le 22/11/2014 à 10:40 :
N'importe quoi. Seul 30 % des français payent tout. Le peuple vie sur le dos des riches, c'est la cause de l'effondrement a venir du niveau de vie des français.

Sinon, je propose qu'on divise à Egalité le budget de l'Etat pour déterminer l'Egale somme que tout le monde devrait payer.
a écrit le 21/11/2014 à 15:18 :
"Plus d'un tiers des salariés espagnols SURVIVENT avec moins de 700 euros par mois"
a écrit le 21/11/2014 à 15:12 :
Les espagnols ont bien appris la leçon des allemands. L'effort des pauvres sert aux riches qui peuvent continuer à acheter des Mercedes.
Réponse de le 21/11/2014 à 18:04 :
Et chez nous le privé raque pour le public! C'est vrai que c'est beaucoup plus juste... Peut-être travaillez-vous dans le secteur public?
Réponse de le 22/11/2014 à 10:43 :
Personne ne vous interdit d'être riche, c'est même pour ca qu'on a creer un enseignement public..
Réponse de le 22/11/2014 à 11:07 :
C'est certain le public raque pour personne lui....virez donc les fonctionnaires, c'est certain qu'avec l'argent économisé, le privé pourra se payer les services publics devenus payants et surtout embaucher les anciens fonctionnaires...
Que je sache un fonctionnaire bosse jusqu'à sa retraite, tandis qu'un privé est viré bien avant pour devenir... un assisté de l'état...
Oui je sais c'est aussi nul que votre affirmation...
a écrit le 21/11/2014 à 14:55 :
plutôt plus que ce que je croyais la rémunération des ibériques.
qu'en est-il des pays pauvres de l'europe? grece, bulgarie,...
a écrit le 21/11/2014 à 14:52 :
bcp de commentaires exagérés. L'article dit que le taux était de 30% en 2007 et de 34% en 2013. ça ne fait que 4 points de plus. Vu l'ampleur de la crise, on aurait même pu s'attendre à pire!
a écrit le 21/11/2014 à 14:34 :
Comparer l'Espagne et la France n'a aucun sens et je sais de quoi je parle car j'y vit. Il y a un pays qui régresse et qui explosera un jour du fait du fossé public-privé et un pays en difficulté et qui se serre les coudes et donc beacoup plus dynamique. En ce qui me concerne, l'avenir est ici.
Réponse de le 21/11/2014 à 16:44 :
ayant les mêmes connaissances que vous sur ce sujet, je vous donne entièrement raison
a écrit le 21/11/2014 à 14:24 :
Supposons que les créanciers qui nous prêtent perdent confiance... La France emprunte environ 250 milliards par an pour financer le déficit et les échéances des dettes à rembourser, dont les 2/3 à l'étranger.
Si cela s'arrête, cela voudra dire que l'argent que les français ont placé en assurance vie ne vaudra plus rien puisque l'état sera incapable de rembourser.
Les salaires et les retraites des fonctionnaires sont payés avec l'argent qu'on emprunte. Donc, si l'état ne peut plus emprunter, avec quel argent les paie-t-on ? Augmenter les impôts sur des français ruinés par la perte de leur assurance vie les fera descendre dans la rue.
Reste un mix entre la solution grecque (diviser par 2 les salaires et retraites des fonctionnaires) et la solution espagnole (baisser les salaires de tout le monde).
Et là, on verra la vraie austérité...
Ceux qui se plaignent de l'austérité actuelle... ne savent pas ce que c'est.
Réponse de le 21/11/2014 à 14:35 :
Belle analyse et vue d'esprit +1
Réponse de le 21/11/2014 à 17:23 :
effectivement, la crise nous ne l' avons pas encore prit dans les gencives, pour vous dire..
a écrit le 21/11/2014 à 14:08 :
Est riche celui qui peut emprunter, est pauvre celui qui paie la dette de celui qui emprunte. Macron de tous les pays unissez_vous pour faire revenir l'esclavage partout.
Réponse de le 21/11/2014 à 14:29 :
Cela m'amuse devoir ''unissez vous''
Quoi ? descend a la porte et j'apelle mon voisin ?
a écrit le 21/11/2014 à 14:00 :
Et dire que certains préconisent encore plus d'austérité. C'est donc cela qu'on appelle le progrès social ? Est il nécessaire d'appauvrir les travailleurs pour verser encore plus de dividendes?
Réponse de le 21/11/2014 à 14:13 :
On consomme ce qu'on produit... Le niveau de vie n'est pas un choix politique. Où est la production espagnole?
Réponse de le 21/11/2014 à 14:56 :
Que viennent faire les dividendes ici ?...
Réponse de le 21/11/2014 à 15:38 :
L'austorité, c'est faire tout ce qui est possible pour que l'état dépense moins d'argent et le rende aux salariés et aux citoyens.
Regardez les chiffres avant de parler d'austérité en France... tous les ans l'état continue à dépenser plus en plus d'argent.
La vraie austérité d'un pays (et non de l'état) c'est l'espagne et la grèce qui la subissent.
Alors oui, désolé, il faut qu'on arrête de payer des fonctionnaires à faire la même chose dans les mairies/communautés d'agglo/conseils généraux/départements/ région. Il faut qu'on rende possible le transfert des fonctionnaires d'un service de l'état à en autre où ses compétences seront utiles. Il faut supprimer les comités théodules qui produisent de la paperasse où qui servent à planquer d'anciens conseillers d'état ou de syndicalistes ; il faut arrêter d'avoir 500 préfets sans affectation à une préfecture ; il faut arrêter que les maires passent des marchés publiques sans appels d'offres à des sociétés détenues par leurs amis ou leurs obligés...
Oui il faut dépenser moins d'argent. Et j'écris ça en étant au chômage.
Réponse de le 21/11/2014 à 15:51 :
On produit ce que l'on consomme. Avec de di faibles salaires la consommation s' effondre entraînant la croissance dans une spirale déflationniste.
Réponse de le 21/11/2014 à 18:03 :
Vous ne comprenez pas que les salaires bas font les profits ? Et donc les dividendes records qui alimentent les comptes des rentiers planqués dans les paradis fiscaux plutôt que de récompenser l'effort
Réponse de le 21/11/2014 à 18:07 :
Je suis d'accord avec vous. Et pour moi ce qui est à vomir c'est de payer si faiblement le travail alors que les vraies mesures d'econmies sont à faire du côté des depenses sociales : CAF, chomzge, retraite et santé. Et supprimons sur 5 ans 700000 fonctionnaires en revenant aux 39h00.
Réponse de le 21/11/2014 à 19:25 :
Vous avez raison commençons dès demain en supprimant toutes les aides sociales... Plus de chômage payé, plus d'APL, plus d'allocations familiales, mais aussi plus de sécu, plus de retraite...
Réponse de le 21/11/2014 à 21:16 :
il n' y a pas que des fainéants et des profiteurs dans la fonction publique. Je travaille dans le privé, et là aussi il y en a !!!!
Réponse de le 21/11/2014 à 22:54 :
Oui des fainéants dans le privé il y en a, mais à long terme ils finissent par se faire virer. Il y a aussi des fainéants chez les fonctionnaires auxquels il faut ajouter une organisation et des outils tellement rétrogrades que la productivité y est catastrophique. Peu d'informatique, pas de passage d'informations entre administrations ; une multitude de fonctionnaires dans des lieux différents mais avec les mêmes compétences...
Réponse de le 22/11/2014 à 10:35 :
Il n’y a aucune différence entre une administration opérationnelle (opérationnelle signifie qu’on exclut les activités de régulation et de contrôle) qui produit un service public et une grande entreprise qui produit un service marchand. Seules les petites structure privées (PME) suppriment naturellement les emplois improductifs. Tout service public ou privé doit être qualifié (contenu, unité d’œuvre, SLA) et payé à l’unité d’œuvre s’il a de la valeur, sinon on doit cesser de le produire. Toute entité (entreprise ou administration opérationnelle) doit être compétitive c'est-à-dire que les contenus, SLA et tarifs doivent être comparés au marché (concurrents ou autres pays de l’OCDE si on a affaire à un monopole national) . Il faut donc cesser de financer l’administration opérationnelle par l’impôt et choisir plutôt la redevance (par exemple la police l’armée et la justice protègent les personnes et les biens ce qui doit se traduire par un abonnement par personne plus un pourcentage de la valeur des biens, ce dernier traduit en TVA pour les produits non comptabilisés dans le patrimoine ou par une flat tax sur le patrimoine). L’impôt doit être réservé à la redistribution entre personnes physiques (voir débat sur l’allocation universelle). Il faut enfin manager les administrations opérationnelles comme les grandes entreprises et donc séparer clairement l’étage politique de régulation et contrôle (minoritaire en coût) de l’étage de gestion. Le statut des personnels n’est en rien un frein à la performance (voir La Poste ou Orange) ce n’est qu’une question de management.
Réponse de le 22/11/2014 à 10:36 :
Il n'y a rien de " planqué" dans les paradis fiscaux, ce sont juste des comptes bancaire, et le fric repart pour investir... Du reste les chinois dont le plus gros, et de loin, utilisateur de ces plate forme. Ils peuvent ainsi racheter des boites francaises sans déclencher des réflexes racistes.
a écrit le 21/11/2014 à 13:59 :
Ils vivent selon leurs moyens et non plus selon leur capacité d'endettement. La France y viendra.
Réponse de le 21/11/2014 à 14:26 :
En effet, et comparer un salaire espagnol doit prendre en compte le cout de la vie. Article racoleur
Réponse de le 21/11/2014 à 21:14 :
Oui certes, mais 4 sur mes 6 amis espagnols diplômés de l'enseignement supérieur sont au chômage et en instance d'émigration. Alors bon, l'article n'est pas d'une grande précision, mais je peux vous dire que les espagnols sont très mals.
Réponse de le 22/11/2014 à 10:03 :
Des fois, on a l'impression que tous les commentateurs vivent à Paris ou sur la cote d'azur. Dans les villes du centre de la France de Lorraine, Champagne, Picardie ou Bourgogne, la vie n'est pas très chère, surtout au niveau du logement et le saire est au moins à 1200 €/ mois !
a écrit le 21/11/2014 à 13:56 :
Et nous on a 5 millions de chômeurs et 8 millions de pauvres ! Mais eux , grâce aux aides diverses arrivent a s'en sortir et a se soigner contrairement a nos amis espagnoles qui souffrent des dégâts d'une croissance folle basée sur du vent ....
Réponse de le 21/11/2014 à 14:31 :
Le systeme social est base sur l'endettement

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :