La BCE renforce l'ELA, le dispositif d'aide d'urgence aux banques grecques

 |   |  202  mots
La Banque centrale européenne semble desserrer l'étau autour des banques grecques, mais de façon très limitée et très provisoire...
La Banque centrale européenne semble desserrer l'étau autour des banques grecques, mais de façon très limitée et très provisoire... (Crédits : © Kai Pfaffenbach / Reuters)
Le fonds de liquidités d'urgence (ELA) pour les banques grecques va être renforcé à 68,3 milliards d'euros, contre 65 milliards précédemment. La BCE accès en partie seulement à la demande d'Athènes qui demandait une hausse de 5 milliards.

Le Conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne (BCE) a relevé mercredi le dispositif de fourniture de liquidités d'urgence (ELA) pour les banques grecques à 68,3 milliards d'euros, en légère hausse par rapport au plafond précédent, apprend-on de source proche des discussions à la BCE.

Cette hausse est inférieure à la demande du gouvernement grec qui réclamait une hausse de 5 milliards d'euros. La BCE a estimé que la hausse de 3,3 milliards était suffisante pour couvrir les besoins des banques grecques.

La BCE avait déjà autorisé la semaine dernière la banque centrale grecque à fournir jusqu'à 65 milliards d'euros de liquidités aux établissements de crédit du pays dans le cadre de l'ELA. Le nouveau plafond est supérieur d'environ 3,3 milliards d'euros.

Dispositif temporaire et limité

La BCE a cessé le 5 février d'accepter les obligations grecques comme garantie (le collatéral), reportant la charge du financement sur l'ELA via la banque centrale grecque. Mais ce mécanisme n'est disponible que pour les banques solvables et a un caractère temporaire. Par ailleurs, l'ELA permet de sécuriser le système bancaire grec, mais ne permet pas de financer les besoins d'emprunt à court terme de l'Etat grec.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/02/2015 à 15:56 :
Quel pressentiment pour augmenter la cagnotte de 5%. les pauvres ne vont pas sortir d'argent il n'y en a déjà plus depuis fort longtemps. il reste les plus riches qui sont, gestion oblige, depuis fort longtemps à la manœuvre. Ce n'est pas non plus un signe que la Grèce va quitter l'euro!
a écrit le 19/02/2015 à 9:49 :
Le serpent qui se mord la queue: les banques achètent des obligations de l'état grec, et l'état grec via la Banque Nationale prête aux banques...? Au début de la crise, les banques grecques étaient chargées en obligations de l'état grec, et ..bulgares..
a écrit le 19/02/2015 à 9:29 :
Mais ELA implique que les banques aient passer les stress tests, ce qui n'est pas le cas de beaucoup, et par ailleurs on tiendra compte des réductions massives de liquidités des banques grecques, car beaucoup retirent leur argent ou le transfère à l'étranger - Même sans ELA on estime que les liquidités arriveront à manquer dans au maximum 6 semaines....

Certains diront qu'ELA est une prêt aux " riches ".
a écrit le 19/02/2015 à 9:26 :
M

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :