EADS : Offre sursouscrite, mais Aerospatiale Matra toujours en baisse

 |  | 406 mots
Lecture 2 min.
Les actions EADS ont été sursouscrites, selon un porte-parole du consortium des banques chargées de l'opération, cité vendredi par l'agence de presse allemande DPA. D'importantes commandes en provenance des Etats-Unis ont été passées dernièrement, a ajouté le porte-parole du consortium mené par la Deutsche Bank et ABN Amro (Pays-Bas). Toutefois cette annonce n'a pas suffi à effecer les conséquences des déclarations, plus tôt au cours de la semaine de certains membres du syndicat de placement qui avaient évoqué une souscription inférieure aux attentes, notamment de la part des investisseurs institutionnels anglo-saxons. Et Aerospatiale Matra qui avait vu sa valorisation fondre de 10% au cours des séances de mercredi et jeudi s'est une nouvelle fois replié vendredi, abandonnant 2% supplémentaire à la clôture et passant sous la barre des 20 euros à 19,5 eurosLes actions du groupe français sont un bon baromètre de la perception des titres EADS, puisqu'elles seront échangées à parité contre les actions du nouveau géant européen de l'aéronautique et de la défense.Dans ces conditions, le prix de souscription des actions EADS, initialement envisagé dans une fourchette de 22 à 24 euros risque bien de se situer finalement aux alentours de 20 euros. EADS mettra 20,25% de son capital sur les marchés de Paris, Francfort et Madrid, soit 144,8 millions de titres avant exercice de l'option de surallocation (21,7 millions de titres). EADS devrait donc lever un minimum de 2,9 milliards d'euros à l'occasion de cette opération. La semaine dernière, la société avait annoncé que les actions seraient mises en vente auprès des particuliers au prix maximum de 23 euros. De plus, tous les particuliers qui auront passé leurs ordres jusqu'au 7 juillet obtiendront une réduction de 1 euro sur le prix définitif de l'action. En dehors des problèmes de souscription des titres, les analystes ont évoqué des inquiétudes quant au modèle économique de la société commune pour expliquer la contreperformance d'Aérostapiale Matra. Premier grief, le secteur de l'aéronautique civile serait aujourd'hui en haut de cycle, hypothéquant les perspectives de croissance d'Airbus à moyen terme. Le développement du super jumbo A3XX introduit en outre une grande incertitude sur l'évolution des comptes d'EADS, alors qu'Airbus affiche une marge opérationnelle faible (environ 7%). Les professionnels s'inquiètent enfin de la présence de l'Etat français à hauteur de 15% du capital et de la direction bicéphale franco-allemande de la société.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :