Eramet : Rebond du bénéfice au 2ème semestre 99

 |  | 695 mots
Lecture 3 min.
Le groupe minier et métallurgique Eramet a réalisé en 1999 un résultat net part du groupe de 27 millions d'euros, en baisse de 37.3 %. Ce chiffre est légèrement inférieur au consensus des analystes publié par le cabinet Joseph Chahine Finance, qui tablait sur un bénéfice net de 30 millions d'euros. Le chiffres d'affaires est ressorti en hausse de 37 %, à périmètre courant et en baisse de 2 % à périmètre constante. La croissance des ventes de la société est due à la consolidation de deux acquisitions : le groupe Sima et la branche manganèse d'Elkem. Au cours du 1er semestre de l'exercice, la société Eramet a essuyé le contrecoup des crises asiatique et russe : le CA a reculé de près de 14 % ; le résultat net s'est établi à 2.3 millions d'euros contre 31.6 millions une année auparavant (- 93 %).Depuis la mi-99, cependant, tous les indicateurs sont progressivement repassés au vert. Le cours du nickel, qui s'était effondré à la suite de la contraction de la demande des économies émergentes, a connu une remontée impressionnante. Entre janvier 1999 et la mi-mars 2000, le prix payé pour une tonne de nickel est ainsi passé de 4 400 dollars à 10 000 dollars au London Metal Exchange. Cela a permis à la filiale Eramet Nickel, qui représente 25.7 % du CA 1999, d'afficher une progression de ses ventes de 15 % sur l'année. La situation est un peu plus contrastée dans le manganèse (44.6 % du CA 1999) : le maintien des stocks mondiaux à un niveau élevé a exercé des pressions à la baisse sur les prix malgré la reprise de la demande mondiale d'acier à partir du deuxième semestre 1999. Mais, depuis la fin de 1999, les cours ont repris une trajectoire ascendante : ils sont supérieurs de 15 à 20 % à ceux atteints lors du point bas de l'année dernière. Dans le troisième métier d'Eramet, les alliages (29.7 % du CA 1999), l'activité devrait rester stable en 2000, sous l'effet du ralentissement de la demande en provenance du secteur aéronautique américain. Enfin, cerise sur le gâteau, la dépréciation de l'euro contre le dollar améliore la position concurrentielle d'Eramet. Le président de la société, Yves Rambaud, a évalué, dans un entretien accordé au magazine La Vie Financière daté du 18-24 mars 2000, qu'une dépréciation de dix centimes du franc par rapport au dollar avait un impact positif de 12 à 15 millions de francs sur le bénéfice net de la société.Le cours de l'action a suivi l'amélioration progressive des perspectives d'activité d'Eramet. Après une année 1998 catastrophique au cours de laquelle le titre a perdu 26.4 % de sa valeur, l'action Eramet a gagné 121 % en 1999. A 58,10 euros, le cours est très proche du pic atteint début janvier. Il faut dire que la valeur a souffert des conséquences de la grève des mineurs employés par la filiale SLN sur le site de Doniambo en Nouvelle-Calédonie. Pendant plus d'un mois, les livraisons de minerai ont été réduites de 30 %, ce qui a entraîné une chute brutale de l'action sous les 50 euros. La poursuite des démêlés judiciaires de la société avec l'homme d'affaires Romain Zaleski, actionnaire à hauteur de 10.2 % d'Eramet, a également exercé un effet dissuasif sur les investisseurs.Quoi qu'il en soit, Eramet semble bien armée pour profiter de la conjoncture florissante attendue pour les exercices 2000 et 2001. Le président de la société prévoit que les synergies liées à l'acquisition du groupe Sima et de la branche manganèse d'Elkem généreront de 10 à 22 millions d'euros d'économies d'ici 2004 dans les activités alliages et manganèse. Le faible taux d'endettement du groupe (15 % des fonds propres en 1998) lui permettra de saisir d'éventuelles opportunités de croissance externe, à la différence de ses principaux concurrents - Inco et Falconbridge - qui sont plus endettés. Seule une dépréciation soudaine du dollar par rapport à l'euro pourrait entacher les perspectives de croissance du résultat net d'Eramet. Les analystes de JP Morgan, auteurs d'une étude sur la valeur, considèrent que le bénéfice net par action s'élèvera à 4.59 euros en 2001, contre 1.14 euro en 1998 et 1.17 euro attendu pour 1999.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :