BSkyB voit sa rentabilité baisser malgré sa croissance

 |  | 360 mots
Lecture 2 min.
BSkyB souffre-t-elle d'un problème de contraste ? Si la chaîne de télévision par satellite numéro un au Royaume-Uni continue de conquérir des abonnés par centaines de milliers et s'apprête même à abandonner la diffusion analogique, devenue ultra-minoritaire, ses résultats financiers sont loin d'en profiter. British Sky Broadcasting, contrôlée par News Corp. le groupe de Rupert Murdoch, accuse en effet une perte nette de 106,7 millions de livres (177,8 millions d'euros) au troisième trimestre de son exercice 2000-2001 (janvier-mars). La perte avant impôts, elle, a atteint 188,9 millions de livres Le chiffre d'affaires a cependant augmenté de 25,2%, à 585,1 millions de livres (946 millions d'euros) et le bénéfice d'exploitation avant frais d'amortissements a doublé à 46,6 millions de livres, a précisé le groupe dans un communiqué. La perte nette du groupe est très supérieure aux attentes des analystes, qui tablaient sur 65 à 75 millions. BSkyB impute notamment cette mauvaise surprise à l'intégration des pertes de la chaîne payante allemande KirchPayTV (86 millions de livres pour les neuf premiers mois de l'exercice) et de la télévision interactive British Interactive Broadcasting Holdings (BIB).BSkyB, dont News Corp. possède 38%, a conquis au cours des trois premiers mois de l'année 252.000 nouveaux abonnés à ses services numériques, par satellite et par câble, un chiffre record. Au 31 mars 2001, le nombre d'abonnés "directs" (par satellite ou câble) était de 5,3 millions, dont 5% au service analogique. Le groupe confirme donc que le passage au tout-numérique se fera comme prévu au cours de l'été. Le taux de non-réabonnement (churn rate) a atteint 9,9% au cours du trimestre. BSkyB affiche des pertes depuis qu'il a décidé en 1999 de fournir gratuitement les décodeurs numériques à ses abonnés pour les inciter à passer au tout numérique. Le groupe prévoit de repasser dans le vert en 2002-03 et table pour 2005 sur un chiffre d'affaires moyen annuel par utilisateur (ARPU) de 400 livres (650 euros environ).A la Bourse de Londres, l'action BSkyB cédait 6,07% en clôture à 804 pence. Le titre accuse un recul de près de 50% par rapport à ses records du printemps 2000.latribune.f

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :