Dell, même prudent, redonne espoir à la high-tech américaine

 |   |  519  mots
Pas de mauvaise nouvelle, bonne nouvelle ? Après une succession d'alerte aux résultats ces derniers jours dans le secteur de la haute technologie, la confirmation par Dell de ses objectifs de chiffre d'affaires et de résultat pour les trois premiers mois de son exercice 2001, six semaines après leur révision en baisse, semble en mesurer de soulager observateurs et investisseurs. Une heure après l'ouverture du Nasdaq, l'action Dell bondissait de 10,14% à 24,43 dollars. Et plus que la hausse du titre, il semble que la relative sérénité du deuxième constructeur mondial de PC ait servi de catalyseur au net rebond de la plupart des plupart des valeurs de haute technologie américaine : en milieu de journée, le Nasdaq gagnait 5,72% à 1.732,56 points tandis que le Dow Jones progressait de 2,62% à 9.764,76 points. Et dans le secteur informatique, Compaq rebondissait de 11,08%, Gateway de 8,21%, Hewlett-Packard de 7,91% et IBM de 4,72%. Dell, précurseur et numéro un mondial de la vente directe d'ordinateurs devrait afficher pour le trimestre qui s'achèvera le 4 mai un chiffre d'affaires de 8 milliards de dollars - en recul de près de 8% par rapport au trimestre précédent - et un résultat net par action de 17 cents. Dell souligne néanmoins qu'il reste quatre semaines avant la fin du trimestre et que le marché demeure "imprévisible".Avant l'alerte de la mi-février, les analystes tablaient sur des ventes de 8,45 milliards et un bénéfice par action de 19 cents. Dell précise par ailleurs qu'il gagne des parts de marché et peut réaliser des performances supérieures à celles de l'ensemble du secteur informatique. Des commentaires dont la portée est cependant limitée au premier trimestre : le groupe ne fait pas de prévisions pour le reste de l'année en cours en raison de "l'incertitude économique au plan global et dans le secteur". S'exprimant à l'occasion de la rencontre annuelle avec les analystes financiers, Michael Dell, fondateur et PDG, a souligné que Dell entend poursuivre sa politique de prix agressifs pour prendre des parts de marché à ses concurrents. Mais le groupe n'exclut pas de recourir à d'autres moyens, y compris des acquisitions, pour parvenir au même but. Le ralentissement très net de la croissance du secteur ces dernier mois, notamment aux Etats-Unis, a déclenché une guerre des prix qui inquiète certains observateurs. Spécialistes de la vente directe - Dell et Gateway - en tête, les constructeurs multiplient promotions et réductions, prenant ainsi le risque de sacrifier leurs marges dans l'espoir de gagner des parts de marché, seule manière de maintenir leur rythme de croissance. Selon une récente étude de Dataquest, les marges générales du marché, après déduction des coûts de distribution, s'établissent en moyenne à 15% et devraient être ramenées entre 10 et 12%. Le prix moyen d'un PC, qui s'élève actuellement à environ 1.000 dollars, devrait diminuer de 50 à 100 dollars.Parallèlement, les constructeurs s'engagent dans des politiques de réduction de leurs coûts : Dell a ainsi annoncé en février la suppression de 1.700 emplois, soit 4% des effectifs.latribune.f

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :