Cora relance ses poursuites contre Carrefour et Casino

La bataille pour le contrôle de Cora, filiale française du distributeur belge Louis Delhaize, s'enrichit d'un nouvel épisode judiciaire. En effet, outre-Quiévrain on ne se résigne pas à voir Casino devenir actionnaire majoritaire de Cora. Toute l'affaire débute le 16 octobre dernier quand Carrefour annonce la cession à Deutsche Bank des 42,39 % que détenait le groupe dans GMB, le holding de contrôle des activités françaises de Cora. Cette vente, pour un montant de 850 millions d'euros, était une des conditions posées par Bruxelles pour donner son feu vert au mariage entre Carrefour et Promodès. Cette opération est en fait à double détente puisque Deutsche Bank a signé un contrat "d'equity swap" avec un autre distributeur français, Casino. Selon les termes de ce compromis, le groupe stéphanois a la possibilité d'acquérir les titres GMB dans un délai de cinq ans, pour, de facto, devenir l'actionnaire majoritaire de Cora.Et c'est bien là que la bât blesse, selon Louis Delhaize et Cora qui veulent désormais obtenir du Tribunal de commerce de Paris qu'il prononce "la nullité de la vente par Carrefour à Deutsche Bank de 42,39% des titres de GMB", lit-on dans un communiqué commun. Ce dernier précise que l'action en justice vise aussi à obtenir la nullité du contrat d'échange d'actions conclu entre Deutsche Bank et Casino. En outre, Cora confirme dénoncer le mandat d'agent commercial confié à Opéra, la centrale d'achats commune Casino/Cora créée en 1999. Selon Cora, l'accord entre Carrefour et Deutsche Bank viole le protocole d'Opéra, dont les statuts comportent une clause qui stipule l'interdiction aux partenaires d'entrer dans le capital l'un de l'autre, sous peine de rendre l'alliance caduque. En octobre dernier, Cora avait perdu une première manche judiciaire en étant débouté de sa procédure en référé contre l'opération entre Carrefour et Deutsche Bank. Vendredi en fin d'après-midi, Carrefour a réagi à l'initiative de Cora en publiant un communiqué pour faire savoir qu'il ne se sent pas concerné par l'action en justice lancée par ce dernier. "Il est manifeste que l'action engagée par (le président de Louis Delhaize, Philippe) Bourriez ne concerne pas Carrefour, qui n'a jamais été associé ni au passé ni au devenir de la centrale d'achats d'Opéra", indique Carrefour, qui "s'étonne" de cette initiative et souligne que le transfert des actions et le règlement du prix ont été effectués. "Cette cession est donc définitive", selon le communiqué du numéro 2 mondial de la distribution.A la Bourse de Paris, le titre Casino accuse la plus forte baisse du CAC 40 avec un recul de 3,54% à 83 euros. Carrefour abandonne pour sa part 0,78% à 56,95 euros.latribune.f

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.