Lucent voit ses ventes rechuter

Après Nokia mardi, Lucent confirme l'évolution défavorable du marché des équipements de réseaux. Le groupe américain, qui s'était bien gardé, jusqu'à présent, de faire des prévisions pour le trimestre en cours (le troisième de son exercice 2001-2002), affiche aujourd'hui son pessimisme. Il table désormais sur une baisse de 10 à 15% de son chiffre d'affaires par rapport au premier trimestre. Les ventes pourraient ainsi tomber sous les trois milliards de dollars, contre 3,52 milliards sur les trois premiers mois de l'année. Quant aux pertes, elles ne se réduisent que lentement : Lucent table certes sur une amélioration par rapport aux 20 cents par action perdus au deuxième trimestre de l'exercice, mais il n'est pas certain de faire mieux que les 14 cents par titre hors éléments exceptionnels de la même période. "L'entreprise estime qu'il est trop tôt pour le dire en raison des conditions de marché actuelles", explique-t-elle dans un communiqué. Le consensus des analystes prévoyait jusqu'à présent une perte de 10 cents par action."Les fournisseurs de services continuent de contenir leurs dépenses pour conserver leurs liquidités, ce qui, clairement, affecte notre chiffre d'affaires", précise Patrica Russo, la PDG du groupe, en mettant en avant la baisse du marché des réseaux fixes en Amérique du Nord. En attendant la reprise, Lucent poursuit sa restructuration, ajoute son directeur financier, Frank D'Amelio, qui maintient la prévision d'une réduction des effectifs vers les 50.000 personnes avant la fin de l'année fiscale, le 30 septembre, contre 106.000 fin 2000 et 80.000 environ il y a un an. "Le groupe prévoit toujours de renouer avec la rentabilité et un cash-flow positif durant l'année fiscale 2003", conclut le communiqué. Un retour au profit qui passe évidemment, faute de croissance des ventes, par une réduction continue des dépenses. Avec une inconnue, désormais : le plan de restructuration prévoit de ramener le seuil de rentabilité à 4 milliards de dollars de chiffre d'affaires. Un seuil qui suppose un bond de 25 à 30% des ventes par rapport à leur niveau actuel, un rebond difficilement imaginable au vu de l'état déplorable du marché.A la mi-journée à Wall Street, l'action Lucent chutait de 5,4% à 2,79 dollars, après avoir atteint en début de journée son plus bas niveau historique, à 2,61 dollars. Elle entrainait dans sa chute le Français Alcatel, qui perdait en clôture 2,77% à Paris, à 10,17 euros, après avoir touché, à 9,92 euros, un plancher jamais atteint depuis treize ans et demi !

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.