Lucent ne voit pas le bout du tunnel

En un peu plus de deux ans, Lucent aura divisé ses effectifs par trois. L'équipementier en télécommunications vient d'annoncer, à l'occasion de ses résultats trimestriels, qu'il allait effectuer de nouvelles coupes, avec le départ de 7.000 personnes d'ici à la fin de l'année. En raison des difficultés qu'il rencontre depuis un an et demi, ses effectifs sont déjà tombés de 125.000 personnes fin 2000 à environ 53.000 personnes aujourd'hui. Et Lucent ne devrait plus employer que 46.000 personnes à la fin de l'année.Ses nouvelles suppressions de postes doivent permettre à Lucent de s'adapter à une situation qui reste tendue. Pour les prochains mois, l'équipementier de réseaux n'a pas fait de prévisions chiffrées. Il avoue manquer totalement de visibilité à court terme, même s'il maintient pour l'instant son objectif de rentabilité prévu pour la fin de l'exercice 2003. "Le marché reste très difficile. La baisse des dépenses en capital des entreprises s'est intensifiée. Absolument personne n'avait prévu qu'elle dure aussi longtemps", a précisé la PDG du groupe, Patricia Russo dans un communiqué.Ces déclarations viennent confirmer la mauvaise santé du secteur dépeinte par Nortel la semaine dernière. Le rival de Lucent, qui a publié un chiffre d'affaires en baisse de 40% sur un an s'est également montré pessimiste sur l'ensemble de l'industrie, en ne prévoyant pas de reprise réelle des investissements des entreprises avant fin 2003.Sur le troisième trimestre de son exercice (avril-juin), Lucent a accusé une perte nette de 7,91 milliards de dollars (2,31 dollars par action), deux fois et demi plus importante qu'il y a un an. C'est le septième trimestre d'affilé dans le rouge pour le groupe.Bien évidemment, Lucent a subi le poids d'éléments exceptionnels: charges de restructuration, amortissement de goodwill, etc... Ainsi, hors exceptionnels, la perte n'est plus que de 16 cents par action, contre -39 cents un an plus tôt. Un chiffre conforme aux attentes puisque Lucent avait prévu une perte inférieure à celle de 20 cents constatée sur le premier trimestre.Si le groupe est parvenu à contenir quelque peu ses pertes, c'est grâce aux économies réalisées comme le montre la marge brute qui a gagné presque 1 point à 23,5%. Lucent en profite d'ailleurs pour maintenir son objectif de marge brute de 35% au cours du prochain exercice (à partir de septembre).En revanche, preuve que la conjoncture empire, Lucent n'a pas réussi à atteindre ses objectifs de chiffre d'affaires au second trimestre. Les revenus se sont élevés à 2,95 milliards de dollars, contre 3,52 milliards sur les trois mois précédents et 5,37 milliards il y a un an (-45%). La baisse atteint donc 16% par rapport au trimestre précédent, alors que le groupe attendait une contraction de 10 à 15%, à environ 3,52 milliards de dollars. Les analystes tablaient sur un chiffre d'affaires de 3,05 milliards de dollars.Face à cette dégringolade, le groupe souhaite d'ailleurs réduire de nouveau son point mort. Les suppressions d'emplois en sont une condition. Désormais, il veut atteindre un seuil de rentabilité correspondant à 3,5 milliards de dollars de chiffre d'affaires trimestriel. A la fin du premier trimestre, ce chiffre avait déjà été abaissé de 4,25 à 4 milliards de dollars. En Bourse, Lucent recule de 18,53% à la mi-séance 1,71 dollar, portant sa perte à plus de 70% sur l'année. Le CAC a également réagi en passant dans le rouge en début d'après-midi. En fin de séance, il recule de 2,53% à 3071,16 points.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.