Le CAC 40 sombre de 3,82 %

 |  | 605 mots
Lecture 3 min.
Le CAC 40 n'arrive pas à s'extraire de l'ornière dans laquelle les marchés américains l'ont plongé. Mis à part un petit sursaut d'orgueil en milieu d'après-midi, l'indice de la Bourse de Paris s'est constamment enfoncé, terminant en chute de 3,82% à 4.065 points. La nouvelle baisse de Wall Street (-0,76% pour le Dow Jones, -0,36% pour le Nasdaq) a ruiné les espoirs de redressement. Pourtant, la hausse de l'indice de confiance de la zone euro en mai, après une baisse en avril, constitue une bonne nouvelle. Mais les investisseurs préfèrent retenir la revalorisation de l'euro vis-à-vis du dollar, à 0,94 dollar.Cette remontée de la monnaie unique européenne va renchérir les exportations à destination des Etats-Unis. Et risque donc de pénaliser l'activité des groupes européens très présents outre-Atlantique. Les valeurs dites "dollar" ont donc souffert aujourd'hui. LVMH perd 4,16% à 54,15 euros. Axa lâche 3,84% à 20,05 euros. Schneider Electric chute de 3,4% à 52,55 euros. Thomson Multimédia perd 6,3% à 27,21 euros.Les TMT françaises sont également sous pression. Vivendi Universal accuse la plus forte chute du CAC 40 avec un repli de 6,52% à 30,38 euros. France Télécom perd 5,94% à 18,54 euros. L'opérateur en télécommunications verse son dividende de 1 euro aujourd'hui. Alcatel abandonne 5,14% à 12 euros. Et STMicroelectronics plonge de 5% à 26,6 euros. Outre la faiblesse générale des TMT, le titre du fabricant de semi-conducteurs est affecté par l'arrivée à expiration, le 9 juin prochain, d'un accord empêchant France Télécom et l'italien Finmeccanica, ses deux principaux actionnaires, de céder leurs participations respectives de 2,8% et de 18%. Au SRD, A Novo s'effondre de 22,25% à 5,45euros. Infogrames perd 8,97% à 5,28 euros. Répondant aux craintes des opérateurs sur son endettement (180% des fonds propres, selon un article de La Tribune), la direction de l'éditeur de jeux vidéo a indiqué qu'elle n'avait pas l'intention de faire appel au marché.Même les valeurs pharmaceutiques, pourtant jugées comme défensives, ne sont pas épargnées. Aventis tombe de 6,23% à 69,2 euros. Sanofi-Synthélabo perd 4,84% à 59,95 euros. Casino recule de 0,06% à 87,5 euros. Le groupe de distribution a signé l'accord cadre définitif fixant les conditions de son entrée dans le capital du néerlandais Laurus.Le secteur bancaire, lui non plus, n'échappe pas au repli. BNP Paribas recule de 4,36% à 57 euros et le Crédit Lyonnais de 2,8% à 42,66 euros. CIC Securities a dégradé les deux valeurs de "accumuler" à "conserver" pour la première, et de "conserver" à "alléger" pour la seconde. La Société Générale perd de son côté 3,45% à 70 euros.Autre explication au net repli du CAC 40, la baisse de 3,65% à 158,5 euros de TotalFinaElf. La Cour de Justice de l'Union européenne a estimé ce mardi que les actions préférentielles détenues par les Etats dans les entreprises contreviennent aux règles européennes, sauf si l'objectif poursuivi relève d'un intérêt général ou stratégique. La France, qui détient des " golden shares " pour protéger le groupe pétrolier, a donc été condamnée pour entrave à la libre circulation des capitaux. Francis Mer, le ministre français des Finances, a indiqué que le gouvernement se mettrait en conformité avec cette décision, tout en estimant qu'elle n'était pas dangereuse pour le groupe pétrolier.Contre la tendance, Vinci gagne 1,68% à 66,65 euros. UBS a réitéré sa recommandation d'"achat fort" sur le titre avec un objectif de cours de 85 euros. Le groupe de BTP doit tenir son assemblée générale jeudi. Il s'agit de la seule hausse du CAC 40. Sur le SRD, très peu de progressions (13 sur 196 valeurs). Les plus fortes reviennent à Pinguely Haulotte (+8,42% à 10,95 euros) et à Anglogold (+5,4% à 72,2 euros). Olivier PinaudCopyright Invest

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :