RealNetworks lance de nouvelles poursuites contre Microsoft

 |  | 359 mots
Lecture 2 min.
RealNetworks ne lâche pas prise. Habitué depuis des années à fréquenter Microsoft dans les cours de justice, l'éditeur de logiciels a décidé de remettre ça. Il vient ainsi d'annoncer avoir porté plainte devant le tribunal fédéral de San José, en Californie. RealNetworks accuse le géant informatique d'abus de position dominante sur le marché des logiciels audio et vidéo numériques et lui réclame plus d'un milliard de dollars de dommages et intérêts. Microsoft "mène une course de prédateur depuis des années en utilisant sa position de monopole", avec pour effet un manque à gagner sensible pour RealNetworks, selon l'argument avancé par l'éditeur de logiciels. "Nous pensons que nous avons un dossier solide contre Microsoft", assure également RealNetworks. La firme de Redmond a répondu aux accusations de RealNetworks en assurant que sur le marché des logiciels audio-vidéo numérique, la concurrence était "vibrante". "RealNetworks prétend être le premier fournisseur de solutions pour les médias numériques. Il s'agit donc d'un cas où le leader d'un marché veut bénéficier des lois antitrust pour accroître sa part de marché", a rétorqué le groupe de Bill Gates. La procédure entamée par RealNetworks est complémentaire de l'enquête menée par Bruxelles sur les agissements de Microsoft en matière de concurrence. Après une première plainte déposée par Sun Microsystems en 1998, la Commission européenne a finalement ouvert une enquête en 2000 sur la firme de Redmond, étudiant les griefs de plusieurs plaignants dont ceux de RealNetworks. Le jugement doit être rendu au printemps 2004. Les relations n'ont pas toujours été désastreuses entre Microsoft et RealNetworks. A l'origine, la société a été fondée par son actuel patron Rob Glaser, un ancien cadre de Microsoft. C'est pourquoi à une époque le géant du logiciel a même encouragé le développement de RealNetworks en y injectant 30 millions de dollars en 1997. La situation s'est dégradée au moment où Rob Glaser a témoigné contre Microsoft, lors de son procès antitrust aux Etats-Unis.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :