ABB à nouveau sur les rails de la rentabilité

"2003 aura été l'année du tournant pour ABB". Le président du groupe d'ingénierie helvético-suédois, Jürgen Dormann, peut se réjouir: le pire semble résolument derrière son groupe. Certes, ABB perd encore de l'argent, malgré les 7 milliards de dollars de désinvestissements réalisés en deux ans. Au quatrième trimestre de l'année dernière, ses pertes s'élevaient à 387 millions de dollars (304 millions d'euros). Mais les apparences ne doivent pas tromper: sur la même période en 2002, les pertes avaient atteint 828 millions de dollars. Et la perte nette inclut un résultat opérationnel négatif de 853 millions de dollars pour les activités cédées ou en cours de cession et un résultat financier négatif de 410 millions de dollars en raison du coût des cessions. En revanche, dans ses secteurs clés, l'automatisation et la production d'énergie, ABB renforce ses positions. La marge opérationnelle brute de la division automatisation est ainsi sur le quatrième trimestre de 7,8%, soit 70 points de base de plus que l'objectif affiché par le groupe zurichois. Dans la division de production d'énergie, la même marge est de 7,3%, soit là encore au-dessus de l'objectif initial (7%). Du coup, ABB, qui, selon Jürgen Dormann, devrait poursuivre ses désinvestissements cette année, s'attend à un retour au bénéfice net dès 2004. D'autant que la demande commence à repartir. L'une des clés de l'année sera évidemment la fin du feuilleton de l'amiante. La filiale pétrochimique d'ABB, OGP, fait face aux Etats-Unis à 111.000 plaintes sur ce sujet délicat. Le groupe zurichois a proposé un accord à l'amiable pour un montant global de 1,3 milliard de dollars qui a été accepté par la majorité des plaignants mais qui tarde à être validé par la justice américaine. Or, le règlement de ce différend est indispensable pour la vente d'OGP à des investisseurs privés pour près d'un milliard de dollars. Jeudi, Jürgen Dormann s'est dit confiant sur l'issue de ce procès durant le premier semestre de 2004. Reste que désormais, pour la plupart des observateurs, ABB est redevenu sain et viable. Plusieurs opérateurs reviennent donc vers la valeur. Lombard Odier est ainsi passé à l'achat jeudi sur la valeur qui, à Zurich, en clôture jeudi a gagné 10,82% à 7,99 francs suisses.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.