Infineon profite de l'embellie des semi-conducteurs

Le secteur des semi-conducteur n'en finit pas d'exceller. Après le numéro un mondial du secteur, Intel, c'est le numéro deux européen et numéro cinq mondial, l'Allemand Infineon, qui a annoncé des résultats bien supérieurs aux attentes des analystes pour le second trimestre de son exercice 2003/2004. Le fabricant de semi-conducteur a étonné tout le monde avec l'annonce d'un résultat net positif de 39 millions d'euros, contre 15 millions attendus dans le meilleur des cas. Au trimestre précédent, Infineon avait dégagé 34 millions d'euros, tandis que durant la même période l'an dernier, il avait dû accuser une perte de 328 millions. Il enregistre par là-même son troisième trimestre consécutifs de profits, qui font suite à neuf trimestres de pertes.Entre janvier et mars, le résultat opérationnel avant impôts est positif de 71 millions d'euros contre une perte de 221 millions il y a un an. Le chiffre d'affaires a progressé en un an de 13% à 1,671 milliards d'euros. "Avec ce résultat, nous avons posé une nouvelle pierre sur notre chemin vers une croissance profitable", a commenté le président par intérim, Max Dietrich Kley. Avant de promettre "encore des améliorations dans la poursuite de l'exercice".L'activité Secure Mobile Solutions, qui traite des questions de sécurité des applications et des plateformes informatiques mobiles, explique principalement ces bons résultats trimestriels. Le bénéfice avant impôts passe de 14 à 27 millions d'euros en un trimestre, soit une augmentation de 93%.Le groupe profite également d'une sévère pénurie de DRAM, les mémoires informatiques les plus basiques utilisées dans les ordinateurs, qui a provoqué une hausse de leur prix unitaire, L'activité mémoires d'Infineon, qui représente 40% de son chiffre d'affaires, a ainsi enregistré un bénéfice avant impôts de 13 millions d'euros contre une perte de 137 millions d'euros il y a un an et un bénéfice de 57 millions d'euros au trimestre précédent. Cette baisse séquentielle est perçue comme normale : le trimestre janvier/mars et traditionnellement moins agité que celui de la fin d'année.Dans le même temps, Max Dietrich Kley a annoncé poursuivre ses recherches pour la nomination d'un patron à la tête de l'entreprise, après la démission précipitée le mois dernier d'Ulrich Schumacher. Deux candidats ont pour le moment été sélectionnés. La nomination de l'heureux élu devrait intervenir "dans le meilleur des cas en juillet, si cela va lentement en septembre."

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.