L'emploi aux Etats-Unis affecté par le cyclone Katrina

 |  | 574 mots
Lecture 3 min.
Les premières estimations relativement précises des effets néfastes du cyclone Katrina sur l'économie américaine commencent à être connues. Et notamment sur l'emploi. Au cours de la semaine close le 10 septembre, le département du Travail a enregistré 71.000 demandes hebdomadaires d'allocations chômage supplémentaires. Un chiffre qui pourrait être révisé à la hausse.Or, sur ces 71.000 demandes supplémentaires enregistrées, "68.000 sont liées au cyclone Katrina", qui a frappé le sud-est des Etats-Unis fin août, a indiqué un porte-parole du département du Travail. Cette augmentation est la plus importante enregistrée depuis le 20 janvier 1996, et elle porte les demandes d'allocations chômage à leur plus haut niveau depuis septembre 2003. Selon les calculs du Bureau du budget du Congrès (CBO), cette catastrophe pourrait coûter 400.000 emplois à l'économie américaine d'ici la fin de l'année. Les prochaines statistiques mensuelles sur l'emploi seront publiées le 7 octobre, au titre du mois de septembre.Dans un autre domaine, il apparaît que les tensions inflationnistes persistent outre-Atlantique. Après la hausse de 0,6% des prix à la production enregistrée en août (lire ci-contre), le département du Travail annonce aujourd'hui une progression de 0,5% des prix à la consommation sur la même période. L'indice de base, qui ne tient pas compte de l'évolution des prix de l'alimentation et de l'énergie, très volatils, avance simultanément de 0,1%. En glissement annuel, les prix à la consommation et l'indice de base progressent respectivement de 3,6% et 2,1% en août.Ces statistiques correspondent globalement aux attentes des économistes. Ceux-ci tablaient en effet sur une hausse de 0,5% pour les prix à la consommation et de 0,2% pour l'indice de base. Par ailleurs, le département du Travail a laissé inchangée son estimation pour juillet (+0,5% des prix à la consommation, +0,1% pour l'indice de base). Les prix de l'énergie, qui ont enregistré leur plus forte hausse depuis mars 2003 (+5%), ont à nouveau tiré les prix à la consommation. En août, dopés par la hausse des cours du brut sur les marchés pétroliers - le baril a franchi la barre des 70 dollars le mois dernier -, les prix de l'essence et du fioul ont respectivement augmenté de 8,3% et 4,1%. Sur un an, les prix de l'énergie ont augmenté de 20,2%.Si les prix de l'alimentation sont restés stables, ceux de l'habillement (+1%) et des transports ont nettement augmenté (+2,2%) sur la période. La hausse des prix de l'habillement est la forte depuis avril 1999. Par ailleurs, le coût de l'éducation et des communications a reculé de 0,1% mais celui des loisirs a progressé de 0,3%. Quant aux prix des logement, ils affichent une hausse de 0,2%. On peut s'attendre à ce que ces statistiques soient corrigés le mois prochain, en raison là aussi des conséquences du cyclone Katrina sur l'économie américaine, en dépit du fait que "plus de 90% des prix d'août aient été collectés avant le 29 août, date où le cyclone Katrina a frappé la côte du Golfe du Mexique", précisent les experts du département du Travail."Ces menaces inflationnistes, tirées par la hausse du prix de l'énergie, devraient persister dans les prochains mois", anticipe Marie-Pierre Ripert chez Ixis CIB. De fait, un certain nombre d'économistes commence à envisager une nouvelle hausse du taux d'intérêt directeur lors du prochain comité de politique monétaire de la Fed le 20 septembre prochain pour apaiser les tensions inflationnistes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :