Nokia réserve enfin de bonnes surprises

 |  | 579 mots
Lecture 3 min.
Nokia aura mieux terminé l'année 2004 qu'il ne l'avait commencée. Le premier fabricant mondial de téléphones portables a tellement profité de la période de fêtes qu'il s'est payé le luxe de publier aujourd'hui des résultats bien meilleurs que prévu. Ses ventes ont progressé de 3% à 9,06 milliards d'euros, au dessus de ses prévisions et de celles des analystes qui attendaient en moyenne 8,46 milliards d'euros.Ainsi le résultat par action a-t-il atteint 0,23 euro, certes en baisse par rapport à l'an passé, mais au dessus des 0,19 euro pronostiqués par le marché. C'est surtout l'activité mobiles qui était attendue. Car le Finlandais, qui était parti pour s'octroyer 40% de parts de marché il n'y a pas deux ans, s'est laissé rattraper par des concurrents plus innovants que lui, notamment en matière de mobiles couleurs et à clapets. Du coup, le groupe n'a cessé de décevoir ces derniers mois, se laissant grignoter des parts de marché par ses concurrents. Mais aujourd'hui, il montre des signes clairs de rétablissement. Il a écoulé 66,1 millions de mobiles au quatrième trimestre, un chiffre en hausse de 19% sur un an. Sa part de marché est ainsi passée de 33% au troisième trimestre, selon Gartner, à 34% au quatrième, d'après les calculs du groupe. Sur l'année, Nokia revendique une part de marché de 32%.Reste à connaître le prix de vente moyen des téléphones écoulés. Pour maintenir ses volumes, le fabricant n'a eu de cesse de réduire ces prix tout au long de l'année dernière, misant beaucoup sur les marchés émergents friands de combinés d'entrée de gamme. Ainsi, au troisième trimestre 2004, le prix d'un mobile Nokia est tombé à 105 euros contre 124 euros un an avant (-15%). Selon une note de JP Morgan, il pourrait être descendu jusqu'à 102 euros au dernier trimestre. Nokia fait donc beaucoup moins bien que certains: étoile montante du secteur, Sony Ericsson, pour la première fois dans le vert en 2004, a écoulé ses modèles au quatrième trimestre en moyenne 160 euros.Pour le premier trimestre 2005, Nokia se montre plus optimiste que le marché ne l'attendait. Certes, sa prévision de bénéfice, établie entre 0,12 et 0,15 euro, est inférieure à celle des analystes (0,15 euro en moyenne). Mais elle inclut une charge de restructuration issue de sa division Multimédia. Surtout, Nokia prévoit des ventes allant de 7 à 7,3 milliards d'euros, sensiblement au dessus du consensus qui était de 6,87 milliards d'euros. Il a d'ores et déjà annoncé 7 nouveaux modèles au quatrième trimestre, et prévoit de mettre sur le marché 40 combinés supplémentaires en 2005.Quant aux perspectives du marché des mobiles en 2005, le Finlandais, dont les prévisions font office de baromètre pour les professionnels, s'est montré plus optimiste que ses concurrents. Il anticipe une croissance en volume de 10% des ventes dans le monde, quand le reste de l'industrie tablait plutôt sur une progression à un chiffre.Les analystes n'ont pas été insensibles à ces annonces. "C'est un très bon bilan et la prévision pour le marché en 2005 est également une bonne surprise", témoigne un analyste suédois interrogé par Reuters. "Les ventes de téléphones se sont bien comportées. Les résultats montrent que petit à petit le portefeuille de produits s'améliore, ce qui promet une bonne année 2005", explique un autre, en poste chez Fim Securities. A Helsinki, le titre gagne 5,93% en fin de séance.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :