L'achat de PeopleSoft profite à Oracle

 |  | 428 mots
Lecture 2 min.
Les dix-huit mois d'efforts déployés par Oracle pour mettre la main sur PeopleSoft semblent payants. Le numéro deux mondial du logiciel, qui publiait aujourd'hui ses résultats annuels, a agréablement surpris les investisseurs en émettant des prévisions pour son nouvel exercice entamé le 1er juin sensiblement supérieures aux ambitions du marché. Oracle, en plein processus d'intégration de PeopleSoft, mise sur un bénéfice par action hors éléments exceptionnels compris entre 78 et 81 cents sur l'ensemble de l'exercice 2005/06. La communauté financière avait des objectifs plus modestes puisqu'elle tablait jusqu'alors sur 78 cents en moyenne selon l'agence First Call. De son côté, le chiffre d'affaires devrait s'établir entre 14,2 et 14,4 milliards de dollars, là où First Call espérait 14,24 milliards. Pour le trimestre en cours, le groupe est resté dans la ligne des analystes, en tablant sur un bénéfice par action de 14 cents. Le chiffre d'affaires devrait être supérieur aux prévisions de Wall Street, en s'établissant entre 2,92 et 2,98 milliards de dollars. Il faut dire que le dernier trimestre de l'exercice 2004/05 (clos fin mai) a été encourageant. Le bénéfice net a atteint 1,02 milliard de dollars, en hausse de 3% sur un an grâce à l'intégration de PeopleSoft. Si l'on exclut les éléments exceptionnels, le résultat est ressorti à 26 cents par action, alors que les analystes attendaient 23 cents en moyenne. Le chiffre d'affaires a de son côté progressé de presque 26% à 3,88 milliards de dollars, en ligne avec les prévisions du marché. Oracle assure avoir plus que doublé d'un trimestre sur l'autre ses recettes liées aux applications d'entreprises, grâce au rachat de PeopleSoft en décembre 2004."La rapide intégration de PeopleSoft à notre activité a contribué à la forte croissance à la fois des ventes d'applications et des bénéfices", a commenté l'un des deux numéros deux du groupe, Safra Catz, dans un communiqué. Globalement, le PDG Larry Ellison a assuré qu'Oracle grignotait des parts de marché à IBM à la fois dans les bases de données et dans les logiciels. "Je pense que les investisseurs vont apprécier ces chiffres", explique un analyste interrogé par Reuters. Sur l'ensemble de son exercice, Oracle a atteint un bénéfice net de 2,9 milliards de dollars, en hausse de 7,6% sur un an, pour un chiffre d'affaires qui a progressé de 16% à 11,8 milliards de dollars. Au total, le bénéfice par action hors éléments exceptionnels ressort à 68 cents, là où Wall Street s'attendait à 65 cents. A New York, le titre a gagné 5,77% durant la séance de mercredi.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :