Le CAC 40 casse les 4.400 points sur fond de consolidation

 |  | 523 mots
Lecture 3 min.
Nouvelle séance difficile à la Bourse de Paris. Après une ouverture en baisse sensible, le marché parisien a accentué sans recul sans jamais réellement parvenir à inverser la tendance. Pourtant, le pétrole, après un record à plus de 68 dollars, est revenu à 66,75 dollars et les inscriptions hebdomadaires au chômage aux Etats-Unis sont ressorties conformes aux attentes. Néanmoins, les investisseurs ont préféré, une nouvelle fois, jouer de prudence alors que la devise européenne continuait de s'apprécier face au billet vert pour s'échanger ce soir à 1,2317 dollar. A la clôture, le CAC 40 abandonne 1,04% à 4.378 points après avoir touché un point bas à 4.369,21 points en fin de matinée. Les volumes sont importants pour la saison, supérieurs à 3,9 milliards d'euros sur l'ensemble du marché, et proches de 3,4 milliards sur l'indice, témoignant de la vigueur du mouvement. A Francfort, le Dax abandonne 1,22%, tandis que le Footsie perd 0,37% à Londres. Côté statistiques européennes, on a pris connaissance, dans la matinée, de l'indice Ifo du climat des affaires en Allemagne. Il a déçu, en baisse pour le mois d'août, à 94,6 contre 95 en juillet et une prévision de 95,2 selon le consensus. La composante des anticipations est néanmoins en hausse, à 95,4 contre 95,1, tandis que celle de la situation actuelle recule à 93,8 contre 94,9. Au chapitre des entreprises, Danone se distingue aujourd'hui, inscrivant un gain de 0,29% à 85,25 euros à la faveur d'un retour de spéculation. Derrière elle, Pernod-Ricard et Lafarge grapillent 0,07% à respectivement à 137,80 euros et 75,25 euros. Ce sont les seules valeurs de l'indice dans le vert.Parmi les plus fortes baisses, on retrouve le secteur bancaire. BNP Paribas perd ainsi 2,09% à 58,60 euros et la Société Générale abandonne 1,60% à 86,10 euros après avoir cédé sa participation dans Santander, dégageant au passage une confortable plus-value " d'environ 100 millions d'euros ".Les grands opérateurs télécom sont à nouveau en retrait après les présomptions d'entente sur les prix et parts de marché dénoncées hier par Le Canard Enchaîné.France Télécom perd 1,36 % à 24,59 euros, Vivendi Universal recule de 0,12% à 25,62 euros et Bouygues abandonne 0,58% à 36,11 euros. EADS a confirmé hier soir faire partie des candidats à un appel d'offres pour un contrat avec l'armée américaine portant sur 322 hélicoptères. Le montant de ce contrat qui vise à renouveler la flotte américaine d'hélicoptères légers pourrait aller jusqu'à 2 milliards de dollars. EADS North America proposera au Pentagone son hélicoptère à voilure tournante uh-145 pour les missions d'hélicoptères légers. Le titre est entraîné par les dégagements du jour, en recul de 0,73% à 27,15 euros.Chez Areva (-1,43% à 373 euros), quatre candidats se seraient manifestés pour la reprise du pôle connectique (FCI) du groupe, selon le Figaro du jour. Il s'agirait de quatre fonds d'investissement, Bain Capital, One Equity, BC Partners et KKR. Tous auraient proposé des offres de reprise comprises entre 800 et 900 millions d'euros pour cette filiale.Enfin, parmi les changements de recommandation d'analystes, UBS a dégradé Technip d' " achat " à " neutre ", le titre cède 0,86% à 45,15 euros. CSFB relève pour sa part son objectif sur Total (-0,96% à 207,30 euros), de 220 à 230 euros.Johan Deschamps Copyright Invest

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :