La balance commerciale française s'améliore progressivement

 |   |  375  mots
Au premier trimestre, les exportations ont augmenté plus rapidement que les importations. Les biens d'équipement, en particulier, gagnent du terrain, grâce au dynamisme des voisins européens et aux ventes d'Airbus.

Nouvelle lueur d'optimisme sur le front des statistiques françaises. Le déficit du commerce extérieur français s'est établi à 1,957 milliard d'euros en mars, après un déficit de 2,186 milliards d'euros en février (révisé). Selon les données corrigées des variations saisonnières communiquées ce matin par les Douanes, les exportations ont légèrement progressé, à 31,866 milliards d'euros contre 31,628 milliards en février tandis que les importations étaient quasi-stables à 33,823 milliards d'euros (33,814 milliards en février).

Sur les trois premiers mois de l'année 2005, le déficit du commerce extérieur français enregistre un déficit cumulé de 6,609 milliards d'euros, contre un déficit de 3,973 milliards d'euros sur le premier trimestre de 2005.

Les exportations de biens d'équipement sont particulièrement dynamiques, en hausse de 11,5% au premier trimestre. Une vigueur qui s'explique à la fois par la croissance économique en Allemagne et en Italie, qui profite à ce secteur, et par la vente d'Airbus. La France a vendu 21 Airbus au mois de mars, qui lui ont rapporté 1,324 milliard d'euros, après 22 Airbus et 1,350 milliard d'euros en février.

"Les exportations ont progressé de 3,8% au premier trimestre contre les trois derniers mois de l'année 2005, alors que les importations ont gagné 3,2%", indique Laure Maillard, économiste chez Ixis. Or, les importations de pétrole ayant progressé de 7,3%, les exportations ont été bien plus dynamiques que les importations au premier trimestre. "Une bonne nouvelle pour le PIB, qui devrait ainsi avoir progressé de 0,7% sur les trois premiers mois de l'année", indique Nicolas Bouzou, économiste chez Xerfi. En mars, le déficit énergétique est ressorti à 4,138 milliards d'euros, après 4,320 milliards en février.


L'inflation française reste contenue
Les prix à la consommation en France ont progressé de 0,4% en avril par rapport à mars, portant la hausse des prix sur un an à 1,7% contre 1,5% le mois précédent. Les économistes interrogés par l'agence Reuters s'attendaient à une hausse de 0,3% en avril, soit une progression annuelle de 1,9%. L'inflation est surtout le fait de la hausse de 2,4% des produits énergétiques. "L'inflation sous-jacente, c'est à dire hors produits volatils comme l'énergie et les produits frais, a gagné 0,2%, soit 1,2% en glissement annuel, et devrait rester très faible dans les prochains mois", estime Dominique Barbet, économiste chez BNP Paribas.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :