La Générale de Santé accepte l'OPA de l'italien Santé Développement Europe

 |   |  427  mots
Il recommande à ses actionnaires d'apporter leurs titres à l'offre. Il dit juger "équitable" le prix de 32,50 euros par action proposé, selon le projet de note d'information déposé auprès de l'Autorité des marchés financiers.

Le groupe d'hospitalisation privée Générale de Santé a annoncé ce lundi soir qu'il acceptait l'offre publique d'achat (OPA) de la société italienne Santé Développement Europe. Il recommande du coup à ses actionnaires d'apporter leurs titres à l'offre. Il dit juger "équitable" le prix de 32,50 euros par action proposé, selon le projet de note d'information déposé lundi auprès de l'Autorité des marchés financiers (AMF).

L'accord a été décidé à l'unanimité des membres du conseil de surveillance de Générale de Santé, réuni lundi sous la présidence d'Antonino Ligresti, par ailleurs patron de Santé Europe Développement et de sa holding de droit luxembourgeois Santé SARL.

Le prix de 32,50 euros proposé fait ressortir "une légère prime sur les cours de Bourse moyens précédant l'annonce de l'opération", en mars, fait notamment valoir le conseil. Le titre Générale de Santé valait 32,00 euros à la Bourse de Paris le soir du 7 mars, à la veille de sa suspension. Il reste depuis suspendu jusqu'à nouvel avis.

Antonino Ligresti, principal actionnaire de Générale de Santé (60% du capital), avait lancé mi-mars une OPA sur le groupe à travers sa société Santé Développement Europe. L'opération avait provoqué la chute du président du groupe d'hospitalisation privée, Daniel Bour, qui ne s'est pas porté candidat au renouvellement de son mandat qui prenait fin le 18 mars.

La présidence du directoire avait été reprise par Ross Mc Innes, pour une période transitoire qui prendra fin le 31 mai. A cette date, c'est Frédéric Rostand, actuel président du directoire de Saint-Louis Sucre, qui reprendra les rênes du groupe, a précisé lundi Générale de Santé.

Dans un communiqué séparé publié également lundi, la société Santé SàRL, holding de contrôle de Santé Développement Europe, a dit sa volonté d'ouvrir à terme son capital, et donc celui de Générale de Santé, à la société d'investissement De Agostini (DeA Capital) et à la banque italienne Mediobanca. DeA Capital, Santé Développement Europe et Mediobanca ont pour cela signé un "partenariat stratégique" qui ne pourra être mis en oeuvre que si l'offre sur Générale de Santé aboutit. L'accord prévoit que Santé SàRL pourra ouvrir son capital à DeA et Mediobanca à hauteur de 43,01% et 9,99% respectivement.

Mi-mars, Santé SàRL, société de droit luxembourgeois, détenait 24,51% du capital de Générale de Santé, et sa filiale Santé Développement Europe 34,67%, portant la part de leur patron commun, Antonino Ligresti, à 59,18%.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :