Etats-Unis : les ménages ont moins consommé que prévu, l'inflation reste contenue

 |   |  652  mots
Après 0,3% en septembre, les dépenses des ménages américains ont augmenté de 0,2% en octobre, plus faiblement qu'attendu par les experts. L'inflation sous-jacente a atteint 1,9%, et les dépenses de construction ont diminué de 0,8%.

Les dépenses des ménages américains ont augmenté de 0,2% en octobre, plus faiblement qu'attendu, alors que l'indice de l'inflation (PCE), hors éléments volatils, a augmenté de 0,2% conformément aux prévisions, selon les statistiques publiées ce vendredi par le département du Commerce.

Les dépenses des ménages avaient progressé de 0,3% en septembre. Le consensus était de 0,3% pour octobre. Le revenu des ménages a, lui, augmenté de 0,2%. Il avait augmenté de 0,4% en septembre.

"Ce sont des chiffres conformes aux attentes, vu ce que nous savions concernant les ventes au détail. Ces chiffres nous préparent à des dépenses des ménages très faibles au quatrième trimestre, quelque chose dans les 2% après l'inflation, si nous avons de la chance", estime Kurt Karl, responsable de l'analyse économique chez Swiww Re, à New York, cité par l'agence Reuters. "Dans mes calculs pour le PIB, cela implique que nous allons avoir un trimestre négatif et la Fed devrait abaisser le taux des "fed funds" d'au moins 25 points de base le 11 décembre. Elle devrait selon moi le baisser de 50 points de base. Mais il semble y avoir de grandes craintes concernant l'inflation, que je ne vois pourtant pas se matérialiser, certainement pas dans ces chiffres".

Côté inflation, l'indice des prix PCE dans son ensemble, adossé aux dépenses de consommation, a progressé de 0,3% après une hausse identique en septembre, et contre un consensus de 0,2%. L'indice PCE de base (inflation sous-jacente), particulièrement suivi par la Réserve fédérale, affiche une hausse de 0,2% en octobre après 0,2% en septembre, conformément aux attentes du marché.

L'inflation, hors prix de l'énergie et des produits frais, s'est ainsi approchée en octobre du seuil des 2% en rythme annuel. L'inflation sous-jacente, elle, était de 1,9% en octobre, par rapport à son niveau d'il y a un an, alors que les analystes tablaient sur 1,8%.

Et sur un an, l'inflation dans sa définition la plus large, intégrant les produits aux prix plus volatiles comme l'énergie et les produits frais, a progressé de 2,9%. Cette forte progression - la hausse globale des prix ne dépassait pas 2,4% sur un an en septembre - s'explique surtout par le bond des prix de l'énergie.

Frederic Mishkin, un des gouverneurs de la Réserve fédérale, a remarqué jeudi que l'inflation sous-jacente était maîtrisée aux Etats-Unis, même si, globalement, la hausse des prix restait plus forte que ne le souhaitait la Fed.

Par ailleurs, l'activité des entreprises dans le Midwest américain s'est redressée plus nettement que prévu en novembre après s'être légèrement contractée en octobre, selon l'indice PMI de Chicago publié vendredi. L'indice des directeurs d'achat est ressorti à 52,9 après être tombé sous la barre des 50 en octobre, à 49,7. Il était à 54,2 en septembre. La composante de l'emploi est ressortie à 54,4 contre 49,5 en octobre et 52 en septembre, celle des prix payés à 76,2 contre 74,7 en octobre et 59 en septembre. Le sous-indice des nouvelles commandes est resté stable à 53,9 en octobre alors qu'il était à 56,2 en septembre.

Enfin, le secteur de l'immobilier reste déprimé. Les dépenses de construction ont diminué de 0,8% en octobre, sur fond de nouvelle baisse des dépenses dans la construction résidentielle privée et de crise de l'immobilier, selon le département du Commerce. Le chiffre de septembre, initialement annoncé en hausse de 0,3%, est finalement ressorti en progression de 0,2%.

Le mois dernier, les dépenses de construction ont reculé à 1.158,3 milliards de dollars en rythme annualisé, à un plus bas de deux ans. Les dépenses engagées dans la construction résidentielle privée ont elles baissé pour le vingtième mois consécutif, reculant de 2% à 503,7 milliards, leur plus fort recul en quatre ans. Les dépenses dans la construction privée non résidentielle (bureaux, commerces, usines...) ont baissé de 0,5% en octobre, leur premier recul depuis septembre 2006.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :