Venezuela : le président Chavez obtient les pleins pouvoirs dans l'énergie

Le Parlement a étendu au domaine de l'énergie les pleins pouvoirs du président Hugo Chavez, réélu en décembre à la tête du cinquième pays exportateur de pétrole. Les syndicats soutiennent l'initiative de nationalisation de Chavez et font pression sur les compagnies pétrolières étrangères.

2 mn

La présidente du Parlement du Venezuela, Cilia Flores, a annoncé lundi que les pleins pouvoirs récemment accordés par les députés au chef d'Etat socialiste Hugo Chavez avaient été étendus au domaine de l'énergie.
Le Parlement, entièrement acquis au président Chavez en raison du boycottage des législatives par l'opposition en 2005, a approuvé le 18 janvier une loi qui l'autorise à légiférer par décrets durant une période de 18 mois.Cette loi dite d'"Habilitation" sera entérinée lors d'"une session extraordinaire dans la rue en présence du peuple", a indiqué Mme Flores, précisant qu'y avait été "ajouté le domaine énergétique".

Cette inclusion permettra de "réaliser les ajustements nécessaires en matière d'hydrocarbures et de ses produits dérivés comme le gaz et le service électrique", a précisé Cilia Flores.

Réélu en décembre dernier à la tête du cinquième pays exportateur de brut au monde, Hugo Chavez, nouveau chef de file de la gauche anti-américaine, a lancé à l'occasion de son nouveau mandat de six ans un programme de nationalisations dans le domaine du pétrole, de l'électricité et des télécommunications. Hugo Chavez est désormais invité par les députés à "dicter les règles" obligeant les compagnies pétrolières étrangères à s'associer au géant national PDVSA pour continuer à opérer, sous son contrôle, dans la ceinture de l'Orénoque, la région pourvue des plus grandes réserves d'hydrocarbures.

Parmi les compagnies opérant dans la ceinture de l'Orénoque figurent les groupes américains Exxon-Mobil, Chevron, Conoco-Phillips, le français Total, le britannique BP et le norvégien Statoil. Les syndicats vénézuéliens du pétrole soutiennent l'initiative de nationalisation de Chavez. Ils ont menacé de prendre le contrôle des installations pétrolières de l'Orénoque si les compagnies pétrolières étrangères qui les exploitent s'opposent à la prise de participation majoritaire de l'Etat décidée par le président Hugo Chavez.

Plus de 566.000 barils de brut extra-lourd sont extraits quotidiennement et pré-raffinés dans cette région de 55.314 km2 dont les réserves de pétrole sont estimées par les autorités à 1,3 billion de barils, dont 260 milliards exploitables. Seul membre latino-américain de l'Opep (Organisation des pays producteurs de pétrole), le Venezuela produit plus de 3 millions de barils par jour, dont la moitié est exportée aux Etats-Unis.

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.