L'économie de la zone euro se stabilise

Le chômage se stabilise en juin, la confiance économique recule et l'inflation aussi en juillet. Les indicateurs publiés ce matin pour la Zone euro ne plaident pas pour un relèvement imminent des taux. L'évolution de la masse monétaire et l'inflation à venir devraient néanmoins contraindre à un nouveau tour de vis en septembre.

Après huit tours de vis depuis fin 2005, la BCE (Banque centrale européenne) devrait relever son taux d'inflation au moins une fois d'ici à la fin de l'année, si l'on en croit les contrats à terme sur les marchés dérivés. Les chiffres publiés aujourd'hui par Eurostat ne militent pas pour l'urgence d'un tel mouvement.

L'indice de confiance économique a baissé en juillet dans la zone euro, tout en restant à un niveau élevé, de même que celui mesurant le climat des affaires. L'indice de confiance économique - qui résume l'opinion des chefs d'entreprise et des consommateurs - a baissé de 0,7 point dans la zone euro, pour s'établir à 111 points, contre 111,7 points en juin et 112,1 en mai, son plus haut niveau depuis six ans. Ce résultat est légèrement inférieur aux prévisions des analystes consultés par Thomson Financial News, qui attendaient 111,2 points.

De son côté, le chômage s'est stabilisé à 6,9% en juin dans la zone euro, inchangé par rapport à mai. Dans les 27 pays de l'Union européenne, le taux de chômage corrigé des variations saisionnières s'est également établi à 6,9% en juin, en légère baisse par rapport aux 7% de mai. Un an plus tôt, en juin 2006, le taux de chômage s'élevait à 7,9% dans la zone euro et dans l'Union européenne. Le chômage est à son plus bas niveau dans la zone euro depuis la création de statistiques pour cette zone en 1993. Il avait atteint un pic à 8,9% en septembre 2004.

Enfin, le taux d'inflation de la zone euro a légèrement baissé à 1,8% en juillet. En juin, l'évolution des prix était restée stable pour le quatrième mois consécutif à 1,9%. Les analystes interrogés par l'agence Thomson Financial News tablaient à nouveau sur une inflation stable en juillet, à 1,9%. La hausse des prix à la consommation continue cependant à respecter l'objectif de la Banque centrale européenne (BCE), qui vise une inflation en dessous mais proche de 2%.

"Au regard des chiffres publiés aujourd'hui, il n'y a pas d'urgence à ce que la BCE relève ses taux. Néanmoins, l'accélération de l'inflation prévue dans les prochains mois, la stabilisation du taux de change de l'euro et une nouvelle augmentation de la masse monétaire M3 contraindront à une hausse des taux dès septembre", estime Sylvain Broyer, économiste chez Natixis.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.