La situation au Pakistan inquiète le monde entier

 |   |  292  mots
Les Etats-Unis ont qualifié d'"acte lâche" l'attentat commis jeudi contre l'ancien Premier ministre du Pakistan et ont lancé un appel au calme dans ce pays. Le Conseil de sécurité de l'ONU a "condamné dans les termes les plus forts" l'attentat. L'Inde a placé vendredi ses forces de sécurité en état d'alerte.

Les capitales du monde entier s'indignent vivement de l'assassinat jeudi de Benazir Bhutto, ancien Premier ministre du Pakistan tout juste rentrée dans son pays après huit ans d'exil. Ce meurtre est un "acte lâche perpétré par des extrémistes assoiffés de sang qui essayent de miner la démocratie au Pakistan", a déclaré George W. Bush, le président des Etats-Unis, qui a appelé son homologue Pervez Musharraf. Le secrétaire général des Nations Unies s'est dit pour sa part "choqué et scandalisé" par ce "crime odieux".

Le Conseil de sécurité a par ailleurs "condamné dans les termes les plus forts" l'attentat suicide qui a tué Benazir Bhutto deux semaines avant les élections législatives. La Russie, la France, la Chine, la Grande-Bretagne, le Canada et le Vatican notamment ont unanimement condamné ce meurtre "odieux et abominable". De nombreux pays et organisations arabes et musulmans se sont également indignés de l'attentat, qualifié d'"agression terroriste" par la Syrie, d'"acte criminel" par la Jordanie et de "crime terroriste" par la Ligue arabe.

Outre l'indignation, un certain nombre de pays ont fait part de leur inquiétude après la mort de Benazir Bhutto, craignant une propagation de la violence dans et à l'extérieur du pays. La Maison Blanche a ainsi lancé un appel au calme au Pakistan. L'Inde, pays frontalier et grand rival du Pakistan, a ordonné vendredi à toutes ses forces aux frontières de "maintenir un niveau élevé de vigilance". "Il n'y a pas de menaces spécifiques pour l'instant. Elles ont été placées en état d'alerte, il existe différentes hypothèses comme les djihadistes, l'effet domino", a expliqué à Reuters un porte-parole du ministère de l'Intérieur indien.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :