Volkswagen Passat Alltrack : la super familiale allemande tous temps

Avec ses lignes indémodables, sa finition de qualité, son homogénéité, ce break à quatre roues motrices affiche un extraordinaire comportement routier et un agrément de conduite rare.
Copyright Reuters
Copyright Reuters

La Volkswagen Passat, vous connaissez évidemment? Vous appréciez sans doute à juste titre cette vaste familiale, une valeur sûre par excellence. Mais... vous n'avez encore rien vu. Car, voilà maintenant la super Passat ! La nouvelle version Alltrack, un break à quatre roues motrices surélevé, fait encore mieux, nettement mieux. Sur le modèle de l'Audi A4 Allroad, la firme allemande a créé un dérivé 4x4 de sa berline de gamme moyenne supérieure. Avec une garde au sol rehaussée, des protections en plastique noir qui ceinturent la caisse et surtout une formidable transmission aux quatre roues (système « 4 Motion »), l'Alltrack procure un niveau de sécurité, de précision et d'agrément exceptionnel. N'ayons pas peur des mots, même si on va nous taxer de « germanophilie ».

Lignes classiques, indémodables

Ni très originale ni avant-gardiste, la Passat n'en reste pas moins élégante, parfaitement équilibrée dans ses volumes, d'un classicisme indémodable qui plaît tant aux amateurs de la marque et permet de conserver une bonne valeur de revente. Son style baroudeur lui donne même une pointe de personnalité en plus. Très bien.

Intérieur propre et rationnel

L'intérieur est tout aussi traditionnel, propre, rationnel. Tout est clairement identifiable, avec une bonne visibilité des cadrans. Bravo pour la vitesse, qui s'inscrit en gros chiffres devant les yeux. Les plastiques sont costauds, les assemblages rigoureux. Aucun crissement de plastique n'est à déplorer. La position de conduite est bonne. Mais, pourquoi donc Volkswagen a-t-il concocté une ambiance aussi lugubre ? Cette Alltrack arbore en effet une variété de gris foncés tristes et pas valorisants du tout. Le revêtement des sièges, avec un peu d' « alcantara » (faux daim) mais beaucoup de tissu rêche et peu seyant, détonne sur une voiture de ce prix. Evidemment, il y a l'option cuir. Mais elle est à 2.224 euros. Elle est toutefois indispensable pour échapper à cette austérité glaciale. Ah, on ne rigole pas !

Habitable, accessible

L'habitabilité demeure, elle, une référence avec une bonne accessibilité et l'une des soutes les plus logeables et pratiques de la catégorie. On a de la place et on ne se cogne pas en entrant ou en sortant comme sur bien des rivales tourmentées de partout. C'est ça l'avantage des lignes carrées. Au niveau des détails, insurgeons-nous toutefois contre des stations de radio complexes à mémoriser et un radar de stationnement intrusif, bruyant, difficilement neutralisable. Sitôt qu'on remet la marche arrière, il s'active de nouveau même si on l'a coupé, le bougre ! Il est doublé de signaux lumineux, utiles et suffisants. Mais, si l'on coupe le son, on n'a plus droit aux repères visuels ! Déplorons aussi qu'il n'y ait plus de roue de secours dans le coffre. Certes, les pneus à flancs renforcés sont en principe anti-crevaison. Excellente initiative. Mais Volkswagen ne propose même plus de cric...

Mécanique rigoureuse et plaisante

Le diesel TDI de 170 chevaux était couplé sur notre voiture d'essai à la fantastique boîte à double embrayage DSG, qui est ce qui se fait de mieux aujourd'hui (avec la « Powershift » de Ford). En position « S », la réactivité de cette boîte, d'une fulgurante rapidité, est excellente. Dans 95% des cas, la transmission automatique rétrograde exactement au moment où le conducteur l'aurait fait lui-même manuellement. On la recommande donc chaudement, malgré son prix élevé. L'ensemble moteur-boîte est sans doute le meilleur de la production actuelle dans cette catégorie. Accélérations et relances procurent un bel agrément de conduite. Malgré une petite rugosité. Seul hic, avec les quatre roues motrices, la consommation grimpe, évidemment. Nous avons consommé plus de 9 litres de gazole en moyenne. Rien d'exagéré, toutefois, vu les prestations.

Sécurité mais confort assez ferme

Avec les quatre roues motrices, le comportement routier devient exceptionnel. Le sentiment de sécurité, même dans les pires conditions météo, est bluffant. Une merveilleuse voiture tous temps, qui colle à la route sans jamais dévier de sa trajectoire, avec une précision et une agilité remarquables. Et on peut accélérer à fond, pas de problèmes ! Le train avant ne donne jamais l'impression d'hésiter, contrairement à la version à simple traction avant. Moteur, boîte, trains roulants, direction, freinage, tout concourt à un plaisir difficilement égalable pour une familiale. En contrepartie, le confort reste ferme. Les sièges durs n'arrangent rien, pas plus que les pneus à flancs assez bas (50R17). Mais, une fois accepté le principe de cette fermeté, on se satisfait d'être très bien maintenu sur son siège, car la voiture reste toujours formidablement campée sur ses roues. On apprécierait toutefois un peu plus de douceur.

Une valeur de référence

La Passat « normale » est déjà une valeur de référence. Elle le mérite, avec une belle homogénéité, sans faiblesse marquée. Elle est bien conçue et fabriquée. L'Alltrack apporte un surcroît de sécurité et d'agrément. Sa garde au sol relevée permet en outre quelques escapades en chemins creux, ou du moins d'affronter sans inquiétude les chaussées défoncées. Certes, cette Alltrack grimée en baroudeuse est chère. Mais ses qualités époustouflantes justifient le surcoût. Comptez 38.820 euros, plus 500 de malus pseudo-écologique. C'est globalement 6.000 euros de plus qu'un break Passat TDI 140 DSG Confortline... Certes, une version Alltrack plus « économique », à deux roues motrices seulement, existe.  Mais elle vous prive de l'essentiel en matière de sécurité. Alors, quitte à prendre l'Alltrack, choisissez la vraie, avec la transmission  4x4! Sinon, rabattez-vous sur une simple Passat !
Alain-Gabriel Verdevoye

Modèle essayé : Volkswagen Passat Alltrack TDi 170 DSG: 38.820 euros (+malus de 500 euros)

Puissance du moteur : 170 chevaux (diesel)

Dimensions : 4,87 mètres (long) x 1,82 (large) x 1,55 (haut)

Qualités : rigueur de construction, esthétique indémodable, habitabilité, comportement routier exceptionnel, ensemble moteur-boîte auto efficace, agrément de conduite

Défauts : présentation lugubre, sièges durs, radar de stationnement agaçant

Concurrentes : Volvo XC 70 D4 AWD Geartronic Kinetic: 44.300 euros; Audi A4 TDi 177 Allroad S-Tronic Ambiente : 44.300 euros; Peugeot 508 RXH : 45.800 euros

Note : 16 sur 20

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 4
à écrit le 01/09/2012 à 14:20
Signaler
Sur les douze dernières voitures que M. Verdevoye a essayées dans ses articles, dix sont étrangères, avec prédilection pour les Coréennes et les Japonaises. Il n'en est pas encore au stade de lepoint.fr qui ne parle que de voitures allemandes : le mo...

à écrit le 01/09/2012 à 10:03
Signaler
Hahaha la partialité de cet article est vraiment à mourir de rire

à écrit le 18/08/2012 à 20:36
Signaler
Même en 4x 2 elle est super!!!!

à écrit le 18/08/2012 à 15:27
Signaler
au journaliste: ça doit être sympa de se faire prêter des VW et de rouler gratos.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.